RSS

Archives du 05/10/2016

CENTRAFRIQUE: Comment et dans pareilles conditions continuer à devoir et pouvoir promouvoir le dialogue, pour un retour à la paix et au pardon?

ayandho

Comment et dans pareilles conditions continuer à devoir et pouvoir promouvoir le dialogue, pour un retour à la paix et au pardon? Comment parvenir à la paix sans la sécurité? Comment accorder le pardon lorsque les sources du mal n’en veulent pas et ne sont pas disposés à le demander? Comment, dans une pareille obstination, face à de pareilles défiances, ne pas réclamer Justice avec force et droit?Toute raison gardée, il demeure important et plus que nécessaire de recommander le calme, le sang-froid absolu.

Après la prise en otages d’éléments de la sécurité publique, dans les conditions connues, avec ensuite leur libération par trop controversée, l’Autorité de l’État, une fois de plus, a été prise pour cible à travers cet autre acte gravissime, inqualifiable, avec mort d’homme…

Même si elles sont supposées bien le faire tous les jours, les nouvelles autorités n’ont plus d’autre choix que d’en tirer, cette fois-ci, toutes les conséquences qui s’imposent de cette dernière bravade.

Jacques Ayandho

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: Comment et dans pareilles conditions continuer à devoir et pouvoir promouvoir le dialogue, pour un retour à la paix et au pardon?

Publié par le 05/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA APPELLE A PLUS DE SOLIDARITE  AVEC LE GOUVERNEMENT  POUR CONSOLIDER LA PAIX DANS LE PAYS

onanga 

Bangui le 05 octobre 2016 –  La Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA) appelle à la solidarité des Centrafricains envers les autorités nationales alors que se prépare la réunion des partenaires du pays, prévue à Bruxelles le 17 novembre prochain. L’appel a été lancé mercredi par le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la mission à Bangui. 

« Le Gouvernement est à pied d’œuvre pour préparer avec les partenaires, la réunion de Bruxelles qui constitue un moment fondamental en vue du relèvement et la consolidation de la paix de la République centrafricaine. Aujourd’hui plus que jamais, les Centrafricains doivent montrer leur solidarité avec le Gouvernement », a dit Monteiro, ajoutant que l’heure est aux préparatifs et non aux violences. 

Interrogé sur les incidents de mardi au PK5, à Bangui, le porte-parole a déclaré que « la MINUSCA est intervenue immédiatement et a pris toutes les dispositions pour éviter une escalade ». Monteiro a aussi rappelé que « ces violences ainsi que celles qui ont récemment touché Kouango, Ndomété, Kaga Bandoro et Koui montrent que la stabilité reste fragile, le vivre ensemble, un énorme défi tandis que les « ennemis de la paix n’ont pas renoncé à leur projet de saper les efforts des autorités nationales ». 

Tout en réaffirmant le soutien de la Mission aux autorités centrafricaines, le porte-parole a annoncé que le comité d’information et de coordination entre la MINUSCA et les forces de sécurité intérieure et de défense centrafricaines est effectif depuis ce mardi 4 octobre 2016. « Cet outil extrêmement important souhaité par le Président de la République permettra une meilleure maîtrise et une meilleure gestion du risque sécuritaire dans le pays », a-t-il indiqué. 

Pour sa part, le porte-parole de Force, lieutenant-colonel Ibrahim Al Moustapha,  a énuméré une série d’actions entreprises par les soldats de la paix pour faire face aux tensions. « Au secteur Centre, la force de la MINUSCA a intensifié les patrouilles pour parer à toute eventualité. A Kaga-Bandoro les actions de démantellement des barricades illégales se poursuit activement », a dit l’officier, en ajoutant que des mesures similaires sont également prises dans les secteurs Ouest et Est. « La semaine écoulée 1113 opérations de Protection Civile  ont été réalisées dans le cadre de l’exécution du nouveau mandat de la MINUSCA », a-t-il ajouté.

De son côté, le porte-parole de la composante police, lieutenant Salifou Konseiga, a souligné que  la Police de la MINUSCA et les Forces de Sécurité Intérieure Centrafricaines (FSI) continuent leur collaboration dans le cadre de la protection des populations civiles, aidées en cela par la Force de la Mission et les forces internationales. « Les sections colocation et les équipes mobiles de Bangui, avec les FSI, effectuent des patrouilles conjointes de visibilité dans les huit arrondissements, à Bimbo et dans la commune rurale de Bégoua », a-t-il souligné. La Police de la MINUSCA a également poursuivi ses actions de renforcement de capacités de la Police et de la Gendarmerie nationales qui ont bénéficié environ 70 agents au cours de la semaine écoulée.

______________________________________________________________________________

Source: Bureau de la Communication et de l’information publique pour CARnews ou RCainfos 

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA APPELLE A PLUS DE SOLIDARITE  AVEC LE GOUVERNEMENT  POUR CONSOLIDER LA PAIX DANS LE PAYS

Publié par le 05/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE : LE TUEUR DU COMMANDANT MOMBEKA S’APPELLE ABDOU DANDA, « UN BRAS DROIT » DE LA MINUSCA

ABDOU.jpgCrédit Photo: Probable photo d’Abdou DANDA

 

Quelques heures après l’assassinat odieux du commandant Marcel Mombeka, ancien garde du corps de Catherine Samba Panza, la rédaction de Mbipatisiriri, sait tout au moins de l’identité du tueur.

Il s’appelle Abdou DANDA, un tueur patenté, un assassin digne de ce nom, il véritable marchand de mort, qui a signé, selon plusieurs sources, l’arrêt de mort des centaines de Centrafricains.

C’est lui et encore lui. Il fut utilisé par d’autres seigneurs de guerre du KM5 et coule paisiblement ses jours aux alentours du quartier Yakité, du côté lycée Jean Marie.

Agé d’une trentaine d’années, Abdou DANDA est un « bras droit » de la Minusca.

Souvenons-nous que depuis quelques jours, cette même Minusca a alerté tout son personnel, civil comme militaire, d’éviter des endroits jugés dangereux, comme le KM5 et autres. Elle savait qu’un tel évènement allait se produire. Mais comment ?

La Minusca, considérée comme une « machine » à tuer en Centrafrique sait et aurait planifié des cas de tueries de masse sur le territoire centrafricain pour tirer des profits.

D’ailleurs, il faut savoir qu’elle n’a jamais opté pour la paix en Centrafrique, hors mis les communiqués semblants qui remplissent ses placards.

L’assassinat de ce commandant a été bien ciblé, puisque les tueurs savent par où la victime allait passer.

Ils veulent par cet acte donner un coup dur aux FACAs qui, disons-le, s’apprêtent à être opérationnels d’ici quelques semaines.

Le nom des forces armées centrafricaines fait peur aux fauteurs de trouble dont la Minusca et leur retour est pour eux, une eau salée, difficile à boire.

Aussi, ces assassins veulent à tout prix torpiller la table de ronde Bruxelles, censée impulser les actions du gouvernement.

Une Centrafrique sans troubles est impensable pour la Minusca et ses « sbires » du KM5. Parlant du KM5, il ne faut surtout pas faire l’amalgame, puisqu’une grande majorité de Centrafricains vivant dans ce quartier, veulent le retour de la paix et la sécurité dans leur pays.

Sauf une poignée de drogués et de chanvreurs continuent de saboter et de défier l’autorité de l’Etat, puisqu’ils sont soutenus par la Minusca au grand dam du gouvernement qui ne peut utiliser de la force pour les déloger. C’est dommage.

Certes, les Centrafricains doivent comprendre que le salut de leur pays ne viendra pas de la Minusca.

Visiblement, les jours et semaines à venir s’annoncent encore durs.

 

Source : La rédaction de Mbipatisiriri
 
1 commentaire

Publié par le 05/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: L’utopie du DDR!

mombeka

Certes, il faut désarmer toutes les milices et mouvements rebelles qui sévissent en République Centrafricaine!
Cependant, ne soyons pas dupes!
Comme le démontrait l’ancien Premier Ministre de la Transition M. Nzapayeké, vous les aurez désarmé aujourd’hui, dans la nuit, ils se seront réarmés!
La plus grande usine de fabrication des armes en Afrique se trouve juste de l’autre côté de la frontière au Soudan!
Depuis fort longtemps, reconnaissons que nous avons cessé d’être un État!
Quand on a pas d’armée, on n’ a pas de police aux frontières, pas de douanes, ON N’A SIMPLEMENT PAS DE FRONTIÈRE.
Le DDR n’est qu’un mensonge, un rêve puéril!
Quand devons-nous enfin comprendre que nous sommes en guerre et qu’il faille reconquérir notre État par la force?!?!!!!
Qui est si naïf de croire que les musulmans du Km5 et ceux de la Séléka déposeront volontairement les armes?
Qui peut croire, une minute que les Antibalaka le feront?
Depuis quand quelqu’un qui contrôle des zones minières, vit de la contrebande et du trafic illicite de pierres précieuses va déposer des armes contre un million de francs CFA alors que son trafic lui rapporte des millions, sinon des milliards?!!
Depuis quand, quelqu’un qui sait que la sécurité des siens est et reste menacée, vient déposer volontairement les armes?
Certes, s’il en a cinq(5), il déposera trois mais gardera deux pour sa sécurité et celle de sa famille!
Deux, c’est déjà beaucoup car une seule tue, tout de même!
Ne disposant d’aucune force armée, le pseudo État ne pourra rien contrôler!
La MINUSCA?
Ne comptons pas sur eux car elle martèle à qui veut l’entendre qu’elle n’est qu’une force d’interposition!
Nous devons prendre notre destinée en main!
Nous avons besoin d’un Président qui porte des habits d’un Chef de guerre!
L’angélisme, point ne sied à notre situation actuelle!
Le peuple a « désigné » des hommes et des femmes pour le libérer!
Il est temps que la Haute assemblée du peuple et le Président asseyent leurs autorités!
Ils est temps que les torrents de sangs qui ruissellent dans les rues de nos villes et villages sèchent!
Il est temps que les cris d’effroi et de désolation de Yassi et Ramatou cessent!
Nous avons besoins des autorités protectrices et non de celles qui brillent par des déclarations répétitives, telles la 7ème symphonie d’un ballet lugubre avec son concert à la même époque de l’année, le mois d’octobre!
L’histoire ne se répète jamais, nous dit-on!
En Centrafrique, si ce n’était nos morts, on croirait à une pièce de théâtre!

Théophile Eka II

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: L’utopie du DDR!

Publié par le 05/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: Communiqué de presse de la Coordination des Organisations Musulmanes de Centrafrique

coordination-musulmane

 

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: Communiqué de presse de la Coordination des Organisations Musulmanes de Centrafrique

Publié par le 05/10/2016 dans Uncategorized

 
 
%d blogueurs aiment cette page :