RSS

CENTRAFRIQUE : ARRESTATION DES LEADERS DE LA SELEKA: LE FLOU PERSISTE.

15 Août
bouffon

Depuis l’affaire de l’arrestation des leaders de la seleka, la Centrafrique dort et se réveille sans nouvelles précises sur les présumés chefs rebelles de la nébuleuse seleka arrêtés.

Les rumeurs s’amplifient de bouche à oreilles jetant la psychose généralisée sur cette paisible population qui ne demandait que son droit à l’information.

Visiblement la communication serait absente dans l’agenda de Simplice Mathieu Sarandji, ce chef du gouvernement incompétent et inexistant que la Centrafrique a eu après les élections de sortie de crise.

Dieu merci et se substituant allègrement au gouvernement de la République terré au silence complice, les forces onusiennes en Centrafrique (Minusca) ont annoncé dimanche 14 Aout avoir arrêté 10 individus « lourdement armés » qui circulaient au sein d’un convoi tenu pour responsable de plusieurs affrontements meurtriers.

Ce vendredi soir, Bangui se préparait à fêter les 56 ans de son indépendance. Pendant ce temps, à la sortie nord de la ville, au point kilomètre 12, un convoi de plusieurs véhicules force un barrage de police.

Après sommation et échange de coups de feu, le convoi continue sa route.

Il s’agit de membres de l’ex-rébellion Séléka, d’après les autorités centrafricaines.

« Les forces de la Minusca ont stoppé un convoi d’environ 35 hommes lourdement armés à bord de sept véhicules, à l’aube du samedi 13 août 2016, à 50 km au sud de Sibut (centre-est du pays). Parmi ces 35 individus, plusieurs feraient l’objet de mandats d’arrêt », écrit la Minusca dans un communiqué.

« Le convoi avait quitté Bangui très tard le 12 août 2016 et avait échangé des tirs avec les forces de sécurité nationale à plusieurs points de contrôle en cours de route. Ces incidents ont causé un certain nombre de morts et de blessés », ajoute la Mission des Nations unies en Centrafrique. Les victimes sont « des rebelles », a précisé une source de la Minusca à l’AFP.

« Les forces terrestres de la Minusca étaient soutenues par une couverture aérienne. Après un survol en hélicoptère, les membres du convoi ont fui vers la brousse environnante et ont été poursuivis par les forces de la Minusca.

La Minusca a capturé et détenu dix hommes armés, qui ont été emmenés à sa base militaire à Sibut », poursuit le communiqué.
Les 25 autres ont réussi à s’enfuir. « On maintient la pression, on les cherche », précise la source de la Minusca à l’AFP.

« Les troupes de la Minusca ont récupéré une quantité importante d’armes et de munitions, ainsi que les véhicules utilisés par le convoi », ajoute le communiqué.

Joint au téléphone par RFI, l’un des porte-paroles d’une faction des ex-Seleka conteste la version des faits : « Le gouvernement nous a donné l’autorisation de rejoindre cette assemblée générale. Mais la police nous a bloqués et tirés dessus, alors nous avons riposté. »

De son coté, une source du ministère de l’Intérieur assure que les services n’ont pas eu connaissance de cette demande d’autorisation. Puis on ajoute : « c’est un pur mensonge, c’est d’abord eux qui ont tiré sur nos policiers. » Une autre source assure qu’ils mettront « tout en œuvre pour rechercher les fuyards. »

Élu en début d’année, le président Faustin-Archange Touadéra peine à asseoir son pouvoir sur toute l’étendue du territoire morcelé par des fractions armées.

Des vives critiques fusent de partout au sein de la population contre le silence de ce régime impuissant et tergiversent.

.Comment des hommes armés ont-ils pu franchir aisément les points de contrôle jusqu’à atteindre presque la ville de Sibut ?
Qui auraient été arrêtés par la Minusca ?

Seront-ils encore libérer sous contrôle judiciaire ?

QUI VIVRA ENCORE VERRA.
Bangui, le 15 Aout 2016
Par Charlie Joseph LARABO

 

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE : ARRESTATION DES LEADERS DE LA SELEKA: LE FLOU PERSISTE.

Publié par le 15/08/2016 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :