RSS

CENTRAFRIQUE: KAGA-BANDORO : DES PERSONNES BRÛLEES VIVES PAR LES REBELLES DE LA SELEKA !!!

13 Oct

PERSONNES ET BIENS BRULLES.jpg

 Une fois de plus, la séléka vient de commettre un acte barbare, une énième de son existence. A Kaga-Bandoro, ville sous son emprise d’il y a quelques années, le choc est au top niveau.

Retour sur cette affaire qui est une de trop dans cette ville qui compte à peine 57 milles habitants.

Nous sommes à Kaga-Bandoro, chef-lieu de la préfecture de la Nana Gribinzi. Il est 03h du matin ce mercredi 12 Octobre 2016.

Dans un quartier proche de l’église catholique de la ville, un homme est abattu par une foule de personnes. Pour cause, l’homme est l’origine de plusieurs cas de braquages dans les environs.

Ce jour a été celui du malheur. On le prend mains dans le sac et il a payé de sa vie.

Aussitôt, la nouvelle prend de l’ampleur. Ses frères d’armes s’enflamment et quadrillent les alentours. Des tirs commencent de partout et la population a immédiatement pris le chemin des camps des déplacés.

En passant, les éléments de la séléka s’en prennent aux passants faisant plusieurs blessés.

On apprendra que des cas de morts sont signalés dans un marché de la ville.

Sous les yeux ahurissants des casque bleus, qui pourtant sont omniprésents à Kaga-Bandoro, les séléka se dirigent vers le plus grand des camps de déplacés.

Résultat : des centaines de personnes brûlées vives dont plusieurs personnes de troisième âge et des enfants qui n’avaient pas la possibilité de prendre leurs jambes au cou.

La Minusca tente alors de calmer le jeu, mais le dégât est commis et la suite, on le sait.

Pour certains observateurs, cette énième attaque de Kaga-Bandoro est un prétexte sinon un coup monté de toute pièce par les ennemis de la paix à une fin que l’on sait tous « la partition du pays ».

Depuis, les attaques dans cette ville ne vient que des Centrafricains de confession chrétienne.

Il y a quelques jours, la procureure de la CPI dit suivre le dossier centrafricain de près. L’un des leaders de la séléka, le nommé Abakar Sabone ne pourra échapper à cette juridiction pour non seulement ses nombreux appels à la haine et à la division mais aussi pour des crimes de guerre commis par ses hommes.

Le gouvernement quant à lui, peine à imposer son autorité dans cette région de la Centrafrique.

 

Source : MBIPATISIRIRI

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :