RSS

Archives du 15/05/2019

CENTRAFRIQUE: TOUADERA UN VÉRITABLE ARBITRE À LA TÊTE DE LA RCA

60626929_2405071503042443_7685237213277192192_n

Le souci majeur de Son Excellence monsieur Faustin Archange Touadera, Président de la République Chef d’Etat depuis son accession démocratique à la magistrature suprême de l’état centrafricain est la reprise en main du destin de la RCA par le Peuple Souverain.

Le Président Touadera, au service du Peuple Souverain, ne se préoccupe pas de la prochaine élection présidentielle de 2021 qui trouble le sommeil des assoiffés de pouvoir et les ennemis de la démocratie qui s’agitent depuis la signature de l’Accord de Khartoum.

Il (le chef d’Etat) travaille jours et nuits pour le bien être de notre Peuple et pour celui de la prochaine génération. La résultante de Sa Vison Suprême est décrite l’Article premier ci-après de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en République centrafricaine (Accord de Khartoum) que je vous invite respectueusement à bucher.

Article 1: Les partis réitèrent leurs engagements sur les principes ci-après:

a. Respect de l’unité nationale, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de la République centrafricaine, ainsi que de sa forme républicaine et son caractère laïc;

b. Promotion de l’inclusion, de la discrimination positive et de mesures temporaires spéciales afin de corriger les inégalités qui affectent les communautés et les régions qui ont été lésées par le passé, et d’assurer leur pleine participation à la vie politique, économique et sociale de la nation;

c. Reconnaissance de la diversité culturelle, religieuse et valorisation de la contribution de toutes les composantes du Peuple centrafricain, en promouvant l’inclusivité particulièrement des minorités, des femmes et des jeunes à la gestion de l’Etat et à l’œuvre de la reconstruction nationale;

d. Prise en charge par les populations de la gestion effective de leurs propres affaires, à travers un système de gouvernance inclusif prenant en compte leurs aspirations et leurs besoins spécifiques;

e. Promotion d’un développement équilibré et équitable de l’ensemble des régions de la République centrafricaine tenant compte de leurs potentialités respectives;

f. Rejet de la violence comme moyen d’expression politique et recours au dialogue et à la concertation pour le règlement des différends;

g. Rejet des violences faites aux femmes et aux enfants;

h. Respect des droits de l’homme, de la dignité humaine et des libertés fondamentales et religieuses;

i. Lutte contre la corruption et l’impunité.

Par Fidele Gouandjika 

 
 
%d blogueurs aiment cette page :