RSS

Archives du 03/10/2016

CENTRAFRIQUE : En politique, avec de la volonté, une bonne dose d’honnêteté et de sincérité, les montagnes peuvent parfois se rencontrer

ayandho

En politique, avec de la volonté, une bonne dose d’honnêteté et de sincérité, les montagnes peuvent parfois se rencontrer. Les querelles de personnes, généralement gratuites, infondées, n’ont jamais été jusqu’ici que de violences et d’absurdités. A l’observation de certains faits et comportements, je me pose la question suivante:

« AVONS-NOUS SEULEMENT AUJOURD’HUI DECIDE DE SORTIR NOTRE PAYS DU CHAOS »?

Des nouvelles institutions, l’Etat devrait aller sans aucun frein vers sa consolidation, son affirmation. J’avais, il y a peu, qu’il fallait aller résolument à une « paix des braves ». Malheureusement, la politique est d’une extrême confusion et perversité dans la perception de certains d’entre celles et de ceux qui s’y prêtent ou s’y aventurent. Or, aujourd’hui et maintenant, elle se doit d’être associative, contributive, participative, responsable, et donc d’une rigueur absolue afin de créer toutes les conditions ainsi que les bases d’institutions fortes pour notre pays. Mais, non. Certains jouent encore et toujours de leur impatience, et de tous les blocages, au mépris des conséquences certaines pour notre pays, pour nos populations… Et pourtant, la politique politicienne, qui semble être le domaine de prédilection pour ces certains, reviendra bien un jour prendre tout son droit, puisqu’il faut en convenir que c’est aussi un peu dans l’ordre des choses.

Quelqu’un aurait dit quelque part, « homme providentiel »? La providence n’est jamais prétentieuse, ni perverse, ni libertine. Mais, elle ne sait être que de justesse et de vertu. Pour se prévaloir de pareille prétention, au préalable, il serait bien que nous nous expurgions de toutes nos éventuelles suffisances, souillures ou impuretés. Comprenez donc mais surtout entendez que les nouvelles autorités ne sauront jamais y arriver seules à la résolution de nos problèmes de l’heure. Tous les domaines sont à considérer et non pas seulement les seules aspirations contrariées, et d’ordre strictement politique.
Je suis sûr et plus que convaincu que les concours francs et sincères des uns et des autres aideront très substantiellement aux voies et solutions aux problèmes dramatiques se posant à notre pays, la République Centrafricaine.

Jacques Ayandho

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE : En politique, avec de la volonté, une bonne dose d’honnêteté et de sincérité, les montagnes peuvent parfois se rencontrer

Publié par le 03/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE : AVIS AUX MEDIAS : Conférence de Presse Mensuelle D’OCHA

ocha

Le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires en République Centrafricaine (OCHA) a le plaisir de vous convier à la conférence de presse qui sera animée par le Coordonnateur Humanitaire, Fabrizio Hochschild. A cette occasion, il fera le point de la situation humanitaire en RCA au cours du trimestre écoulé et présentera l’état du financement des activités humanitaires.

 

Quand ?

Mardi 4 octobre à 10:00


Où ?

Salle de conférence de la FAO, Rue Joseph Degrain (En face de l’annexe de la société de téléphonie mobile Moov, en allant vers le fleuve Oubangui)

Une navette sera à la disposition des journalistes qui couvriront cette activité. Les points de ramassage sont dans l’ordre : Maison de la presse des journalistes, Télé Centrafrique, Radio RCA et  Kiosque.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter
OCHA CAR: 
Yaye Nabo Séne, Chef de Section Information Publique + 236 70 08 75 65
Laura Fultang, Chargée d’Information publique, fultangl@un.org, Tel: +236 70 18 80 64
www.unocha.org/car; http://www.reliefweb.int
 
 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE : AVIS AUX MEDIAS : Conférence de Presse Mensuelle D’OCHA

Publié par le 03/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: Politique / Le président Touadéra et le gouvernement frappent fort et centrafricanisent la gestion des documents administratifs……

Depuis quelques jours, l’affaire de la gestion opaque, anarchique et non rentable des documents administratifs parmi lesquels la carte nationale d’identité, le passeport, la carte de séjour, les visas d’entrée, le certificat de nationalité pour ne citer que ceux – là, a défrayé les chroniques. Tous les combattants de la liberté, les démocrates dignes de ce nom et tous les résistants à l’occupation de la République par des conquistadores, ont dénoncé par exemple, de la manière la plus vive, l’attribution du juteux marché de la confection du passeport à la société dénommée Africard Co Rca et ont encouragé le ministre de la sécurité publique, Jean – Serge Bokassa, non seulement à revenir sur cette convention, mais surtout à octroyer la gestion de cette activité à une société centrafricaine.

Lors de la dernière session extraordinaire portant examen et adoption de la loi de finances rectificative, tant pendant les travaux en commissions sectorielles qu’au cours de la plénière, les représentants du peuple s’en sont saisis et ont interpellé à ce propos les ministres et leurs experts. Des propositions ont été faites et prises en compte, non seulement en vue de renflouer les caisses de l’Etat, mais surtout de disposer d’une banque de données fiables. Quelques jours plus tard, cet appel du pied, expression du vœu légitime de tout un peuple à la pleine jouissance de sa souveraineté, est parvenu au plus haut sommet de la République et semble avoir été entendu par le président de la République, Touadéra et tout son gouvernement sans exlusive. En effet, selon des informations dignes de foi en notre possession, une convention vient d’être signée entre le gouvernement centrafricain, représenté par le ministre des finances et du budget, Henri – Marie Dondra et la société ci – devant dénommée Centrafrique Cartes Systèmes (CCS), filiale de la société ivoirienne « Ivoire Cartes Systèmes ». Pour la gouverne des uns et des autres, Ivoire Cartes Systèmes dispose d’une approche scientifique et globale de la reconstitution des bases de données et de la sécurisation des recettes, en Côte d’Ivoire.

Du fait de ses compétences techniques transversales, de sa solide expérience en matière de relèvement des ressources, au lendemain d’une terrible guerre civile qui a ravagé ce pays frère et ami, et de sa capacité à financer l’ensemble des projets identifiés, Ivoire Cartes Systèmes a séduit, entre plusieurs offres des plus sérieuses, et a convaincu le président Touadéra, le premier ministre, Sarandji et toute son équipe gouvernementale, de son sérieux, de son offre la plus avantageuse et la mieux adaptée au contexte centrafricain, et de sa totale disponibilité à mettre son savoir – faire au service de la République centrafricaine. Un partenariat stratégique secteur public/privé, gagnant – gagnant, dans le cadre de la coopération sud/sud qui a le mérite de servir de locomotive au développement des initiatives privées dans notre pays. En contrepartie de ses obligations, des sources dignes de foi soutiennent que le gouvernement n’a lésiné sur aucun moyen pour que la direction générale de la société « Centrafrique Cartes Systèmes » revienne à un centrafricain et que cette société soit véritablement une affaire des centrafricains. Un acte louable, courageux et éminemment politique de la part d’un gouvernement responsable et digne de ce nom, car depuis plusieurs années aucun gouvernement n’a eu la volonté politique de prendre une telle heureuse initiative et une si patriotique décision. Un acte qui doit retenir l’attention de tous les combattants de la liberté et recevoir un satisfecit populaire.

Rappelons qu’afin d’apporter un plus à la République centrafricaine, ICS a décidé que les solutions aux problématiques identifiées en RCA, liées à la mauvaise gestion des ressources propres et à leurs évasions, doivent être portées par des centrafricains. C’est dans cette dynamique que la société Ivoire Cartes Systèmes a créé la société « Centrafrique Cartes Systèmes » en abrégé CCS, à qui elle a transféré l’ensemble de ses compétences. Un transfert de compétence qui s’accompagnera de la création de 350 emplois directs et plus de 500 emplois à terme. Une véritable bouffée d’oxygène par la création des richesses et de l’emploi ! Avant d’arriver à la signature de cet accord de concession, plusieurs missions ont été effectuées en Centrafrique par les experts de la société Ivoire Cartes Systèmes. Des échanges fructueux ont été menés entre ces experts et les responsables politiques et techniques de certains départements ministériels. C’est à l’issue de ces missions que des solutions ont été proposées aux problématiques identifiées. Ces solutions serviront à reconstituer les bases des données qui ont été détruites ou perdues pendant la crise, augmenter sensiblement le niveau des recettes de l’Etat, moderniser la gestion des différents départements ministériels par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication, et à renforcer le climat de sécurité financière. Le domaine d’intervention de la société CCS est vaste et touche les départements ministériels les plus importants que sont le ministère des finances et du budget, le ministère de la justice, le ministère de l’éducation nationale, le ministère des transports et de l’équipement, le ministère de la sécurité publique, le ministère de l’environnement, etc. L’objet de son offre vise au traitement et à la sécurisation des diplômes, des certificats de nationalité, des permis de conduire, des cartes grises, des plaques d’immatriculation, des passeports, des cartes nationales d’identité, des cartes d’étudiant, etc…..Un si vaste chantier !

En termes clairs, chaque ministère délivre des documents sécurisés et stockés dans une base de données dédiée. Les informations obtenues à partir des bases de données de ces différents ministères sont répliquées et centralisées dans une base de données dite « base de données biométrique centralisée ». L’interconnexion et la centralisation des différentes bases de données permettent l’échange des informations entre les différents ministères. La synchronisation avec les différentes bases de données dédiées des ministères permet l’actualisation rapide de la base de données biométrique centralisée. L’accès aux données mises à disposition des ministères est soumis à un contrôle préalable conformément à la politique de gestion des informations définie par l’Etat. De façon générale, la mise en œuvre des projets confiés à ICS, travers CCS permettra l’augmentation des recettes fiscales, la modernisation de la gestion des différents ministères par l’utilisation des TIC (création des bases de données, partage et synchronisation en temps réel, réplication des données sur un site distant, etc.), l’exploitation des bases de données pour des requêtes et statistiques, l’endiguement de la fraude, la célérité du traitement des demandes.

Voilà une décision courageuse qui a le mérite d’avoir les félicitations de tous les combattants de la liberté. Une décision politique responsable qui a été validée par le conseil de cabinet du 13 septembre, puis entérinée par le conseil des ministres du 15 septembre, autorisant in fine et l’unanimité le ministre des finances et du budget a signé la convention en date du 22 septembre 2016. Une décision qui est à mettre à l’actif et sur les acquis du président Touadéra et du gouvernement Sarandji, qui constitue un premier signal fort aux nombreux défis à relever, et qui doit recevoir l’approbation et un indéfectible soutien de la part de tous les combattants de la liberté. Car, les combattants de la liberté ne doivent pas seulement critiquer, mais doivent aussi reconnaitre la justesse et la noblesse de certains actes positifs. Et cette décision de confier la gestion, le traitement et la sécurisation des documents administratifs à CCS en est véritablement un !

Jean – Paul Naïba

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: Politique / Le président Touadéra et le gouvernement frappent fort et centrafricanisent la gestion des documents administratifs……

Publié par le 03/10/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: 3 revendeurs à la sauvette de carburants de Bambari croupissent depuis quelques jours à la geôle de l’ORCB de Bangui

ocrb

Bonjour chers centrafricains je tiens à vous informer qu’il y’a aujourd’hui 5 jours que 3 de mes frères et deux de leurs amis tous commerçants sont arrêtés par les OCRB à la station total des martyrs et présentement enfermés à OCRB du centre-ville privés de la visite familiale et celle de leur avocat juste par ce qu’ils font le commerce de carburant Bangui Bambari et comme Bambari est considérée comme fief de la Seleka par le régime, automatiquement le régime trouve comme prétexte que ce sont eux qui ravitaillent les éléments de la Seleka.

La population de Bambari est coupée du ravitaillement en carburant et des vivres depuis le début de cette crise et c’est grâce à ces jeunes qui eux même résident dans la ville que la ville a pu survivre jusqu’ aujourd’hui alors au-lieu de les encourager, le gouvernement est obligé de les traquer juste par ce qu’ils se battent pour vivre. Tous les carburants en direction de Bambari vont directement dans le camp de la gendarmerie est c’est la bas qu’ils vendent. Donc trouver comme prétexte ravitaillement de la Seleka pour empêcher la population de commercer constitue non seulement une atteinte à la liberté de la population mais aussi ce que nous qualifions de trouble national. 

Il est temps que la barbarie cesse en Centrafrique et que le gouvernement se penche sur les vrais problèmes de la Centrafrique au-lieu de bloquer l’avancement de la jeunesse. Très chers compatriotes unissons nous comme un seul peuple pour réclamer la libération de ces jeunes commerçants. Vive la Centrafrique vive le centrafricain nouveau.

Par KOTTA Apollinaire 75660745 à Bangui 

Contact au 0022547207011 

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: 3 revendeurs à la sauvette de carburants de Bambari croupissent depuis quelques jours à la geôle de l’ORCB de Bangui

Publié par le 03/10/2016 dans Uncategorized

 
 
%d blogueurs aiment cette page :