RSS

CENTRAFRIQUE : L’AFFLUX DES DÉPLACÉS DE KAGA-BANDORO CONTINU VERS BANGUI

19 Oct
deplaces-de-kaga-bandoro-cha_car

 

Le nombre des déplacés de Kaga-Bandoro s’accroit de jour en jour dans la capitale centrafricaine. Le notable de Gobongo2 qui a offert l’hospitalité à ses rescapés de la violence déplore le manque de prise en charge de ceux-ci par le gouvernement et les ONG.

Ce sont des hommes, des femmes et des enfants exténués démunis de tout et bouleversés qui sont arrivés à Bangui en provenance de Kaga-Bandoro depuis le début de la semaine. Ces déplacés qui n’ont pas de parents à Bangui sont logés au domicile du Chef du quartier Gobongo2, Etienne Oumba.

Devant son incapacité à prendre en charge ces personnes déplacées, le notable a lancé un appel d’aide au gouvernement qui jusque-là reste insensible. « Depuis hier, nous n’avons reçu aucune aide de la part des membres du gouvernement. Seulement des visites de la Croix-Rouge Centrafricaine, des ONG comme OXFAM, Caritas, Plan International et autres ainsi que des députés de Kaga-Bandoro. Mais ces ONG n’ont donné aucune aide, elles ont juste enregistré les déplacés», a confié ce dernier.

Cette demande d’assistance est aussi réitérée par le coordonnateur des victimes du 8ème arrondissement qui déplore les conditions de séjour et d’alimentation de ces personnes déplacées. Il faut aussi relever que parmi ces sinistrés se trouvent des femmes enceintes, des malades dont un atteint de la tuberculose. D’après lui, ils ont reçu des vêtements, des nourritures de la part de la population environnante et de quelques personnes de bonne foi, qui leur ont offert des sacs du riz, de maniocs, des sachets de café, des bidons d’huile, des cartons de savon. C’est le cas de l’association des femmes évangéliques de Bossangoa. Mais tout cela semble insuffisant vu leur nombre.

Interrogés par le RJDH sur les événements de Kaga-Bandoro, ces rescapés ont déclaré quitter leur village à cause de l’insécurité car le contingent pakistanais manque à sa mission et serait de mèche avec les Ex-Séléka. « Si les Burundais ne seraient pas déployés, nous serons tous morts. J’ai même vu de mes yeux, les pakistanais donner des minutions aux Ex-Séléka. Qu’ils rentrent car nous n’avons pas le moral en pensant à ceux qui sont encore à Kaga-Bandoro », exigent-t-ils. L’accusation constante contre les casques bleus pakistanais est encore difficile à confirmer.

Selon ces rescapés de la tragédie de Kaga-Bandoro, le nombre des morts est difficile à préciser. Le bilan dépasserait plus de 300 morts car beaucoup de personnes sont mortes par noyade. C’est depuis le 17 octobre 2016 que ces personnes sont arrivées à Bangui. En dehors de la résidence du chef, certains sont à l’ONAF et d’autres chez leurs parents.

Source: RJDH

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :