RSS

CENTRAFRIQUE : LE QUAI D’ORSAY MÈNE L’ENQUÊTE A BANGUI

03 Fév

Les ressortissants centrafricains désirant se rendre en France ou dans un État membre de l’espace Schengen doivent disposer d’un visa. Ils doivent par ailleurs être en mesure de présenter à la frontière les justificatifs réglementaires relatifs à l’objet du séjour, aux moyens de subsistance et aux conditions d’hébergement.

Le type de visa requis pour entrer en France dépend à la fois de la durée et des motifs du séjour envisagé. Dans tous les cas, le passeport doit avoir une durée de validité suffisamment étendue pour couvrir le séjour dans l’espace Schengen.

Or depuis quelques temps l’on constate que l’obtention des visas est devenue un commerce lucratif pour le personnel de cette ambassade. Un réseau de faussaires s’est constitué avec la bénédiction de l’ancien ambassadeur Charles Malinass. Le ministère français des affaires étrangères a diligenté un audit interne visant le fonctionnement de l’ambassade de France à Bangui.

Selon nos sources, l’administration centrale du quai d’Orsay a lancé cette enquête après avoir été alertée, dès l’été 2016 – date de l’installation de l’équipe du nouvel ambassadeur Christian Bader, précédemment en poste à Malabo – de la possible existence de pratiques douteuses et notamment d’une filière de faux visas.

Cette enquête ouverte permettra-t-elle de cerner les contours de cette affaire honteuse pour le pays des droits de l’homme ?

QUI VIVRA ENCORE VERRA.

Bangui, le 03 Février 2017

Par Charlie Joseph LARABO

 
 
 
 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE : LE QUAI D’ORSAY MÈNE L’ENQUÊTE A BANGUI

Publié par le 03/02/2017 dans Uncategorized

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :