RSS

CENTRAFRIQUE:Insécurité / L’insulte de la Minusca à la mémoire des tués et des victimes des éléments de la Séléka à Kaga – Bandoro et à Ndomété

19 Sep
casque_bleu
Communiqué de Presse

La Mission Multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA) dénonce les actes de violence et de pillages survenus vendredi à Kaga Bandoro, suite à des tensions entre éléments anti-Balaka et ex-Séléka à Ndomete puis à Kaga Bandoro.

La MINUSCA regrette la perte de vies humaines et les blessés enregistrés et dénonce par ailleurs les attaques contre la communauté humanitaire et le personnel des Nations Unies. Un travailleur humanitaire a été sérieusement blessé.

La MINUSCA appelle les protagonistes à cesser immédiatement les hostilités et précise qu’ils seront tenus responsables pour leurs actes. Elle met en garde tous ceux qui facilitent et alimentent ces tensions dans la préfecture de la Nana Gribizi ou ailleurs en Centrafrique dans le but de mettre en cause la stabilité du pays.

La MINUSCA a décidé de renforcer son dispositif militaire à Kaga Bandoro et Ndomete pour prévenir toute détérioration de la situation, conformément à son mandat de protection des populations civiles. La Force de la MINUSCA est déjà intervenue à Ndomete pour séparer les belligérants afin d’éviter des répercussions sur la population civile, ainsi qu’à Kaga Bandoro afin de renforcer la sécurité dans la localité, notamment tant celle de l’hôpital que des déplacés. Elle poursuit également des patrouilles dans la ville et sur l’axe Kaga Bandoro-Ndomete.

La MINUSCA est en contact permanent avec les autorités centrafricaines ainsi qu’avec les responsables locaux pour des mesures conjointes, afin de mettre un terme aux violences. La Mission appelle les communautés de Kaga Bandoro à ne pas céder à la panique et à rejeter toute tentative de manipulation ou tout désir de vengeance.

La MINUSCA continue de suivre de près l’évolution de la situation tant à Kaga Bandoro que sur l’ensemble du territoire national et n’hésitera pas à prendre des mesures appropriées pour éviter toute déstabilisation et pour assurer l’intégrité territoriale

Source : Minusca

Nota Bene : Jusques à quand la Minusca se contentera – t – elle de dénoncer, non pas par la force mais par de simples mots incompréhensibles pour les uns et les autres, les actes de violences et de pillages perpétrés par des bandes armées, connues de tous, à l’égard de paisibles populations civiles ?  Jusques à quand les forces onusiennes déployées en Centrafrique en exécution des recommandations et résolutions du conseil de sécurité, assorties du mandat de veiller à la protection des populations civiles, se contenteront – elles de rester l’arme au pied et de jouer aux sapeurs pompiers et aux décompteurs de cadavres ou aux médecins intervenant après la mort ?  Combien de centrafricains devront – ils  encore être tués, de centrafricaines violées, de villages et de maisons incendiés, des édifices publics et privés détruits, pour qu’elles puissent se résoudre enfin à intervenir ?  Au lendemain des  actes de violences et des scènes de pillages intervenus à Kaga – Bandoro et à Ndomété où le contingent pakistanais n’a rien pu faire ou a même laissé faire, la Minusca, ne court – elle pas tout simplement le risque d’être poursuivi pour non assistance à des populations civiles en danger ?

Voilà de pertinentes questions auxquelles M. Onanga Anyanga doit répondre avant qu’il ne soit trop tard et qu’il ne soit obligé un jour de prendre ses jambes à cou pour rentrer  précipitamment chez lui. En effet,  selon des informations dignes de foi en notre possession, une armée de libérateurs serait en gestation dans les zones occupées par ces bandes armées et leurs seigneurs de guerre. Et à l’allure où vont les choses à Bambari où un ultimatum a été lancé par la population à l’endroit de la Minusca, à Bangassou, Dékoa, Kaga – Bandoro, Ndélé, Birao et à Bangui au Km 5, l’heure ne serait plus loin où une tempête de libération se lèvera, emportera tout sur son passage, et nettoiera la République de tous ces enfants de malheur, de conquistadores, de liquidateurs, de mercenaires, de buveurs de sang, et de marchands de la mort. Ce temps ne serait plus loin. Le temps pour tout un peuple, longtemps soumis et longtemps brimé par tous, de se lever  et  brandir l’étendard de la patrie, afin d’arrêter le projet de son extermination sur sa terre, celle de ses ancêtres et de ses aïeux, de l’est à l’ouest, du sud au nord. Le temps ne serait plus loin où ce peuple se lèvera, comme un seul homme, pour exiger de manière pacifique le départ de la Minusca, et se libérer du joug de ses colonisateurs. Car, trop c’est trop.

Jean – Paul Naïba

 
1 commentaire

Publié par le 19/09/2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “CENTRAFRIQUE:Insécurité / L’insulte de la Minusca à la mémoire des tués et des victimes des éléments de la Séléka à Kaga – Bandoro et à Ndomété

  1. Evariste Lapago

    19/09/2016 at 21 h 17 min

    blockquote, div.yahoo_quoted { margin-left: 0 !important; border-left:1px #715FFA solid !important; padding-left:1ex !important; background-color:white !important; } Il faudrait que les centrafricains reprennent la main dans la gestion de cette crise qui nous oppose.La Minusca à tout à gagner en faisant semblant d’être une force d’interposition 

    Envoyé depuis Yahoo Mail pour iPhone

    J'aime

     

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :