RSS

CENTRAFRIQUE :INTERPELLATION DU PREMIER MINISTRE :CE GOUVERNEMENT EST IL ENCORE CRÉDIBLE ?

29 Mai

58380306_218800005761055_6368685241468452864_n

Le premier ministre centrafricain Firmin Ngrebada était lundi 27 Mai 2019 devant le parlement pour répondre aux questions des députés sur la situation sécuritaire dans le nord du pays suite au massacre du 22 mai 2019 ou le groupe armé dénommé 3R de Abbas Sidiki s’est illustré en exécutant froidement une soixantaine de civils sans arme dans la région de Paoua.

Si en démocratie l’interpellation du premier ministre par le parlement est un exercice normal en Centrafrique et ce qui s’est passé hier ressemble fort étrangement à un cirque, une comédie de mauvaise augure.

Oui lors de cette séance d’interpellation les députés ont exprimé au gouvernement leur mécontentement, la douleur et la colère du peuple tout en proposant des pistes de solutions de l’arrestation de Abass Sidiki au désarmement de cette milice au renforcement des FACA dans la zone.

Tous feintaient de vouloir savoir ce que fait le gouvernement pour en finir avec l’insécurité grandissante dans cette région.

Oui répondant aux préoccupations des représentants du peuple, le chef du gouvernement a évoqué ce drame de Paou, tout en suggérant le renforcement de la présence militaire dans le nord du pays.

Firmin Ngrebada a parlé de déployer un bataillon d’ici la fin du mois pour instaurer la sécurité dans cette partie de Centrafrique.

Sur la question du désarment des milices, le chef du gouvernement a indiqué que certains groupes armés se sont déjà enregistrés dans le cadre du » DDR » (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion).

Cette partie de la RCA est devenue la zone la plus dangereuse du pays avec plus 60 civils tués par les rebelles du 3 R de Sidiki Abass pourtant signataire des accords de Khartoum.

Et puis quoi encore ?

Face à ce massacre de trop, le citoyen lambda s’ interrogé après cette interpellation que va-t-il se passer maintenant ?

RIEN ET ABSOLUMENT RIEN, selon nos observations, il s’agit des discours de condamnation comme dans la plupart des tueries qui ont ému la nation toute entière.

Comme l’attaque de Zangba par le groupe armé UPC de Ali Darassa, qui s’est soldée par plus de 120 morts dont une centaine par noyade et par des villages incendiés, comme l’attaque de Bangassou ou de Bambari et bien d’autres.

Ce duo( gouvernement et parlement) nous a habitué tellement à des déclarations sans lendemain, des condamnations de façade au point que ce peuple meurtri n’y croit plus.

En tout cas de cette équipe au pouvoir rien de concret ne sera offert au peuple souverain martyr des groupes armés.

Il est pourtant facile à ce gouvernement de sevir contre Abass Sidiki car ces graves crimes ont été perpétrés par des Parties à l’Accord dit de Khartoum et tenant pour responsables aussi bien les groupes armés qui tuent – l’UPC et le 3R en l’occurrence – que les plus hautes autorités de l’État et la Communauté internationale, qui ont créé les conditions de ces massacres, et n’assument pas leur devoir de protection de la population civile tout en protégeant les criminels.

Ce gouvernement est il capable de déclencher une hostilité avec les 3 R de Sidiki ?

Le Président de la République, le Premier Ministre et le Président de l’Assemblée Nationale sont ils capables de relever immédiatement de leurs fonctions les représentants de ces groupes armés dans toutes les structures et toutes les fonctions de l’État ?

Ce gouvernement Ngrebada est il en mesure de mettre en œuvre ainsi que le prévoit l’Accord de Khartoum, les mesures militaires de dernière rigueur pour éliminer les groupes armés concernés du territoire national ?

Tout centrafricain sait bien que ce gouvernement ne prendra jamais les mesures ci-dessus énumérées, car complice des crimes commis sur la population civile et le peuple centrafricain par des groupes armés devenus leurs business favoris.

La vérité et la réalité sont que nous avons dans ce pays des autorités qui ne peuvent pas nous proteger.Des autorités incapables de nous secourir en cas de massacre rendant ainsi l’état incapable d’user de son pouvoir régalien pour s’imposer sur notre territoire.

.
La fermeté dont ces députés et le premier minsitre affichent actuellement constituent une farce, un trompe œil, nous avons honte de ce gouvernement avec sa politique indigne d’impunité contre les auteurs des crimes, et en particulier sa légendaire politique de deux poids deux mesure, qui est rejetée par la population, aussi bien que « l’incapacité de ce gouvernement à prendre en compte l’urgence sécuritaire, qui devrait pourtant être le seul sujet à le préoccuper vraiment .

Qu’avons-nous vu ce lundi 27 mai 2019 à l’assemblée nationale ?

Une nouvelle fois, un spectacle folklorique de danses et de défilés à la barre des présidents des groupes parlementaires, suivi d’une litanie de discours et d’interventions individuels, d’où l’on ne retiendra que des mots et des formules de félicitations et d’encouragement à encore faire pire à l’endroit de leur invité du jour et de tous ceux qui l’accompagnaient.

C’est à nouveau un spectacle de rites dignes des grands sorciers, obligés de se réunir et de revenir sur les lieux de leurs crimes prendre quelque chose appartenant à leurs victimes afin d’éviter le phénomène naturel de la loi du retour à l’envoyeur.

C’est une nouvelle fois une belle opportunité offerte à tous les grands et célèbres griots qu’ils sont devenus, après avoir vendu leur âme au MCU et tourné le dos à leur parti politique comme l’UNDP, la CRPS, le RPR, et le Patrie pour ne citer que ces organisations politiques, et avoir livré leurs électeurs à la merci des groupes armés, de chanter les merveilles sanguinaires et les prouesses des seigneurs de guerre en techniques de tueries des centrafricains, en application de l’Accord de Khartoum.

C’est ce que ces députés – traîtres à la patrie ont fait, en faisant semblant comme tout bon sorcier de parler au nom du peuple.

Ce gouvernement et les députés ne feront absolument rien qui puisse inquiéter le pouvoir de Bangui et ses complices qui s’appellent Siddiki, Darass et Al – Katim dont les éléments continuent de tuer, voler, violer, lever des impôts, racketter, incendier des villages, détruire des biens publics et privés impunément et de contraindre de milliers de familles à des déplacements permanents.

Ces débats à l’assemblée nationale venant des autorités qui ont perdu toute légitimité auprès du peuple laissent indifférent la majorité des centrafricains.

La grande gueule des députés et les promesses du gouvernement à l’issue de cette interpellation irritent le citoyen centrafricain qui pense que ses dirigeants sont sur des nuées et naviguent à contre courant des intérêts du peuple.

La crainte pour tout observateur averti est que la RCA est au bord de l’implosion , d’un soulèvement imminent si rien n’est fait d’ici là mais seuls le criminel Touadera et ses acolytes trouvent que tout va bien.

A l’allure ou vont les tueries Touadera et ses députés risquent en 2020 de voir aller voter que des morts et des fantômes.

Le peuple est persuadé que Faustin Archange Touadera ne prendra pas le risque de se représenter au suffrage universel car il n’est pas quasi-certain qu’il gagnera ces élections.

Sous le chaud soleil de Centrafrique, ce gouvernement est il encore capable d’offrir le bien être au peuple centrafricain ?

QUI VIVRA ENCORE VERRA.

Bangui, le 28 Mai 2019

Par Charlie Joseph LARABO

 
1 commentaire

Publié par le 29/05/2019 dans Uncategorized

 

Une réponse à “CENTRAFRIQUE :INTERPELLATION DU PREMIER MINISTRE :CE GOUVERNEMENT EST IL ENCORE CRÉDIBLE ?

  1. dabealvi

    31/05/2019 at 11 h 57 min

    A reblogué ceci sur André Régnier.

    J'aime

     

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :