RSS

Archives du 08/05/2019

CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA APPUIE LE RECRUTEMENT DES 1023 FUTURES RECRUES DES FORCES ARMÉES CENTRAFRICAINES

Bangui, le 8 mai 2019 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a annoncé ce 8 mai son appui au ministère de la Défense nationale dans le processus de recrutement en cours de 1023 candidats aux Forces armées centrafricaines (FACA). Lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission, le porte-parole Vladimir Monteiro a fait le point sur ce recrutement avec notamment les visites médicales qui se déroulent jusqu’au 17 mai à Bangui et dans les préfectures.

Selon le porte-parole, après ces visites médicales auxquels sont soumis les 1047 candidats admissibles ainsi que les vérifications de rigueur par le comité technique mixte de recrutement, la liste finale des candidats sera connue « Les futures recrues entameront ensuite leur formation qui sera assurée par la Mission technique de l’Union européenne (EUTM) d’ici début juin », a poursuivi le porte-parole.

Ce recrutement entre dans le cadre de la Réforme du secteur de la sécurité pour une armée représentative et républicaine qui permettra de pleinement assurer la protection des civils, une responsabilité souveraine de l’Etat et en conformité avec les dispositions de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation. C’est d’ailleurs à ce titre qu’une équipe d’éléments des FACA s’est rendue à Kaga Bandoro « pour préparer la formation future des membres des Unités mixtes de sécurité prévues dans l’Accord », a-t-il clarifié.

Dans la même dynamique et pour enraciner les acquis en termes de réduction de la violence, le porte-parole a annoncé la création de deux comités de gestion des conflits de transhumance viennent d’être créés à Gamboula (à l’ouest de Berberati) et à Ngbambang (à 33 km sur l’axe de Nola), soulignant que ces instruments seront essentiels dans le dialogue intercommunautaire et la gestion pacifique des questions liées à la transhumance dans ces régions.

Concernant le respect et la protection des droits de l’homme, le porte-parole a indiqué que du 30 avril au 1er mai, la MINUSCA a pu enregistrer 14 incidents des violations et abus qui ont affecté au moins 20 victimes. Ces violations sont des meurtres, des violences sexuelles, des atteintes à l’intégrité physique et mentale, et des menaces d’attaque contre les humanitaires. Les préfectures de la Nana-Gribizi et de l’Ouham-Pendé sont les plus touchées.

Pour sa part, le porte-parole de la Force de la MINUSCA, Major Soumana Garanke, a indiqué que la situation sécuritaire est généralement calme à travers le pays. « La Force a renforcé son dispositif et continue de mener des patrouilles terrestres et aériennes de façon régulière ainsi que des patrouilles conjointes avec les FACA pour prévenir toute forme d’insécurité ». Dans l’ouest par exemple, 776 patrouilles ont été effectués au courant de la semaine écoulée notamment sur les axes et les localités à Gamboula, Dilapoko, Baboua, Bouca, Paoua et Lokoti.

Cependant, la MINUSCA demeure préoccupée par la récurrence des violations du droit international humanitaire commises par le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) dans la préfecture de la Nana Mambéré (ouest de la RCA). Le 22 avril 2019, dans le village de Boré (78 km de Bouar), les éléments FDPC ont enlevé trois passagers et incendié deux véhicules ainsi que deux motos et maintiennent deux des victimes toujours en captivité. La Mission rappelle aux leaders du FDPC que ces actes constituent des violations graves du droit international humanitaire et sont contraires à leurs engagements dans le cadre de l’Accord de paix dont ils sont signataires.

Dans le cadre de ses activités civilo-militaires, la Force a indiqué avoir distribué de l’eau dans plusieurs quartiers de Bangui ainsi qu’a Bambari afin de palier le manque d’eau chronique qui affecte certaines localités du pays.

De son côté, le porte-parole police de la MINUSCA, Capitaine Leo-Franck Gnapié, a noté une baisse globale de la criminalité à Bangui comme en province. L’est du pays fait figure d’exception avec une légère hausse de la criminalité enregistrée par rapport aux semaines précédentes.


Strategic Communication & Public Information Division
MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda
BP : 3338, Bangui, Central African Republic
Mail : publicinformation-minusca@un.org
Website: https://minusca.unmissions.org │
Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions/
Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR
Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/

 
1 commentaire

Publié par le 08/05/2019 dans Uncategorized

 
 
%d blogueurs aiment cette page :