RSS

Archives du 24/10/2016

CENTRAFRIQUE: A quoi sert vraiment cette fameuse force dite: MINUSCA ? Trop c’est trop

14705648_1165092443585348_7199456354918037497_n

 

A nous faire voir ces belles carrosses ruisselante ,ses canons cirés et couché nos filles?
Pendant qu’en Somalie,au Mali ,en Irak et RD Congo ils aident les forces de sécurité et de défense à faire le feu sur les forces rebelles,celle de la RCA,refuse de réarmer notre FACA,mais aide plutôt les rebelles a occupé le terrain.

En effet nous nous rendons compte après investigation que la composition majoritaire de cette force est musulmane,donc d’office appartenant au camp de nos antagonistes,au lieu d’aider à la réconciliation,ils activent plutôt la haine et la division.

PARTEZ,PARTEZ, que nos femmes et nos enfants,jettent derrière vos avions des tisons ardents,symbole d’un départ définitif, couvert de honte et malédiction populaire!!!!!

PAAARRRTTTEEEEZZZZ

Par A H-P 

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: A quoi sert vraiment cette fameuse force dite: MINUSCA ? Trop c’est trop

Publié par le 24/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: FLASH-INFO : VILLE MORTE : La  MINUSCA tire à balle rélle et tue la population civile Centrafricaine sans ARMES.

Des dixaines de Centrafricains sont encore morts ce matin suite à la journée ville morte.

Nos compatriotes ont été tués par la MINUSCA juste parce qu’ils exigeaient le départ de cette force Onusienne de la République Centrafricaine à cause de leur partialité dans la gestion de la crise Centrafricaine.

Pourquoi la MINUSCA n’a t-elle pas utiliser ces balles pour empêcher la Séléka de massacrer des civils ou anti balaka pour tuer des peulhs?

TUER à KOUI, A BAMBARI, A KAGA BANDIRO,A BANGUI, TUER A NGAKOBO, A KOUANGO partout sur le territoire.

TUER SUR SON PROPRE PAYS?

SOMMES-nous des bêtes ?

QUI VIVRA ENCORE VERRA.
Bangui, le 24 Octobre 2016
Par Charlie Joseph LARABO

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: FLASH-INFO : VILLE MORTE : La  MINUSCA tire à balle rélle et tue la population civile Centrafricaine sans ARMES.

Publié par le 24/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE : VILLE MORTE LARGEMENT SUIVIE : SARANDJI DOIT DÉMISSIONNER.

sarandji

La capitale de la RCA est annoncée VILLE MORTE ce 24 Octobre, sur l’initiative des organisations de la société civile, afin de contraindre la MINUSCA à déguerpir de la Centrafrique, ainsi que la démission de Parfait Onanga-Anyanga.

Les leaders de cette organisation accusent les Casques bleus de ne pas respecter leur mandat, comme la réduction de la présence des groupes armés et la protection des civils.

Selon l’un des leaders de la société civile, Gervais Lakosso, les Casques bleus « ont doublement failli à leur mission » car « ils sont là pour protéger les populations civiles, et pour réduire la présence des groupes armés ».

Or, selon lui, des civils « sont tués chaque jour devant eux » et « l’on assiste à une montée en puissance des groupes armés ».

Le gouvernement n’a pas caché sa colère. Dans une déclaration, il invite les Centrafricains au boycott de cet appel à travers les déclarations de Théodore Jousso, le porte-parole du gouvernement.

Cette journée a été largement observée par la population malgré les intimidations du premier ministre Mathieu Simplice Sarandji contre ce mot d’ordre de désobéissance civile.
A Bangui toutes les avenues sont barricadées par les populations, aucun véhicule ne circule dans la ville, les rues de Bangui sont désertes actuellement sauf quelques piétons passent.
Une pétition de la société civile est en circulation depuis la semaine dernière dans le pays pour exiger le retrait de la Minusca. Une pétition qui aurait déjà recueillie plus de 30 000 signatures en 72 heures.

C’est trop calme », confiait un haut fonctionnaire centrafricain qui décrit une ville sans activité ou presque.
Les banques et commerces sont fermés. Même si quelques échoppes ont ouvert dans le centre-ville, Bangui est encore à l’arrêt.

Des barricades sont toujours dressées par endroits et des tirs très sporadiques se sont fait encore entendre dans la matinée.
Certains taxis circulent, mais la plupart refusent de reprendre le travail pour raison de sécurité, en particulier dans les quartiers, de Petevo, Lakouanga, Sica 1 et 2, Miskine, Combattants, Gobongo, Ouango, Pk12 ou Boy-Rabe. « Il y a des types armés qui s’en prennent aux taxis, explique l’un d’entre eux.

A Ouango un chauffeur s’est fait braquer son taxi ce matin, il n’a pu le récupérer que grâce à l’intervention du contingent rwandais ».
Selon une source syndicale, ce sont des anti-balaka qui s’en prennent aux taxis motos. « Ils veulent que Bangui soit ville morte pour pouvoir mener à bien leurs projets », commente cette source.

Au fait le peuple a suivi Gervais Lakosso au détriment de Mathieu Simplice Sarandji devenu impopulaire.

Cette tension et la quasi-paralysie de Bangui va-t-elle poussé le premier Ministre Sarandji à tirer les conséquences de cet échec patent et démissionner ?

Le président Touadera tirera-t-il les leçons de cette journée pour démettre Sarandji ?

QUI VIVRA ENCORE VER
Bangui, le 24 Octobre 2016
Par Charlie Joseph LARABO

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE : VILLE MORTE LARGEMENT SUIVIE : SARANDJI DOIT DÉMISSIONNER.

Publié par le 24/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: ville morte marquée par des tirs d’armes

bangui
          Crédit Photo : Bangui la capitale Centrafricaine /@Bruno-Serge PIOZZA/ph

Bangui 24 Octobre 2016  la ville de Bangui, capitale de la République Centrafricaine, est paralysée par la ville morte lancée par la société civile demandant le départ de la Mission onusienne Minusca du pays. Des tirs à l’arme lourde et légère sont entendus depuis ce lundi matin  dans la capitale. Le groupe de travail de la société civile centrafricaine a lancé depuis la semaine dernière une pétition exigeant le réarmement des forces nationales en alternative au départ des soldats de l’ONU jugés de passivité et de connivence avec les rebelles dans le pays. 

La ville de Bangui et ses environs sont secouées par des tirs automatiques et lourds ce matin empêchant les activités. Les coups de feu ont créé la psychose dans la ville. Les administrations, le transport et le commerce sont suspendus. Des barricades sont érigées dans certains artères de la ville de Bangui.

Les Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) ont fait usage d’armes pour enlever les barricades et dissuader les groupes de personnes voulant pacifiquement manifester comme indique la société civile dans le mot d’ordre.

« le mot d’ordre ne sera levé qu’après la satisfaction totale de nos revendications citoyennes à savoir: le retrait de la Minusca, la levée immédiate et sans conditions de l’embargo, le redéploiement sans conditions des Faca« , a souligné dans un communiqué le Coordonnateur du groupe de travail de la société civile, Gervais Lakosso.

A la veille du lancement de l’appel de la société civile à la ville morte ce lundi, le gouvernement centrafricain à travers son porte-parole Théodore Jusso s’est opposé pour condamner cette stratégie du groupe de travail de la société civile. Sur les ondes de la radio nationale, le porte-parole Théodore Jusso a appelé les Centrafricains à aller au travail ce lundi et vaquer à leur occupation. Mais cet appel du gouvernement, au regard la situation, n’est pas suivi.  Affaire à suivre…

Par Eric NGABA

Source : .ndJonisango

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: ville morte marquée par des tirs d’armes

Publié par le 24/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: Alerte infos / M. Henri Marie Dondra, pourquoi Les centrafricains ne peuvent- ils pas avoir accès à leurs comptes ou tout simplement retirer de l’argent de leurs comptes ?

hondra

En effet, depuis le guichet de la banque Ecobank sis au 4ème arrondissement de la ville de Bangui, à celui de l’immeuble sis au rond point central en passant par le guichet de l’hôtel Ledger, personne ne peut avoir droit à ses disponibilités, il y a plusieurs heures déjà. Qu’en dites – vous ? Etes – vous tout simplement partisan de la ville morte ou membre du gouvernement Sarandji ? Dans l’affirmative, pourquoi alors aucune disposition administrative et technique n’a – t- elle prise dans les banques commerciales de la place en vue de permettre les conditions élémentaires de circulations financières ?

Est – ce un signe qui atteste que la ville morte tant promise par la société civile sera effective ? Dans ce cas, quelle serait donc la raison d’être de ce fameux gouvernement de compétences ? Affaire à suivre….

Jean – Paul Naïba

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: Alerte infos / M. Henri Marie Dondra, pourquoi Les centrafricains ne peuvent- ils pas avoir accès à leurs comptes ou tout simplement retirer de l’argent de leurs comptes ?

Publié par le 24/10/2016 dans Uncategorized

 
 
%d blogueurs aiment cette page :