RSS

CENTRAFRIQUE : ACCORD DE PAIX DE ROME, PROLONGATION OU FIN DE LA TRAVERSÉE DU DÉSERT ?

24 Juin

L’interminable traversée du désert avec des épisodes tragiques préoccupe toutes les bonnes intentions au point de pousser la communauté catholique Sant’Egidio dans l’arène de la médiation.
Après de multiples manœuvres en coulisse, cette dernière a réussi à réunir les acteurs de la crise centrafricaine à Rome en Italie pour une énième discussion en vue d’un accord de pacification de notre chère patrie.
Sur la quarantaine de personnalités composant la délégation centrafricaine, 80% soit treize groupes armés ( en dehors du groupe de Sidiki ) se sont taillé la part du lion.
Pensez-vous que les intérêts des centrafricains étaient au rendez-vous ? Et pourquoi le groupe de Sidiki n’a pas effectué le déplacement alors qu’il était convié ? Peut-on avoir une idée sur les critères de sélection des personnalités qui ont effectué le déplacement de Rome ? A propos, peut-on être sous sanctions du conseil de sécurité de l’ONU et voyager librement même dans l’espace Schengen sans être inquiété ? Ces différents interlocuteurs sont-ils crédibles et représentatifs des groupes armés ? Suite aux âpres échanges, un accord « muet » obtenu à l’arraché a été paraphé le 19 juin 2017.
Il faut noter que cet accord n’a pas de calendrier, ni de chronogramme, aucune donnée chiffrée sur le coût et encore moins sans la mise en place d’un organe de suivi. Il en ressort de ce fameux accord de Rome un cessez-le-feu immédiat, l’adhésion des groupes armés au programme DDRR, la transformation des groupes armés en partis politiques assortie de condition d’implantation sur l’ensemble du territoire national, la participation des seigneurs de guerre à la vie politique, la libération des territoires occupés ainsi que la levée des barrières illégales, enfin la libre circulation des personnes et des biens…presque un marchandage ou un fond de commerce au prix du sang des centrafricains. Il faut noter que cette énième accord s’inscrit dans la logique des précédents accords de Libreville, Brazzaville et le forum de Bangui. Différemment apprécié, les observateurs de la vie politique ont une appréciation mitigée. Dubitatif, le citoyen lambda veut croire mais hésite, il émet des réserves car beaucoup d’interrogations méritent de clarifications pour dissiper les doutes, le flou, les non-dits…bref
les incompréhensions qui gravitent autour de cet accord : quel est l’apport ou la particularité de l’accord de Rome par rapport aux précédents accords ? Qu’est-ce qui nous garantit que celui-ci sera l’ultime ou le dernier ? Compte tenu de la versatilité, le double langage et le volt-face des groupes armés, ne vont-ils pas dénoncer cet accord ultérieurement ? Cet accord est-il la clé de voûte pour débloquer le processus de pacification du pays ? Qui du gouvernement et des groupes armés est sorti gagnant de cet accord ? Ces multiples groupes armés réussiront-ils à harmoniser et rendre cohérents leurs différents objectifs en vue d’une synergie en faveur de la paix ? Parallèlement, pourquoi le représentant de l’ONU n’a pas paraphé l’accord de Rome ? Le signer ne donnerait-il pas de crédit supplémentaire au document ? Alors pourquoi a t-il effectué le déplacement de Rome si ce n’est seulement pour observer ? S’agissant de la participation des groupes armés à la vie politique, comment se fera le partage du pouvoir ? Qu’ adviendrait la chaîne de commandement militaire des groupes armés bardée de grades et galons fantaisistes ? Ne tenteront-ils pas de réclamer un jour la primature ? Face aux différentes tueries barbares causées sur de paisibles citoyens, qu’en est-il de leurs droits civiques ? Les chefs de guerre veulent devenir des leaders de parti politique, où est la morale ? Cela n’est-il pas un manque de respect envers le peuple centrafricain ? Remplissent-ils les conditions requises par la loi pour devenir brusquement des leaders politiques ? N’avez-vous pas remarqué que l’accord de Rome n’a pas réservé une rubrique aux victimes ? Cela n’est pas évidemment un oubli mais confirme un des non-dits relatif à une éventuelle loi d’amnistie. L’union africaine, absente de tout processus et initiatrice de l’idée d’amnistie dans la crise centrafricaine était présente à Rome. Cette réapparition de l’union africaine ne vous inquiète t-elle pas ? Et si la loi d’amnistie venait à être voté, la budgétivore Cour pénale spéciale servirait à quoi ? Que fait-on du principe de « l’impunité zéro »prôné par le Président de la République ?
La reprise des hostilités à Bria au lendemain de l’accord nous démontre que beaucoup reste à faire et nous craignons le bis repetita et surtout le retour à la case départ. Il est important de remarquer que ce sont les mêmes chefs de guerre qui ont signé les précédents accords qui ont paraphé celui de Rome. L’histoire semble se répéter et met à nu la sincérité des seigneurs de guerre. L’absence de l’Etat ou du moins la perte d’une bonne partie de sa souveraineté confirme que l’Etat s’est effondré. Impuissant, ce gouvernement est loin de restaurer l’espoir et encore moins la paix.
Le constat est hélas amer, la situation du pays est plus chaotique qu’à l’arrivée des nouvelles autorités. La stérilité, la sécheresse idéologique et stratégique des nouvelles autorités sont notoires. On ne recherche pas la paix sans en connaître la définition et les concepts connexes. Mais attention, ne le dites à personne. Si on vous demande, ne dites pas que c’est moi.                                                                                                         
Paris le 23 juin 2017
IMG_5081
Bernard SELEMBY DOUDOU
Juriste, Administrateur des Elections.  
Tel : 0666830062.   
 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE : ACCORD DE PAIX DE ROME, PROLONGATION OU FIN DE LA TRAVERSÉE DU DÉSERT ?

Publié par le 24/06/2017 dans Uncategorized

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :