RSS

Archives de Catégorie: Uncategorized

CENTRAFRIQUE : LE TERRORISME, NOUVELLE ARTILLERIE CONTRE LA LEVÉE DE L’EMBARGO.  

                                                     Tom et jerry
L’euphorie, la liesse et l’espoir nés du fameux discours d’investiture consacrant la notion de rupture s’amenuisent et cèdent progressivement la place à la notion de doute. Le doute qui est une composante de la philosophie de Réné Descartes représente un état d’incertitude, une indétermination concernant une situation et ce doute crée indiscutablement un climat de méfiance, d’indécision et d’hésitation. Tel est le cas de nos autorités démocratiquement élues et par voie de conséquence de notre chère patrie léguée par le feu President fondateur Barthélemy Boganda.
Suite aux jets de grenades dans un bar bondé de personnes occasionnant des morts que nous déplorons, la crise centrafricaine a intégré une nouvelle dimension et un nouveau mode opératoire. Ce nouveau mode opératoire propre aux salafistes et djihadistes est la forme la plus dangereuse et la plus mortelle des attaques urbaines car on ne connaît ni l’ennemi, ni le lieu et le moment. Même si tout porte à y croire, nous craignons que la nouvelle donne soit animée par des intentions salafistes ou djihadiste. Le laxisme, le manque de fermeté des autorités et la porosité des frontières ont préparé le lit de ces actes odieux.
Nous vous rappelons que depuis le début de la crise, aucun état d’urgence, ni un état de siège n’a été décrété par nos autorités alors que l’article 44 de la constitution leur donne le plein pouvoir. Ces régimes restrictifs de libertés publiques pouvaient accroître et étendre les pouvoirs des forces de l’ordre pour désarmer et pacifier progressivement certains quartiers de la seule région restée sous contrôle.
L’entrée en jeu de ce nouveau mode opératoire et la montée en puissance des groupes armés dans les territoires occupés risquent de nuire gravement l’ultime chance de levée de l’embargo par le conseil de sécurité de l’ONU. Le gouvernement doit conjuguer des efforts pour créer les conditions nécessaires à la levée de cet embargo car son prolongement serait synonyme de l’échec de tout le système. Hébété et incompris face à la sortie sporadique, médiatique et surtout vide de contenu du premier ministre, le citoyen lambda s’inquiète et s’interroge :
Nos autorités ne s’indignent et ne condamnent les crimes que lorsqu’il y a quatre morts au de plusieurs constatés dans les arrières pays ? Ou alors ils ne s’offusquent que lorsque les crimes sont commis dans leur juridiction c’est à dire des territoires sous contrôle ? Les centaines de morts des autres territoires sous contrôle rebelle ne les intéressaient pas puisque hors juridiction ? En guise de prévention, n’était-il pas nécessaire et louable d’annuler la célébration de la fête du premier décembre ? Auriez-vous les moyens militaires nécessaires pour sécuriser des milliers de personnes qui vont effectuer le déplacement ? Percevez-vous votre entêtement à célébrer cette journée comme une réponse à vos détracteurs qui vous taxeront de résigner devant le terrorisme ? Au chevet des victimes de grenades, le chef du gouvernement et son ministre de la sécurité publique ont évoqué l’ouverture d’une enquête. Ainsi, depuis le début de la crise à nos jours, combien d’enquêtes ont été ouvertes ? Quelles ont été les suites ? Combien de criminels identifiés et arrêtés ? L’aboutissement de ces différentes enquêtes est-il conditionné au retour définitif de la paix ? À la lecture de ce qui se passe dans le pays, pensez-vous que ce chef du gouvernement est à la hauteur de sa fonction ? Essoufflé et lessivé, ce premier ministre a t-il encore des choses à prouver ? Faut-il combien de morts pour que sa conscience de diacre d’église le pousse à la démission ?
En outre, nous ne partageons pas l’avis de certains de nos concitoyens qui appellent à la démission du président de la république car cela remettrait en cause et compromettrait nos acquis et avancées démocratiques. Par contre, nous appelons publiquement à la démission ou au limogeage du premier ministre qui est en perte totale de repères car sa boussole n’a plus d’aiguille. Sachant que la dernière année du mandat est une année électorale, nous invitons humblement le président de la république de limoger le chef du gouvernement et de se rattraper en sauvant ce qui peut être sauvé sur les deux années de mandature restantes. Si le président de la république ne peut démettre son mentor, nous appelons l’assemblée nationale d’abréger la souffrance de leurs électeurs en faisant usage de l’alinéa 3 de l’article 88 de la constitution du 30 mars 2016 qui fait référence à la motion de censure.
Cette redoutable arme constitutionnelle ne peut être signée que par au moins 1/3 des députés et adoptée à la majorité des 2/3. Ce qui est faisable s’il y’a le courage et la volonté politique.
En conséquence de ce qui précède les parlementaires conserveront leur mandat jusqu’à échéance. À défaut et si par malheur le peuple se réveille et prend ses responsabilités occasionnant la chute du régime, vous allez perdre votre mandat car la constitution sera suspendu, l’assemblée nationale nationale dissoute…alors prenez vos responsabilités devant l’histoire.
Pour finir et en guise de contribution, nous demandons au chef de l’Etat de reloger tous les habitants du quartier kilomètres 5 ailleurs et d’utiliser le site pour des travaux d’extension du marché pour en faire un grand centre d’affaire moderne. À défaut, en abriter une base militaire pour que cessent les velléités guerrières de ce secteur. Mais attention, ne le dites à personne. Si on vous demande, ne dites pas que c’est moi. 
          
 
Paris le 17 novembre 2017.
IMG_5750 
Bernard SELEMBY DOUDOU.    
Juriste, Administrateur des élections.  
Tel : 0666830062.     
 

CENTRAFRIQUE:JMA 2017: LE PRÉSIDENT TOUADERA APPELLE LES JEUNES A S’APPROPRIER DES MÉTIERS DE L’AGRICULTURE, DE L’ÉLEVAGE, DE LA PÊCHE, DE L’AQUACULTURE AINSI QUE DE L’ARTISANAT

Touadera
« Jeunesse centrafricaine,
L’avenir de ce pays t’appartient. 
Mais, on ne construit pas un pays avec des armes ; bien au contraire, on le détruit. 
C’est vrai que jusqu’à ce jour, tu avais l’impression que les responsables politiques ne se préoccupaient pas de ton avenir et ne t’offraient pas d’opportunités pour te permettre de construire ton avenir.
Comme je viens de le souligner, mon Gouvernement se bat pour t’offrir un avenir meilleur.
Mais, cela ne sera possible qu’avec ton adhésion et ton engagement.
C’est pourquoi, je te lance cet appel pour que tu t’appropries les métiers de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture ainsi que de l’artisanat ». a déclaré le Président Touadera dans son adresse à la nation à l’occasion de la
célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation du 15 novembre 2017 à Berbérati, chef lieu de la Préfecture de la Mambéré Kadéï.

Source : Fcbk Présidence
 

CENTRAFRIQUE : Derniéres nouvelles du rezzou en direction du complexe faunique MANOVO GOUNDA ST FLORIS

 reportsfromt

Dernières nouvelles du rezzou en direction du complexe faunique MANOVO GOUNDA ST FLORIS – probablement 2 bandes de bracos spécialisés et coutumiers des faits.

– L’une du TCHAD qui ne se fait pas remarquer outre mesure et une seconde en provenance du SOUDAN, composée de 36 individus armés; montés sur chevaux et accompagnés de « chameaux » , équipée de téléphones sat Thuraya

– Ils ont emprunté le chemin sablonneux habituel des pillards esclavagistes connu par eux depuis la nuit des temps, qui navigue entre les collines rocheuses du NORD- EST. Cette piste qui démarre a la frontière se poursuit par DELEMBE et évite BAMARA est la seule voie de passage pour les convois de « chameaux » car elle est jalonnée de points d’eau et de pâturages nécessaires aux animaux – ils repasseront obligatoirement par ces lieux une fois leur forfait commis.car 
les dromadaires ne peuvent circuler sur les sols caillouteux leurs soles plantaires trop fragiles, 
ne le permettant pas …mais vu l’état des forces armées de la RCA qui se rapproche du zéro pointé , ces bandits ont de beaux jours devant eux.

– Actuellement des troupeux d’éléphants seraient en migration depuis le Tchad vers le Rca en direction du Parc Saint FLORIS ………et pendant ce temps la comme dirait l’autre ON s’occupe de la Corrida, de la chasse a courre et des ortolans …pppfff nous sommes MAL !

 ils viennent de passer la piste reliant TIRINGOULOU a BAMARA a une dizaine de kilometres de l’ancien camp de chasse de WASSA – 2 grands koudous ont été abattus et 4 villageois en déplacement brutalisés ………..a une demande d’aide il a été répondu par l’actuel ministre des eaux et forets en poste a BANGUI …..un « niet » catégorique sous le fallacieux pretexte que la VAKAGA est une région ……rebelle » ….On croit réver devant une telle réponse de la, part d’un « gouvernant » responsablement .. totalement.  » irresponsable » !

 

225587_211472378871222_1560733_n

Par  Francis Mollet

 

CENTRAFRIQUE: RETOUR DES FACA: le Gouvernement chinois dote le Gouvernement centrafricain de matériels logistiques militaires

« L’armée est un outil de l’Etat, elle a pour mission de maintenir la souveraineté, l’intégralité territoriale , la paix et la sécurité d’un pays. Aujourd’hui la RCA qui vient de sortir de la crise, est dans une nouvelle époque, la réalisation de la paix totale et la reconstruction nationale deviennent une tâche lourde et impérieuse. Je souhaite que l’armée centrafricaine joue pleinement son rôle dans l’accomplissement de cette mission importante.
En tant que pays ami et partenaire de tous azimuts de la RCA, la Chine soutient fermement le Gouvernement centrafricain dans ses efforts visant la réalisation et le maintien de la paix et de la stabilité de son pays, soutient activement la reconstruction et la mise en œuvre des FACA.

Elle est disposée, de concert avec la partie centrafricaine à renforcer et à élargir la coopération bilatérale avec la RCA dans le domaine de La Défense et de la Sécurité pour porter les rapports entre les deux pays à un niveau plus élevé » a tempéré l’Ambassadeur de la Chine en RCA S.E Mafu Lin.

Source: Fcbk Présidence 

 

CENTRAFRIQUE : URGENT URGENT DES BRACONNIERS EXTERMINENT LES DERNIERS ÉLÉPHANTS  AU NORD DE CENTRAFRIQUE

Eléphants-dAfrique-702x336

URGENT ..RÉPUBLIQUE CENTRE AFRICAINE…….info directe « de visu » – Un rezzou de plus de 100 braconniers armés (AK 47) accompagné d’autant de chameaux de bats en provenance du SOUDAN et du TCHAD, a pénétré depuis une semaine dans le Parc National MANOVO GOUNDA ST FLORIS au NORD EST du pays afin d’en exterminer les derniers éléphants pour leur IVOIRE – Les quelques gardes bénévoles sur place ne peuvent que constater les dégâts car comme ils ne sont pas armés il ne leur est pas possible d’intervenir …….

Ou sont toutes ces ONG de soit disant défense des animaux … je suis dégoutté …la mesure est a son comble ……et pendant ce temps les derniers pachydermes finissent de disparaître ……!

 

225587_211472378871222_1560733_n

Par Francis Mollet

 

CENTRAFRIQUE:AMINE MICHEL CONDAMNE LA TRANSHUMANCE POLITIQUE DES DÉPUTÉS.

Amine

République Centrafricaine
Unité-Dignité-Travail

UNION NATIONALE POUR LA
DÉMOCRATIE ET LE PROGRÈS

Unir, bâtir, de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud,
Nous sommes tous Frères et Sœurs

La République Centrafricaine comme je la vois :
Un député peut-il quitter son parti et continuer de rester dans l´hémicycle ?

Le débat sur la question qui a cours en ce moment dans le pays mérite que je me prononce sur le sujet.
Il est naturellement incompréhensible que dans un pays qui donne le meilleur de lui-même pour s´essayer dans l´exercice du principe démocratique, que des députés élus sous le chapeau d´un parti politique démissionnent de leur parti pour devenir ce qu´on appelle maintenant « députés de la nation ».

Les collègues Nicolas Tiangaye du CRPS et Alexandre Ferdinand Nguendet du RPR en font en ce moment les frais.
Un tel comportement est proche de la débauche, un péché que condamne radicalement la Bible (lire l´excellente exhortation de l´Apôtre Paul à fuir la débauche en 1 Corinthiens 6.9-20) et qui ne saurait être admis dans un pays comme le nôtre, qui a plus à faire que de se laisser distraire par les actes de ce genre.

Le principe de séparation horizontale des pouvoirs constitue en démocratie le moteur même du développement d´une nation mûre qui connaît et comprend où elle va et ce dont elle a à faire pour répondre convenablement aux besoins de sa population.

La Centrafrique souffre déjà assez d´instabilités pour que, plutôt que de se mettre au travail productif, des députés se laissent courir pour servir des causes qui ne portent pas.

Le comportement de certains de nos députés à l´Assemblé Nationale est loin de refléter ce qu´on attend des élus du peuple qu´ils sont, c´est-à-dire, qu´ils légifèrent dignement et conséquemment, dans l´unique but de servir le peuple qu´ils représentent et dont ils ont le devoir d´en défendre les intérêts.

Nous ne devrions pas oublier que le pays reste en guerre et qu´il n´est pas utile de continuer de mettre inutilement des gens en difficulté, cause de plus de guerre et de rébellion.

Les députés de notre hémicycle ne doivent pas vivre comme des affamés en quête de nourriture, au point de se laisser aller à de telles tentations d´abandon pour des raisons qu´ils sont seuls à comprendre, et qui, pour nous, n´est pas moins que de la débauche politique.

Les partis qui les ont cooptés constituent le cadre démocratique dans lequel le travail politique doit se faire.

Rien ne sert de les déstabiliser au risque de courir des risques inutiles qui ne contribueraient qu´à enfoncer davantage le pays.

Un député ne devrait pas être autorisé à abandonner son parti d´origine, pour servir, pendant qu´il est encore en période de législature, dans un autre parti ou même d´opter pour être indépendant. Pour autant qu´il n´a pas été élu comme indépendant, il est tenu de continuer d´œuvrer dans le cadre du parti dont il est le répondant en quelque sorte devant l´Assemblée.

En démocratie moderne, une démission du parti pour lequel on a été dûment élu signifie aussi une démission de l´hémicycle, ce qui appelle de toute évidence à son remplacement par le suppléant.

Le nouveau règlement récemment voté qui fait des députés démissionnaires des « élus de la nation » dans le but de les maintenir (pour certainement s´en servir à des fins politiciennes) dans l´hémicycle, revient à semer davantage de trouble dans un pays déjà fortement secoué par l´instabilité et la guerre.

Le sentiment de trahison qui anime les collègues Tiangaye et Nguendet est donc justifié. J´en appelle ici à la reprise de conscience des députés démissionnaires de ces partis amis, qui sont autorisés à revenir à la maison-mère, à l´image du retour du fils prodigue dont nous raconte la Bible en Luc 15, signe de paix dans une Centrafrique déjà suffisamment touchée.

A qui cela profiterait-il que des gens soient poussés à bout ?
A qui cela profiterait-il qu´il y ait plus d´ennuis dans notre pays, comme si l´état actuel de notre nation n´était pas déjà suffisamment préoccupant ?

C´est le lieu ici d´interpeller le pouvoir de Mr Touadéra à comprendre qu´en démocratie, la contradiction est la clé de succès du développement d´un pays.

Les idées et débats contradictoires aboutissant à des consensus positifs, tirent une nation vers le haut.

Le pouvoir en place doit donc faire preuve de maturité pour s´élever tant soit peu au niveau réel de l´exercice du pouvoir, qui en respectant le pouvoir législatif, qui constitue au fond un pouvoir à part, admet la contradiction et cherche des voies de consensus pour avancer, tout en respectant le principe démocratique qui sous-tend tout débat en Assemblée.

Pour que vive la démocratie dans notre pays.

Votre serviteur et frère,
Amine Michel,
Président-Fondateur de l´Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP)
En République Centrafricaine
Ce 15 Novembre 2017

 

CENTRAFRIQUE: l’heure de la rupture?

Tom et jerry

La rupture ou la continuité .

Est ce peut -on s´inspirer et de s’interroger devant les premières déclarations faite lors de votre prestation de serment Excellence président TOUADERA,basant sur la RUPTURE. En tout cas, le président Centrafricain qui avait pris les rênes de la Centrafrique a commis une erreur politique en confiant la primature a son grand frère et ami Simplice Mathieu SARANDJI .

Il était temps ! Que le président TOUADERA PUISSE APPLIQUER LA RUPTURE proprement dite , lors de son discours à la nation.

La Centrafrique reste au stade de belles intentions et de vœux pieux or la théorie et la pratique riment ensemble . Pour moi , le régime actuel doit, maintenant, être au service des populations Centrafricaines or la réalité est une autre chose les pratiques mafieuses,le régionalisme et le clientélisme battent son plein au sein de notre administration .

L’unité de notre pays passe par une véritable rupture dans toutes les administrations Centrafricaines en un mot la transparence.

La grande majorité de la population Centrafricaine continue de souffrir de la pauvreté, du chômage, des crises de natures diverses, insécurités y compris , les maladies, privant notre pays de bras et de cerveaux.

Il est de votre responsabilité étant Président de la République au travers votre politique d’améliorer les conditions de vie de ces jeunes en quête de lendemains meilleurs .

La Centrafrique ne serait justifier son existence si elle n’arrive pas à améliorer la vie des populations, mis en demeure au travers votre politique .

 

Simon,

SIMON- KOITOUA

 

CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA CONTRE TOUTE TENTATIVE DE PERTURBATION DE LA SÉCURITÉ DANS LA VILLE DE BANGUI  

Bangui, 15 Novembre 2017 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) condamne les violences survenues samedi au PK5, à Bangui, et précise qu’elle sera aux côtés des autorités pour empêcher toute tentative visant à perturber la sécurité dans la capitale centrafricaine. 

« La MINUSCA ne permettra pas que la paix et la stabilité dans la ville de Bangui soient perturbées par qui que ce soit, et demeure déterminée à appuyer les autorités centrafricaines pour prévenir tout tentative dans ce sens », a déclaré mercredi en conférence de presse, le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro. La MINUSCA a dénoncé le jet de grenade lancée par des individus, provoquant des morts et des blessés parmi les spectateurs d’un concert, ainsi que les représailles meurtrières qui s’en sont suivies dans les premières heures. 

Selon le porte-parole, dès les premiers instants qui ont suivi l’incident, la MINUSCA a renforcé son dispositif sécuritaire dans la zone, avec des militaires et des policiers, aux côtés des forces de sécurité nationale, afin de prévenir toute escalade de violence armée et pour accélérer le retour au calme. « La MINUSCA a également travaillé avec le Comité de Pilotage du Pacte de non-agression entre PK5 et Boeing, le Comité de Retour pour les Musulmans et Chrétiens et les leaders communautaires, afin de stopper les rumeurs et appeler la population au calme et à ne pas répondre aux provocations », a ajouté le porte-parole, qui a salué l’ouverture d’une enquête pas les autorités judiciaires nationales. 

Pour sa part, le chef des opérations des forces de la MINUSCA, Colonel Moussa Mboup, est revenu sur le plan de sécurisation mis en place par l’Etat-major intégré de Bangui, composé de la Force et la Police, pour faire face à cette situation. « L’action de la force, en appui aux initiatives d’apaisement des autorités et des communautés, consistait à endiguer ces incidents et à éviter qu’ils ne se propagent à d’autres quartiers de Bangui », a-t-il souligné. « L’Etat-major intégré a renforcé sa posture dans le 3ème arrondissement, et établi des zones tampons, entre le 3ème arrondissement et le 5ème, et entre le   3ème et le 6ème arrondissements », a ajouté l’officier. 

Lors de la conférence de presse, la MINUSCA s’est par ailleurs félicitée du déploiement, la semaine dernière, de nombreux préfets dans leurs régions d’affectation, tout en réitérant sa « disponibilité à appuyer, dans la mesure de ses capacités, ces représentants de l’Etat dans l’exercice de leurs fonctions ». Tout en estimant que « le déploiement des préfets et des sous-préfets dans les régions est essentiel en vue de la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire », le porte-parole a qualifié « d’inacceptables les positions exprimées par le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) et le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), qui s’opposent au déploiement des préfets dans certaines préfectures ». « La présence de l’autorité de l’État sur le terrain ne peut faire l’objet de chantages », a indiqué le porte-parole. 

De son côté, le porte-parole de la composante police de la MINUSCA, Franck Gnapié, a indiqué qu’à Bria, la Police de la MINUSCA a organisé une activité de sensibilisation contre les exactions et la circulation des armes sur le site sur le site des Personnes Déplacées du PK-3. Cette cérémonie a vu la participation des différentes autorités et leaders communautaires ainsi que des responsables de la MINUSCA environs 1000 personnes étaient présentes à cette sensibilisation.

______________________________________________________________________________

Division de Communication Stratégique et d’information publique 

MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine 
https://minusca.unmissions.org  | @UN_CAR |
 

CENTRAFRIQUE : ANNULATION DES FESTIVITES DU 1 ER DECEMBRE

15267889_235590566862030_6587829427365750657_n

Dans une telle situation, comment peut-on comprendre que les autorites de Bangui celebrent les festivites du 1er decembre alors que la Centrafrique traverse des periodes tres diffíciles . Le budget de ces festivites pourrait servir et ou aider nos compatriotes qui souffrent dans l’ arriere pays sur le plan educatif , sanitaire et humainitaire . Depuis l’ accession au pouvoir des autorites de Bangui notre pays la Centrafrique se trouve dans une impasse politique en dépit de nombreuses tueries perpetrées par les criminels connus de tous a Bangui et ces tueries sont bien planifiées par centains responsables de la Munusca .

Triste face à cette tragédie du 11/11/17 du Carrefour de paix et continuons à enterrer nos morts et condamnons cette barabrie. Encore une fois les barbares continues de tuer sans distinction, ils tuent des milliers d’innocents dans les villes et villages . La Centrafrique est en Deuil chaque jour ! Quelle douleur pour les familles de disparus et des blessés que de voir autant d’innocents mourir ,Courage au peuple Centrafricain .Ces Terroristes , ces monstres doivent etre juger un jour.La vie pour ces familles, ces frères, ces sœurs, ces parents, n’aura plus jamais le même goût. Il n’y aura plus de fêtes pour eux.C’est malheureux que les autorites cherchent toujours à organiser le 1 decembre alors il y a un besoin humanitaire IMPORTANT dans le pays.

La démarche envisagée par les autorites d’organiser ces festivites ne serait-elle pas une erreur politique et ou une decision impopulaire de depenser l’argent du contribuable Centrafricain pour des fins inutiles

 

Simon,

Par SIMON- KOITOUA

 

CENTRAFRIQUE: INVITATION A LA CONFERENCE DE PRESSE HEBDOMADAIRE DE LA MINUSCA

ONIANGA

ALERTE MEDIAS

       La Division de Communication stratégique et de l’information publique de la MINUSCA vous invite mercredi 15 novembre 2017, à la conférence de presse hebdomadaire de la Mission.

AVIS MEDIAS

Qui ?

Porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro,

et les porte-parole de la Force et de la Police de la Mission

Quand ?

Mercredi 15 novembre 2017, à 11h00

Où ?

Salle de conférence, au siège de la MINUSCA, Bangui (RCA) 
PK4, Avenue Barthélémy Boganda​​.​

______________________________________________________________________________
Division de Communication Stratégique et d’information publique 
MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine 
https://minusca.unmissions.org  | @UN_CAR |
 
 
%d blogueurs aiment cette page :