RSS

CENTRAFRIQUE: DEMANDONS LA LEVÉE DE L’EMBARGO SUR LES ARMES ?

25 Août
DSC_0726 copie

????????????????????????????????????

Il n’est pas juste que  la  République  Centrafricaine soit obligée de se contorsionner pour disposer de moyens militaires pour faire face à cette menace terroriste et ce en dépit de la présence de nos partenaires de la MONUSCA en Centrafrique. A l’instar de tous les autres pays victimes du terrorisme, la Centrafrique  est demandeur d’une solidarité internationale malheureusement la Communauté Internationale cautionne les forfaits et soutiennent les groupes terroristes et criminels de la seleka au détriment des autorités élues démocratiquement de la Centrafrique.

Pourquoi les mesures sur les armes imposées par les Nations Unies ne s’appliquent elles pas à la fourniture, à la vente ou au transfert d’armes destinées aux groupes armés ?  De  qui  se moque cette communauté internationale ? D’où viennent les sources de ravitaillements  en arme  de ces groupes armés ?

La fin de l’embargo sur les armes en destination de la Centrafrique  et le réarmement des Forces Armées Centrafricaines signifient  le retour de la paix sous tout l’entendu du territoire Centrafricain.
Pendant que la  Centrafrique  est en proie aux bruits de bottes, plusieurs personnes ont soutenu ces derniers jours que l’armée était handicapée du fait de l’embargo imposé par l’Onu.


Face à cette situation d’insécurité totale dans les régions nord (et même dans le pays en général) l’Etat Centrafricain doit agir avec fermeté.

C’est vrai qu’il faut donner de la chance à la paix, continuer de sensibiliser nos populations et les groupes armés à cet effet, mais il faut aussi faire la guerre à ceux qui assassinent, violent, pillent et sèment la terreur dans notre pays.

La paix ne se mendie pas. Elle s’arrache !


SIMON – KOITOUA
LE PATRIOTE

 

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: DEMANDONS LA LEVÉE DE L’EMBARGO SUR LES ARMES ?

Publié par le 25/08/2016 dans Uncategorized

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :