RSS

CENTRAFRIQUE: SITUATION HUMANITAIRE ALARMANTE A BOCARANGA : VISITE DU COORDONNATEUR HUMANITAIRE

09 Nov
 ocha

Bangui, le 9 novembre 2016 – La situation humanitaire reste inquiétante dans la sous-préfecture de Bocaranga. Dans la commune de Koui, située à environ 40 kilomètres de Bocaranga, 145 villages se sont dépeuplés depuis l’occupation de cette zone par des éléments armés depuis la fin du mois de septembre. Ainsi sur les 41 000 habitants que compterait Koui, 15 000 se sont réfugiés à Bocaranga et les autres se sont enfuis dans la brousse ou le long des axes menant à Bocaranga.

Cette réduction alarmante et drastique de l’espace humanitaire a amené le Coordonnateur humanitaire, Fabrizio Hochschild, à effectuer une visite à Bocaranga le 5 novembre dernier. A cette occasion, les acteurs humanitaires ont exprimé leur vive inquiétude quant à la situation à Koui, une ville fantôme devenue inaccessible depuis septembre dernier. Les centres de santé ne sont plus opérationnels et les acteurs humanitaires sont dans l’incapacité d’apporter une aide quelle qu’en soit la forme en raison d’une insécurité extrême. Lors de la visite effectuée sur le site des déplacés de l’Evêché qui compte environ 440 personnes, le Coordonnateur humanitaire a pu se rendre compte des menaces qui pèsent sur les civils. Craignant d’être attaqués, certains déplacés ont choisi de se réfugier dans les villages et la brousse environnante.

Devant cette désolation accentuée par l’absence presque totale de l’autorité de l’Etat, Fabrizio Hochschild s’est entretenu avec l’adjoint au maire de Bocaranga et les représentants des communautés locales afin de mieux définir les contours des actions urgentes à mener. L’insécurité et l’absence de l’autorité de l’Etat ont été les principales préoccupations soulignées.

Le Coordonnateur humanitaire a rassuré la population que leurs messages seront transmis à qui de droit notamment au Gouvernement et à la MINUSCA. Il a invité la communauté à travailler davantage à la paix et au dialogue. Il a enfin plaidé en faveur de la sécurité des acteurs humanitaires qui font l’objet d’extorsions ou d’attaques récurrentes par les éléments armés alors qu’ils ont pour objectif d’apporter une assistance vitale aux populations vulnérables.

La délégation du Coordonnateur humanitaire était composée de l’Ambassadeur des États-Unis, le Représentant adjoint de l’UNICEF, le Coordonnateur du groupe de protection de l’équipe humanitaire pays ainsi que du le Chef du Bureau d’OCHA.

Virginie Bero

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :