RSS

Archives du 04/06/2019

CENTRAFRIQUE: MESSIEURS DU POUVOIR, NE SOYEZ PAS SURPRIS !

Au lieu de passer le clair de leur temps à s’occuper des démocrates sans armes de destructions massives, les tenants du pouvoir de Bangui devraient plutôt ouvrir grand les yeux sur ce qui est en cours dans les parties ouest et nord-ouest du pays, et qui présage d’une nouvelle et imminente invasion devant permettre aux groupes armés de… suivez mon regard.
En effet, nombreux sont les Centrafricains originaires et ressortissants des régions ouest, nord-ouest et nord du pays qui commencent à être déçus et découragés du fait que les bonnes et authentiques informations qu’ils mettent à la disposition des autorités de Bangui, du parti MCU, de la MINUSCA, et des préfets et sous-préfets de Touadéra qui ont inondé les collectivités territoriales, ne soient pas prises en considération et exploitées à bon escient pour empêcher le remake des évènements de 2012-2013 qui avaient conduit à la chute de l’ancien autiste de Bangui, je veux nommer François Bozizé Yangouvonda. Ne voulant pas revivre l’enfer séléka de l’époque, ils préfèrent passer par les médias pour informer largement et alerter. De quoi s’agit-il au juste?
D’après plusieurs sources concordantes que nous avons pu vérifier grâce à d’autres sources indépendantes et dignes de foi, Abbas Sidiki, le chef du groupe 3R, aurait reçu plusieurs nouveaux moyens humains, logistiques, matériels et financiers importants pour se déployer dans les régions ouest et nord-ouest du pays qu’il tient contrôler avant d’occuper le sud et le centre-sud. Il aurait reçu la mission de réaliser l’expansion de son mouvement dans ces zones avant la prochaine saison sèche. Pour cela, il aurait recruté plusieurs peuls archers et mercenaires réputés invulnérables et baroudeurs.
La stratégie de Sidiki consiste à faire de ses nouveaux mercenaires des bergers conduisant des troupeaux de bœufs vers les bons pâturages, trompant ainsi la vigilance des populations des localités qu’ils traversent. Car bizarrement, les bergers sont lourdement armés et manipulent les armes lourdes et les armes d’assaut. Du jamais vu.
Ces bergers-mercenaires se déplacent en groupes de 30 personnes minimum (l’équivalant d’une section dans l’armée) et très lentement pour faire ce qu’on appelle « la reconnaissance du terrain » (sic). Ils auraient des localités à atteindre en vue de se sédentariser pour un temps, dans la Mambéré-Kadéï et la Sangha-Mbaéré, tout comme à Bocaranga et Paoua et leurs périphéries.
De la sorte, les ressortissants et populations des zones précitées, épris de paix et craignant encore le pire, souhaitent que les éléments de Sidiki ne soient cantonnés qu’à Koui où est fixé son QG, et non ailleurs, pour le DDRR. Aussi, leur volonté d’expansion à Bocaranga, Ngaoundaye et surtout dans les communes de Kodi, Loura, Bohong devra être stoppée car c’est de là qu’ils auront facilement d’autres ravitaillements leur permettant de réaliser leur projet lugubre.
Les mêmes sources indiquent que des éléments du groupe 3R de Sidiki se trouveraient actuellement à Dilapoko, un grand village de la commune de la Basse-Boumbé dans la sous-préfecture de Gamboula, situé à 30 km sur l’axe Amada-Gaza dans la Mamberé-Kadéï (MK), frontalier au Cameroun par Kenzou.
Il n’y a pas de doute que ces étrangers cherchent à conquérir d’autres espaces à partir de la MK. C’est tout l’Ouest du pays jusqu’au bec de canard à Lidjombo (à Bayanga frontalier au Congo-Brazzaville) dans la Sangha-Mbaéré qu’ils visent, pour boucler la boucle. Et ne me demandez pas ce qui va se passer après. Je n’ai rien dit. Continuez seulement de fermer les yeux et les oreilles.


Mesmin Madidé-Aladila
Source: MEDIAS+

 
 
%d blogueurs aiment cette page :