RSS

Archives du 21/03/2018

CENTRAFRIQUE: Le Ministre de l’intérieur, chargé de la sécurité publique, Général de brigade Henri WANZET-LINGUISSARA met en garde ces occupants illégaux de la plage au niveau du Port Beach

MISPT
Le Ministre de l’intérieur, chargé de la sécurité publique, Général de brigade Henri WANZET-LINGUISSARA a enregistré avec beaucoup de regret ces derniers jours, trois cas répétés de noyade sur la rivière Oubangui;
Dont à l’origine, l’occupation illégale de la plage au niveau du Port Beach, avec installation anarchique des points de vente de nourritures et de boissons.
Il met en garde ces occupants illégaux et leur demande sous huitaine de déguerpir les lieux, faute de quoi ils se feront déguerpir par la force de la Loi.
Par ailleurs, il présente toutes ses condoléances les plus émues aux familles éprouvées par ces tragédies de noyade.
Le Ministre de l’intérieur, chargé de la sécurité publique tient la main aux présentes dispositions et invite les Entités des Forces de Sécurité Intérieure chargées d’exécution de la Loi à veiller chacune en ce qui la concerne à la stricte application.
Signé le Général de brigade Henri WANZET-LINGUISSARA, Ministre de l’intérieur, chargé de la sécurité publique.

 

Source : ACAP/FCBK/MISP

 

CENTRAFRIQUE: LES FACA ET LES FORCES DE LA MINUSCA ADOPTENT UNE NOUVELLE POSTURE FACE AUX GROUPES ARMES À PAOUA

Bangui, le 21 mars 2018 – Les Forces armées centrafricaines (FACA) et les Forces de la MINUSCA, ont adopté une nouvelle posture face aux groupes armés chassés dans la région de Paoua en vue de réduire leur influence. Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, ce mercredi, le Chef du bureau régional de la Mission à Paoua, Addih Alamine Simon, a déclaré que le « changement de mode opératoire » de la Mission commence à produire des résultats positifs dans toute la localité. 

« Les ennemis de la paix se sont retranchés dans la brousse et tendent des embuscades à la paisible population pour commettre des exactions sur elles. Les Forces ont été instruites de les poursuivre. Depuis la semaine dernière, la situation a commencé à s’améliorer. Nous n’avons enregistré aucun incident entrainant la mort d’une personne », a déclaré Addih Alamine Simon. Il a ajouté que cette nouvelle posture s’inscrit dans le cadre de l’opération « Mbaranga », lancée par les éléments de la MINUSCA en collaboration avec les Forces armées centrafricaines (FACA). 

Addih Alamine Simon a souligné que depuis le lancement de cette opération qui en est à sa quatrième phase, le calme revient dans la ville de Paoua et ses environs. Ce qui a favorisé l’ouverture des établissements scolaires dans la localité de Gouzé, par exemple, et encouragé les humanitaires à revenir dans la ville. Le Chef du bureau régional de la MINUSCA à Paoua a déclaré que l’opération « Mbaranga » se poursuivra dans toute la préfecture de l’Ouham Pendé. « Très bientôt, la situation sécuritaire redeviendra normale à Paoua et dans la préfecture de l’Ouham-Pende », a-t-il dit, invitant enfin la population à faire confiance aux forces de la MINUSCA et aux FACA déployées dans la zone. 

Intervenant également au cours de cette conférence de presse, le directeur de la division de la communication stratégique et de l’information publique de la MINUSCA, Hervé Verhoosel, a fermement dénoncé des « pratiques mafieuses » de certains groupes de brigands qui raquettent les commerçants du quartier du Kilomètre Cinq (PK5) à Bangui. « Ces pratiques sont inacceptables et illégales. PK5, est surnommé le poumon économique de Bangui et doit le rester. Ces groupes doivent comprendre que le temps est venu de cesser leurs pratiques violentes et frauduleuses qui, tôt ou tard, ne resteront pas impunies. Le Gouvernement et la MINUSCA y travaillent », a-t-il prévenu. 

Hervé Verhoosel a également dénoncé l’enrôlement des enfants dans les groupes armés, comme observé par la Mission la semaine dernière dans la ville de Mboki avec le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC). Il a exhorté les différents groupes armés à arrêter le recrutement d’enfants de moins de 18 ans. « La MINUSCA rappelle que le recrutement d’enfants soldats est interdit par les lois internationales. La RCA a ratifié le 21 Septembre 2017 un protocole international l’interdisant. Nous invitons le Gouvernement à traduire ce protocole en loi nationale dans les plus brefs délais », a enfin, souligné Hervé Verhoosel, concluant que « l’avenir de ce pays ce ne sont pas ces groupes armés, mais ce sont ces jeunes à qui, il faut donner une chance ».​

______________________________________________________________________________
Division de Communication Stratégique et d’information publique 
MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine 
https://minusca.unmissions.org  | @UN_CAR |
 
 
%d blogueurs aiment cette page :