RSS

CENTRAFRIQUE: Politique / Touadéra, cessez de négocier avec les bourreaux du peuple. Neutralisez – les tout simplement !

06 Oct

_haroun-gaye-avec-fat

Depuis la prise de pouvoir du président Touadéra, sa fameuse politique de main tendue, dans le cadre de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, aux bourreaux du peuple, aux liquidateurs de la République, aux conquistadores, aux enfants du malheur et aux assassins, est restée inefficace. Pis, elle n’est plus acceptée par le peuple qui l’a massivement élu et qui veut tout simplement vivre en paix, comme tous les autres peuples du monde, sur sa terre, celle de ses ancêtres et de ses aïeux. Elle est considérée comme un acte de lâcheté, de couardise et de faiblesse et sert même de caution, de garantie ou de chèque à blanc délivré aux fauteurs de troubles. Elle est même considérée comme un acte de collaboration avec les ennemis de la République et ressemble déjà à un acte de haute trahison, susceptible d’appel à la démission.

C’est fort de cette fameuse politique, et c’est parce que le président Touadéra l’ a reçu au palais de la Renaissance, lui a serré les mains pleines du sang du peuple centrafricain, lui a remis de l’argent extrait de la caisse du trésor public et lui a demandé de l’aider à rétablir la paix et la sécurité dans les préfectures de la Ouaka et de la Basse – Kotto, qu’un certain Ali Darass continue de sévir à Bambari, de tuer des paisibles populations à Kouango, d’incendier des habitations et des greniers, de violer des centrafricaines, de détruire les biens publics et privés, de racketter, de lever l’impôt et de percevoir les taxes fiscales et douanières, en lieu et place des agents des régies financières. Terrible, n’est – ce pas ? C’est fort de cette fameuse politique, et c’est parce que le président Touadéra l’ a reçu au palais de la Renaissance, lui a serré les mains pleines du sang du peuple centrafricain, lui a remis de l’argent extrait de la caisse du trésor public et lui a demandé de l’aider à rétablir la paix et la sécurité dans les préfectures de la Nana – Gribizi et la Bamingui – Bangoran, qu’un certain Al- Katim, sous le haut commandement direct d’un certain Nourreldine Adam, continue de sévir à Kaga – Bandoro, Ndomété, et à Ndélé, d’y tuer des paisibles populations, d’incendier des habitations et des greniers, de violer des centrafricaines, de détruire les biens publics et privés, de racketter, de lever l’impôt et de percevoir les taxes fiscales et douanières, en lieu et place des agents des régies financières.

Terrible, n’est – ce pas ? C’est fort de cette fameuse politique, et c’est parce que le président Touadéra l’ a reçu au palais de la Renaissance, lui a serré les mains pleines du sang du peuple centrafricain, lui a remis de l’argent extrait de la caisse du trésor public et lui a demandé de l’aider à rétablir la paix et la sécurité dans les préfectures de l’Ouham – Pendé et la Nana – Mambéré, qu’un certain Sidiki, peuhl d’origine camerounaise, continue de sévir à Koui, De Gaulle et à Bocaranga, d’y tuer des paisibles populations, d’incendier des habitations et des greniers, de violer des centrafricaines, de détruire les biens publics et privés, de racketter, de lever l’impôt et de percevoir les taxes fiscales et douanières, en lieu et place des agents des régies financières. Terrible, n’est – ce pas ? C’est fort de cette fameuse politique, c’est parce que le président Touadéra l’ a reçu au palais de la Renaissance, leur a serré les mains pleines du sang du peuple centrafricain, leur a remis de l’argent extrait de la caisse du trésor public et leur a demandé de l’aider à rétablir la paix et la sécurité au Km 5, qu’un certain Abdoulaye Hissen, même s’il n’est plus à Bangui, et sa bande continuent d’y sévir, d’y tuer des paisibles populations, d’incendier des habitations et des greniers, de violer des centrafricaines, de détruire les biens publics et privés, de racketter, de lever l’impôt et de percevoir les taxes fiscales et douanières, en lieu et place des agents des régies financières. Terrible, n’est – ce pas ? C’est fort de cette fameuse politique que sans donner des précisions sur les actions que compte organiser le gouvernement face au regain de violences, que Jean Serge Bokassa a appelé les centrafricains à faire un bloc, au lendemain du lâche assassinat du commandant Mombéka, au Km 5.

Le gouvernement appelle les centrafricains à l’unité et à la solidarité autour de ses actions pour faire face aux fauteurs de troubles. Le plus bel exemple que nous pouvons donner est celui de l’unité et de la solidarité », a affirmé le ministre qui met en garde les auteurs des violences. « Ceux qui utilisent la violence doivent comprendre que leurs actes ne resteront pas impunis. Le gouvernement mettra tout en œuvre pour que justice soit faite », a prévenu le membre du gouvernement. Pour Jean Serge Bokassa, les actes de violences sont dirigés contre la paix « les faits de ces derniers jours témoignent à suffisance, la volonté de certains, la volonté criminelle, meurtrière d’enfreindre le processus de paix engagée par le chef de l’Etat. Céder à ces provocations en donnant libre court à des actes de vengeance personnelle ne saurait arranger la situation. Ne vous livrez pas dans la vengeance aveugle, il faut laisser la place aux forces de sécurité intérieure de faire leur travail», a – t – il affirmé.

Malheureusement pour le président Touadéra et son ministre de la sécurité publique, Jean Serge Bokassa, le peuple n’est plus de cet avis. Il est fatigué de cette fameuse politique de main tendue qui a déjà prouvé son inefficacité absolue. Il ne veut plus entendre parler de collaboration ni de dialogue avec ses bourreaux et ses égorgeurs. De l’est à l’ouest, du sud au nord, le peuple veut plus de la robustesse, plus de la vigueur et plus d’agressivité à l’égard de tous ces fauteurs de troubles, comme cela se passe partout dans les pays du monde. Car, n’en déplaise aux thuriféraires du régime et aux partisans de la politique de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, on ne négocie jamais avec des preneurs d’otages, des terroristes et des assassins de la pire espèce. On les neutralise tout simplement sans aucune forme de procès.

Jean – Paul Naïba

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :