RSS

Archives du 13/10/2016

CENTRAFRIQUE: KAGA-BANDORO : DES PERSONNES BRÛLEES VIVES PAR LES REBELLES DE LA SELEKA !!!

PERSONNES ET BIENS BRULLES.jpg

 Une fois de plus, la séléka vient de commettre un acte barbare, une énième de son existence. A Kaga-Bandoro, ville sous son emprise d’il y a quelques années, le choc est au top niveau.

Retour sur cette affaire qui est une de trop dans cette ville qui compte à peine 57 milles habitants.

Nous sommes à Kaga-Bandoro, chef-lieu de la préfecture de la Nana Gribinzi. Il est 03h du matin ce mercredi 12 Octobre 2016.

Dans un quartier proche de l’église catholique de la ville, un homme est abattu par une foule de personnes. Pour cause, l’homme est l’origine de plusieurs cas de braquages dans les environs.

Ce jour a été celui du malheur. On le prend mains dans le sac et il a payé de sa vie.

Aussitôt, la nouvelle prend de l’ampleur. Ses frères d’armes s’enflamment et quadrillent les alentours. Des tirs commencent de partout et la population a immédiatement pris le chemin des camps des déplacés.

En passant, les éléments de la séléka s’en prennent aux passants faisant plusieurs blessés.

On apprendra que des cas de morts sont signalés dans un marché de la ville.

Sous les yeux ahurissants des casque bleus, qui pourtant sont omniprésents à Kaga-Bandoro, les séléka se dirigent vers le plus grand des camps de déplacés.

Résultat : des centaines de personnes brûlées vives dont plusieurs personnes de troisième âge et des enfants qui n’avaient pas la possibilité de prendre leurs jambes au cou.

La Minusca tente alors de calmer le jeu, mais le dégât est commis et la suite, on le sait.

Pour certains observateurs, cette énième attaque de Kaga-Bandoro est un prétexte sinon un coup monté de toute pièce par les ennemis de la paix à une fin que l’on sait tous « la partition du pays ».

Depuis, les attaques dans cette ville ne vient que des Centrafricains de confession chrétienne.

Il y a quelques jours, la procureure de la CPI dit suivre le dossier centrafricain de près. L’un des leaders de la séléka, le nommé Abakar Sabone ne pourra échapper à cette juridiction pour non seulement ses nombreux appels à la haine et à la division mais aussi pour des crimes de guerre commis par ses hommes.

Le gouvernement quant à lui, peine à imposer son autorité dans cette région de la Centrafrique.

 

Source : MBIPATISIRIRI

 

 

CENTRAFRIQUE: LE COORDONNATEUR HUMANITAIRE CONDAMNE LA RECRUDESCENCE DE LA VIOLENCE A KAGA BANDORO

kaga-bandoro-11

Bangui, le 12 octobre 2016 – Le Coordonnateur humanitaire, a.i. en République centrafricaine, Mohamed Malick Fall, condamne fermement la nouvelle flambée de violence qui a secoué Kaga Bandoro, préfecture de la Nana Gribizi, ce mercredi 12 octobre. Les locaux de plusieurs ONG internationales et nationales ainsi que des résidences d’autorités locales ont été pillés. Des habitations des déplacés du camp de l’Evêché ont également été incendiées.

Indigné par les attaques contre les déplacés et les actes de représailles contre les civils, Mohamed Malick Fall a rappelé que «les premières victimes de l’insécurité et de la violence sont les populations civiles dont elles exacerbent la vulnérabilité et la précarité ». Plus 5 000 déplacés du camp de l’évêché se sont réfugiés à côté de la base de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) et environ 250 se sont rassemblés autour du bâtiment commun des Nations Unies. «Cette insécurité demeure une source de préoccupation. Elle constitue un défi de taille à la protection des déplacés et à la prise en charge rapide des blessés. Elle rend, par ailleurs, d’autant plus difficile l’accès aux populations vulnérables» a déploré le Coordonnateur humanitaire.

A la fin du mois de septembre, les acteurs humanitaires avaient déjà significativement réduit leurs activités et leur présence à Kaga Bandoro suite aux cambriolages de certaines de leurs bases. A Kaga Bandoro seul, la réduction de l’espace humanitaire a privé au moins 200 000 personnes d’assistance. Dans la région (Kaga-Bandoro, Batangafo, Kabo, Moyenne Sido), l’insécurité alimentaire affecte 120 000 personnes et 73 206 personnes sont toujours déplacées. Dans ce contexte, Mohamed Malick Fall a mis en garde contre une nouvelle dégradation sécuritaire et ses impacts négatifs sur l’acheminement de l’aide humanitaire alors que Kaga Bandoro se relève à peine des inondations du 4 octobre. Elles avaient affecté 3 000 personnes dans 14 quartiers.

«Afin qu’ils puissent continuer à apporter de l’aide à ceux qui sont dans le besoin, il est nécessaire et crucial de faciliter sans condition l’accès des travailleurs humanitaires aux populations vulnérables » a réitéré le Coordonnateur humanitaire. «J’insiste à nouveau sur les principes de neutralité et d’impartialité qui guident l’action humanitaire et l’urgence de secourir les populations dont la vulnérabilité est exacerbée par l’impact de la violence » a-t-il souligné.

—————————————–
Ms. Yaye Nabo SENE
Head, Public Information |United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA)
Central African Republic (CAR)
Email: seney@un.org | Mob: +236 70087565 | Skype: yayenabosene
car.humanitarianresponse.info | unocha.org/car | humanitarian.id | reliefweb.int
 
 
%d blogueurs aiment cette page :