RSS

Archives du 11/08/2016

CENTRAFRIQUE: LES MEDIAS CENTRAFRICAINS A LA DÉCOUVERTE DU NOUVEAU MANDAT DE LA MINUSCA

minusca-logo

 

Bangui, le 11 août 2016 – Une quarantaine de directeurs de publication et rédacteurs en chef des médias de la République centrafricaine ont participé jeudi à une session d’information sur la teneur de la Résolution 2301 qui établit le nouveau mandat de la MINUSCA. Deux autres sessions similaires sont prévues vendredi 12 août et devraient réunir environ 100 journalistes et reporters.

Dans son mot d’ouverture, le Directeur de cabinet par intérim, Baboucarr Jagne, a expliqué le processus d’adoption d’une résolution ainsi que les objectifs de la campagne d’information sur le mandat initié la semaine dernière par la MINUSCA. 

Un panel de la Mission, composé du Commissaire de la Police, du Directeur de cabinet du Commandant de la Force, de la directrice des Affaires politiques et des  représentants des sections des Affaires civiles, des Droits de l’Homme, du DDR, de la RSS ainsi que de la protection des civils a ensuite présenté les voies et moyens que la MINUSCA compte mettre en œuvre afin d’exécuter le mandat  avant de répondre aux préoccupations des journalistes. 

Les principales questions  ont porté sur la protection des civils, l’exécution du programme national de DDR, la levée de l’embargo sur les armes à destination de la Centrafrique, la réhabilitation des FACA ainsi que la Réforme du secteur de la sécurité (SSR).

La résolution 2301 en son paragraphe 4, «rappelle le rôle crucial que joue la société civile dans le processus de paix et de réconciliation pour ce qui est de faire en sorte que la solution politique s’attaque aux causes profondes du conflit ». Cet appel englobe aussi les journalistes.

Il convient de rappeler que la MINUSCA a débuté cet exercice avec les représentants des Organisations de la société civile. L’objectif poursuivi est de faire en sorte que tous les segments de la société puissent s’approprier ce nouveau mandat dont ils sont les premiers bénéficiaires. Les prochaines sessions s’adresseront aux partis politiques. Ces rencontres ont également déjà débuté dans les préfectures.

 

Source : Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos

 

 
1 commentaire

Publié par le 11/08/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA REITERE SON ENGAGEMENT A LUTTER CONTRE IMPUNITÉ EN RCA

onu-minusca-republique-centrafricaine_

 

Bangui, le 10 août 2016 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), a réitéré son engagement à lutter contre l’impunité en Centrafrique, soulignant qu’elle est derrière les autorités centrafricaines pour les aider à mettre fin à l’impunité. Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, mercredi, le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro, a rappelé que la Mission ne réserve pas de traitement de faveur envers les auteurs présumés de crimes en Centrafrique et dont la justice a délivré un mandat d’arrêt à leur encontre.  

Pour le porte-parole de la MINUSCA, les crimes commis pendant la crise en Centrafrique ne doivent pas rester impunis. Il a affirmé que des experts sont en train d’analyser les mandats d’arrêts émis à l’encontre des auteurs présumés de crime et que les personnes visées seront arrêtées, mais « on ne peut pas dire où et quand », a-t-il affirmé. Le porte-parole a aussi précisé que la MINUSCA ne protège aucun criminel, d’autant plus que sa mission est aussi de promouvoir les Droits de l’Homme et la lutte contre l’impunité.

En revenant sur le cas Jean Francis Bozizé, le porte-parole a rappelé qu’il a été arrêté dans les locaux de la MINUSCA, alors que sa présence n’était pas attendue. Monteiro a précisé que la MINUSCA a agi conformément au mandat d’arrêt, tout en ajoutant que l’article 35, alinéa A et le point 3 de son nouveau mandat prévoit l’arrestation et la remise aux autorités, conformément au droit international, « les personnes responsables dans le pays de graves atteintes aux droits de l’homme et de violations graves du droit international humanitaire afin qu’elles puissent être traduites en justice ».

En ce qui concerne le pré-DDR, le porte-parole a annoncé le démarrage lundi dernier des activités dans la zone de Ndélé et rappelé l’appel de la MINUSCA aux groupes armés à y adhérer. Un total de 3.273 ex-combattants a été déjà enregistré par la Mission, depuis le début des opérations du pré-DDR en octobre 2015.

Pour sa part, le porte-parole de la force de la MINUSCA, le Lieutenant-Colonel Clément Cimana, a noté une baisse du niveau de violence de masse, liée à la fin de la transhumance. Il a énuméré la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire centrafricain ainsi que les mesures prises par la Force pour renforcer la sécurité, notamment par une présence dissuasive à l’égard des groupes armés. La force reste active dans la protection des populations civiles dans le cadre de son mandat, a-t-il dit.

De son côté, le porte-parole de la Police, le Lieutenant Salifou Konseiga, a souligné que les activités de la police de la MINUSCA ont été notamment marquées la semaine écoulée, par des actions de soutien aux forces de sécurité intérieure (FSI). Une formation conjointe en maintien de l’ordre opérationnel a en effet réuni, du 2 au 4 août, des sections de la police de la MINUSCA et  deux sections des FSI de la Compagnie Nationale de Sécurité.

 

Source : Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos

 

CENTRAFRIQUE: L’assainissement des finances publiques est en marche par le Ministre des Finances et du Budget Henri-Marie Dondra.

hondra

Effectivement pour un ministre des finances et du budget, il y a de quoi être irrité. Les directeurs généraux des entreprises publiques ne reversent pas leurs TVA dans la caisse de l’Etat qui en a bien besoin.

Nul doute que le ministre a pour objectif quotidien de remettre les caisses de l’Etat à flot. C’est au cours d’une réunion qui s’est déroulée mercredi 10 août 2016 à l’hôtel Ledger de Bangui et avec la participation d’Arthur Piri contrôleur général du secteur parapublic et du cabinet du ministre qu’il a été examiné les orientations a donné en ce qui concerne le rétablissement des finances publiques.

Recouvrir la TVA est excessivement difficile. Le ministre a déclaré avec beaucoup de contrariété  « Je ne suis pas du tout content que les TVA que vous collectées ne soient pas versées sur le compte du Trésor Public ».

Face à la presse le ministre Henri-Marie Dondra a précisé : « Comme vous le savez, l’Etat traverse une période assez difficile en termes de trésorerie. Et nous avons remarqué qu’il y a des sociétés d’Etat et des offices publics qui collectent certaines taxes dont notamment la TVA mais ne les reversent pas dans la caisse de l’Etat. Ces entreprises qui, parfois pour des raisons diverses notamment les factures impayées de l’Etat, se permettent de garder par-devers elles ces taxes, ce qui n’est pas normal. Donc j’ai voulu, sur instruction du président de la République et le Premier ministre, les rencontrer afin de leur faire comprendre qu’il est temps que ces taxes soient reversées dans la caisse de l’Etat. C’est pourquoi je suis venu les rencontrer et le travail va continuer pour que nous puissions aussi trouver les solutions en ce qui concerne le règlement de leurs factures à payer du côté de l’Etat de manière à ce qu’Il faut arriver aussi à trouver un arrangement de part et d’autre. Mais l’impératif est que ces taxes soient reversées dans le compte de l’Etat « .

Après la terrible crise sans précèdent de 2013, le Centrafrique est confronté à un tissu économique détruit et il est nécessaire de le reconstruire. Pour cela il faut des sacrifices et cela demande beaucoup de volonté.

Source: CP/CL

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :