RSS

Archives du 16/04/2019

AFRIQUE CENTRALE : La Banque africaine de développement entérine sa stratégie pour l’Afrique centrale, « indispensable à l’intégration économique de la région »

logo_bad-1

Abidjan, Côte d’Ivoire, le 16 avril 2019 – Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a entériné, lundi 15 avril 2019, le Document de stratégie d’intégration régionale pour l’Afrique centrale (DSIR) 2019-2025, approuvant ainsi les opérations multinationales de la Banque dans cette région sur la période indiquée.

Le DSIR 2019-2025 s’appuie sur les enseignements tirés de la mise en œuvre d’initiatives de développement régional antérieures. Il énumère également les projets de la Banque destinés à accélérer les échanges commerciaux intra-régionaux, la croissance économique inclusive et la mutation structurelle de la région de l’Afrique centrale. Il orientera les opérations régionales de la Banque dans sept pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) – Cameroun, Tchad, République du Congo, Guinée équatoriale, Gabon, République démocratique du Congo (RDC) et République centrafricaine –, qui regroupent une population totale de quelque 130 millions de personnes.

Les objectifs de coopération, d’intégration et de développement économique de la stratégie régionale 2019-2025 pour l’Afrique centrale seront atteints sur la base de deux éléments essentiels : le premier renforce les infrastructures régionales (car axé sur les réseaux d’électricité, les transports et les TIC), tandis que le second permet d’apporter un soutien aux réformes du développement des échanges commerciaux intra-régionaux et des investissements transfrontaliers ; il contribue également au renforcement des capacités institutionnelles des organisations régionales, en particulier celles de la CEEAC et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Sur le plan géographique, l’Afrique centrale représente le point de connexion du continent, car elle partage ses frontières avec toutes les autres régions. La paix civile et les progrès économiques, sociaux et politiques de la région reposent sur les promesses plus larges d’une coopération continentale et d’une intégration économique. 

En 2018, le taux de croissance du PIB en Afrique centrale a doublé, passant de 1,1 % à 2,2 % par rapport à 2017, mais il est resté inférieur à celui de la moyenne de l’Afrique subsaharienne, qui est de 3,5 %. La croissance de la région a été principalement tirée par les cours internationaux des matières premières, notamment le pétrole. D’autres pays de la région de la CEEAC ont continué d’être confrontés au cercle vicieux de l’instabilité et de la précarité, à la faiblesse des capacités humaines et institutionnelles, et au déficit en infrastructures dans les secteurs des transports, de l’énergie et des TIC.

« L’Afrique centrale dispose de ressources pétrolières importantes, de réserves de métaux précieux et de minerais, d’énormes ressources transfrontalières en eau et du plus grand potentiel hydroélectrique du continent. L’application de la stratégie d’intégration pour l’Afrique centrale encouragera les autorités régionales et nationales à veiller à ce que les programmes et les initiatives transfrontaliers soient intégrés à la planification et à l’administration des ressources publiques », a déclaré Ousmane Doré, directeur général du Bureau régional de développement et de prestation de services pour l’Afrique centrale de la Banque.

La mise en œuvre du DSIR pour l’Afrique centrale nécessitera des investissements d’un montant de 4,421 milliards de dollars américains, ce qui correspond à 30 opérations régionales menées sur une période de sept ans. Environ 88 % des fonds prévus devraient être consacrés au renforcement des infrastructures régionales. Les éléments du plan relatifs au développement des infrastructures et des capacités institutionnelles contribueront également au renforcement de la résilience des pays de la région. Des opérations spécifiques renforceront également la résilience à l’insécurité alimentaire, permettront la réintégration socio-économique des groupes vulnérables et préserveront les écosystèmes du bassin du Congo.

« L’appui permanent de la Banque africaine de développement à l’Afrique centrale est indispensable à la réussite de l’intégration économique des pays de la région. Le nouveau Document de stratégie d’intégration régionale poursuit cette tradition d’opérations de soutien dans des secteurs économiques essentiels. À terme, il donnera un grand coup d’accélérateur aux échanges commerciaux intra-régionaux et au processus de mutation structurelle qui est indispensable à l’environnement politique et économique », a affirmé Moono Mupotola, directeur du Développement régional et de l’intégration régionale à la Banque.

Le DSIR est conforme au nouveau Cadre stratégique pour l’intégration régionale (CSIR) de la Banque, approuvé en mars 2018, et à sa Stratégie décennale d 2013-2022. Il s’aligne également sur les priorités régionales de la CEEAC et de la CEMAC et sur les cinq grandes priorités de la Banque, sesHigh 5.

Contacts :

Contact technique : Youssouf Kone, coordonnateur de l’intégration régionale pour l’Afrique centrale, Banque africaine de développement

Contact médias : Chawki Chahed, chargé de la communication en chef, Département de la communication et des relations extérieures, Banque africaine de développement : c.chahed@afdb.org

 

 

 

 

 

CENTRAFRIQUE: Arrivée du Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Ambassadeur Smail Chergui, et du Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix  

CENTRAFRIQUE: Verbatim des déclarations à la presse à l’aéroport international Bangui Mpoko – 14 avril 2019

image1024x768 

Commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, Smail Chergui

Jean Pierre et moi-même avons décidé, en étroite collaboration avec le Gouvernement, de revenir à Bangui, dans la suite de l’Accord de paix pour continuer nos efforts pour une mise en œuvre effective, sincère des parties à cet Accord mais également organiser, le 17, conjointement avec les partenaires importants et le Gouvernement, la session du Groupe International de Soutien à la Centrafrique. Nous aurons durant cette visite également un déplacement à l’intérieur du pays qui entre dans les mêmes objectifs : la mise en œuvre de l’accord, la consolidation de la paix et le développement. Je voudrai saisir cette occasion pour remercier, à travers la ministre des Affaires étrangères, le Président Touadéra et le Gouvernement pour évidemment avoir bien voulu de se joindre à nous et appuyer ces activités. Encore une fois, nous sommes très heureux de nous retrouver dans une Bangui en paix et qui est tournée vers la consolidation de ce dialogue et du dialogue entre toutes les filles et tous les fils de ce pays. Donc, au nom de l’Union Africaine je peux vous dire que je suis très heureux de me retrouver à Bangui.  

Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix  

Bonjour à tous, moi aussi je voudrai dire que je suis très heureux de revenir avec mon ami Smail Chergui, de l’Union Africaine, à Bangui. Le maître mot maintenant c’est la mobilisation de tous pour avancer rapidement dans la mise œuvre de l’Accord. Aujourd’hui, il y a une fenêtre d’opportunité, il ne faut surtout pas la laisser se refermer parce qu’elle ne se réouvrirait peut-être pas de sitôt. Et nous sommes là pour aider à cette mobilisation, c’est pour ça qu’avec madame la ministre, avec tout le Gouvernement, bien sûr nous allons rencontrer Son Excellence le Président de la République. Nous allons travailler à la fois ici à Bangui comme l’a dit Smail Chergui avec notamment la réunion du Groupe International et le soutien, mais aussi aller sur le terrain, avec encore une fois, un seul but : c’est faire avancer la mise en œuvre de l’Accord qui nécessite un effort de tous, une mobilisation de tous dans la paix évidemment, parce que la violence est incompatible avec la mise œuvre de l’Accord. Je voudrais aussi dire que cette visite a aussi pour objectif de regarder avec tous les partenaires de la République centrafricaine, comment nous pouvons soutenir le plus vite et le plus efficacement possible la mise en œuvre de tous les éléments clés de l’Accord. Donc nous allons avoir ici à Bangui un dialogue très étroit avec les partenaires, les autres partenaires de la République centrafricaine afin que les soutiens nécessaires soit le plus rapidement mis en œuvre. Merci. 

Radio Ndeke Luka (Igor Djeskin Senapaye)

Monsieur Smail Chergui, vous avez soutenu l’Accord de Khartoum, aujourd’hui le Gouvernement est formé, les parties prenantes sont dans ce Gouvernement. Comment réagissez-vous à cette vague de violences qui se poursuit à l’intérieur du pays partout, vers Zangba, dans la Nana Mambéré et dans la Haute-Kotto ? 

Commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, Smail Chergui

Je pense que nous l’avons dit haut et fort que le moment de taire les armes était venu et ça s’applique à tout le monde. Et c’est l’un des objectifs de cette visite conjointe, c’est faire en sorte qu’on puisse rappeler aux uns et aux autres les responsabilités qui sont les leurs, qui découlent de l’Accord de paix. Donc, nous nous attendons à ce que la paix, la stabilité et le dialogue se renforcent chaque jour. Nous ne faisons aucune illusion évidemment qu’il y a encore beaucoup de travail à faire sur le terrain, il y a beaucoup d’investissements à faire pour rapprocher les cœurs pour définitivement mettre derrière soi cette page hideuse, cette page difficile pour la nation centrafricaine. Donc, nous avons besoin de tous y compris nos amis de la presse pour arriver à cet objectif. Un des objectifs de cette visite c’est justement de consolider, donner vraiment le primat au dialogue.  

Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix  

Je voudrai juste dire qu’aujourd’hui la violence c’est la violence contre tout le peuple centrafricain, parce que tous ceux qui utilisent la violence en ce moment mettent en péril cet Accord, qui est la seule chance pour que la paix revienne en République centrafricaine. Evidemment nous allons aussi nous mobiliser pour lancer cet appel et inciter chacun à prendre ses responsabilités car le moment vraiment est venu de se tourner vers la mise en œuvre de l’Accord, qui est vraiment la chance de retour à la paix.   


Strategic Communication & Public Information Division
MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda

BP : 3338, Bangui, Central African Republic
Mail : publicinformation-minusca@un.org
Website: https://minusca.unmissions.org │

Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions/
Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR
Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/ 

 

CENTRAFRIQUE : ARRIVÉE À BANGUI  DU COMMISSAIRE PAIX ET SÉCURITÉ DE L’UA ET DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT DES NATIONS UNIES

Bangui, le 14 avril 2019 – Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Ambassadeur Smail Chergui, et le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, sont arrivés dimanche à Bangui pour mobiliser et aider à faire avancer l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, signé le 6 février dernier entre le Gouvernement centrafricain et 14 groupes armés. Les deux responsables seront rejoints lundi par le Directeur Afrique de l’Union extérieure (UE), Koen Vervaeke, pour une mission conjointe UA-UN-UE qui prend fin le 18 avril.

S’adressant à la presse, le Commissaire à la paix et à la sécurité s’est réjoui de la présence de cette mission à une Bangui “tournée vers la consolidation du dialogue entre toutes les filles et fils de ce pays” tandis que le Secrétaire général adjoint des Nations Unies a souligné que le moment est à la mobilisation de tous “pour avancer rapidement dans la mise en oeuvre de l’Accord”. “Aujourd’hui il y a une fênetre d’opportunités et il ne faudrait pas la laisser se refermer et nous sommes là pour aider à cette mobilisation. Cette visite a aussi pour objectif de regarder avec tous les partenaires de la RCA comment nous pouvons soutenir le plus vite et le plus efficacement possible la mise en oeuvre de tous les éléments clés de l’Accord”, a précisé le Secrétaire général adjoint. La mission conjointe UA-UN-UE prendra part le 17 avril à Bangui, à la deuxième réunion du Groupe International de Soutien (GIS) à la RCA, destinée à renforcer l’appui de la communauté internationale à la mise en œuvre de l’Accord.

Interrogés sur la violence enregistrée dans certaines parties de la RCA malgré la signature de l’Accord, les deux responsables ont souligné la responsabilité des parties. Le Commissaire à la paix et à la sécurité a rappelé le message aux parties à savoir “que le moment est venu de taire les armes”. “C’est l’un des objectifs de cette visite conjointe, à savoir rappeler aux uns et aux autres les responsabilités qui sont les leurs qui découlent de l’Accord de paix. Nous attendons que la paix, la stabilité, le dialogue se renforcent chaque jour”, a-t-il, tout en reconnaissant qu’il y a encore beaucoup de travail et d’investissements à faire sur le terrain pour rapprocher les coeurs et mettre derrière soi “cette page hideuse et difficile pour la nation centrafricaine”.

Pour sa part, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies a dénoncé la violence qui se fait contre tout le peuple centrafricain, précisant que ceux qui y ont recours “mettent en péril l’Accord et la seule chance pour que la paix revienne en RCA”. “Nous sommes mobilisés pour lancer cet appel et inciter chacun à prendre ses responsabilités. Le moment est vraiment venu pour se tourner vers la mise en oeuvre de cet Accord qui est la chance pour le retour à la paix”, a ajouté le responsable onusien.

Au cours de son séjour, la mission conjointe UA-UN-UE aura des entretiens avec le Chef de l’Etat, le président du Parlement, le Premier ministre, les membres du Gouvernement, les représentants de partis politiques et de la société civile, les garants et les facilitateurs de l’Accord politique ainsi que les diplomates en poste à Bangui. Le programme de visite prévoit aussi une visite de terrain à l’intérieur du pays pour “la mise en oeuvre de l’accord, la consolidation de la paix et le développement”.

Contacts médias:

Union africaine: Francis CHE, +236 72013523, misacbangui@gmail.com

MINUSCA:Vladimir MONTEIRO, +236 75980772, monteiro6@un.org

Union européenne: Jeanne Aurélie NGO BELNOUN, +236 75228726,

Jeanne-Aurelie-Sidonie.NGO-BELNOUN@eeas.europa.eu


Strategic Communication & Public Information Division
MINUSCA HQ, PK4 Avenue B. Boganda

BP : 3338, Bangui, Central African Republic
Mail : publicinformation-minusca@un.org
Website: https://minusca.unmissions.org │

Facebook https://www.facebook.com/minusca.unmissions/
Twitterhttps://twitter.com/@UN_CAR
Flickr https://www.flickr.com/photos/unminusca/ 

 
 
%d blogueurs aiment cette page :