RSS

Archives Mensuelles: juillet 2016

CENTRAFRIQUE: LA MAIRIE DU 2EME ARRONDISSEMENT DE BANGUI RÉHABILITE AVEC L’APPUI DE LA MINUSCA

 

 

 Parfait Onanga-Anyanga

Bangui, le 29 juillet 2016 – Les autorités de la Mairie du 2ème arrondissement de Bangui ont reçu ce vendredi 29 juillet, des mains du Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, les clefs de leur bâtiment entièrement réhabilité. Financé à hauteur de 24.631.500 FCFA en vue de la restauration de l’autorité de l’Etat, ce nouveau bâtiment permettra aux agents de l’Etat de reprendre leurs fonctions dans les services déconcentrés de l’Etat. 

Lors de la cérémonie, Parfait Onanga-Anyanga, a déclaré qu’au-delà des travaux de réhabilitation de cette mairie, la MINUSCA a réhabilité ou a reconstruit plus de 44 bâtiments dont des préfectures, sous-préfectures, commissariats, mairies et maisons carcérales. Ces actions accompagnent l’Etat «dans son redéploiement à travers le territoire, lui offrant ainsi l’environnement et les conditions requises pour l’exercice de son pouvoir régalien », a-t-il fait remarquer. En annonçant que d’autres projets du même type sont cours de réalisation, le chef de la MINUSCA a réitéré l’engagement de la Mission, ainsi que de toute la famille des Nations Unies à soutenir les efforts du gouvernement et du peuple centrafricain pour la renaissance de leur pays. 

De son côté, Jules Abezoua, maire du 1er arrondissement, assurant l’intérim de celui du 2ème arrondissement en mission, s’est réjoui de la deuxième vie offerte à l’institution. Selon lui, l’inauguration de cet édifice public, est une preuve que la MINUSCA contribue effectivement à la restauration de l’autorité de l’Etat centrafricain. 

Pour sa part, l’Inspecteur central du ministère de l’administration nationale centrafricaine, Arnaud Boris Sakada, qui a estimé l’Etat centrafricain est en train de reconquérir l’ensemble de son territoire, par la restauration de son autorité, grâce à « l’appui indéfectible de la MINUSCA ». Il a, à cette occasion, appelé la population, à « reconsidérer le patrimoine national que représente cet édifice et le protéger du vandalisme ».

 

Source : Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCainfos

 

 

CENTRAFRIQUE: Le HCR soutient les Autorités centrafricaines dans la protection et l’assistance des personnes relevant de son mandat.

 20110831_logohcr_gd

 

Bangui, 28 juillet 2016 – le HCR a organisé sa première conférence de presse mensuelle au siège de la Représentation à Bangui. Selon M. Magatte Guissé, Chef de la sous-délégation du HCR à Bouar et  Chargé de bureau à Bangui, ce forum est important en ce qu’il permettra une meilleure compréhension du mandat du HCR et une plus large information sur ses activités. Cette conférence mensuelle donne aussi l’opportunité au HCR de répondre aux préoccupations  des media  sur des sujets d’actualité impliquant le HCR. 

Selon les statistiques au 30 juin 2016, la RCA abrite 11,473 réfugiés, 403 demandeurs d’asile, et 391,433 personnes déplacées internes. Le chiffre des réfugiés a augmenté de façon significative avec l’afflux de 4,058 sud-soudanais à Bambouti entre novembre 2015 et mai 2016. 

Le Conférencier a rappelé la responsabilité première de l’Etat centrafricain dans la protection des réfugiés et des personnes déplacées internes. Il a également souligné le rôle du HCR aux côtés des Autorités centrafricaines et ses activités en matière d’assistance aux réfugiés en RCA qui vivent aussi bien en milieu urbain que dans les camps de réfugiés de Zémio et de Pladama Ouaka. Le Conférencier a éclairé les participants sur la politique d’accueil des réfugiés hors camp mise en œuvre  à Bambouti.  

M. Guissé a rappelé que la protection des personnes déplacées internes est une responsabilité partagée qui repose sur l’approche cluster. En ce sens, le HCR,  a le lead en matière de Protection, de CCCM et  d’abris/NFIs. Il intervient activement dans la protection de l’enfance et dans la prévention et la réponse aux violences sexuelles et sexistes, y compris les abus et exploitations sexuelles. 

S’agissant du retour des déplacés internes, le HCR accompagne le Ministère des Affaires Sociales et de la Réconciliation Nationale dans le processus de retour des familles déplacées des sites à Bangui, avec l’octroi des kits non-vivres. 

Interpelé sur le retour des réfugiés centrafricains,  M. Guissé a  annoncé la tenue à Bangui le 1er et 2 Août prochain, d’une réunion entre les gouvernements Tchadien et Centrafricain et le HCR dans le cadre des préparatifs d’un accord pour le rapatriement des réfugiés centrafricains au Tchad aussitôt que les conditions d’un retour dans la sécurité et la dignité en Centrafrique seront réunies.

 

Source : Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos

 

 

CENTRAFRIQUE: Remise officielle des locaux de la Mairie du 2e arrondissement de Bangui aux autorités municipales 

 minusca

Le Bureau de la communication et de l’information publique de la MINUSCA vous invite, ce vendredi 29 juillet 2016 à 9h30, à la cérémonie de remise officielle des locaux de la mairie du 2eArrondissement de Bangui, réhabilités par la Minusca.

 

AVIS MEDIAS

Remise officielle des locaux de la Mairie du 2e arrondissement de Bangui aux autorités municipales 

Qui ?

Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine 

 Quand ?

Vendredi 29 juillet à 09h30 

 Où ?

Mairie du 2e arrondissement de Bangui.

 

 

CENTRAFRIQUE: LA PROTECTION DES CIVILS RESTE AU CŒUR DU NOUVEAU MANDAT DE LA MINUSCA

onuminusca

Bangui, 27 juillet 2016La résolution 2301 adoptée mardi par le Conseil de sécurité des Nations Unies et qui proroge le mandat de la Minusca jusqu’au 15 novembre 2017, maintient la protection des civils au cœur du mandat de la Mission, a défendu le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro. «L’objectif principal du nouveau mandat est de réduire durablement la présence de groupes armés et la menace qu’ils représentent », a résumé Monteiro, lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission, ce mercredi 27 juillet 2016. 

Selon le porte-parole, la résolution recommande une approche multidimensionnelle avec trois principaux piliers à savoir un dialogue politique national sans exclusive ; le DDR, la Réforme du secteur de sécurité et la promotion de la réconciliation ainsi qu’une assistance au Gouvernement en matière de justice et de lutte contre l’impunité. “Il s’agit d’une résolution importante et adaptée aux récents changements en République centrafricaine avec des élections présidentielle et législatives réussies et la mise en place des institutions nationales », a ajouté Monteiro. 

Plus adapté aux récents développements intervenus dans le pays, la résolution 2301 appelle à un dialogue politique inclusif et surtout au désarmement, conformément aux Accords de Bangui et de Brazzaville. Dans cette dynamique, Monteiro a rappelé que la Mission est prête à appuyer les autorités centrafricaines afin qu’elles se dotent des attributs d’un État moderne. «La Minusca mènera ses tâches avec diligence, détermination et esprit de sacrifice pour que le pays puisse renouer avec la stabilité et créer un environnement propice à la croissance et au développement au profit de la population » a-t-il insisté. L’effectif maximal autorisé de la Minusca reste fixé à 10 750 militaires, dont 480 observateurs militaires et officiers d’état-major, 2 080 policiers, dont 400 agents de police, et 108 responsables des questions pénitentiaires. 

Lors de la conférence de presse, le porte-parole a également annoncé l’arrivée à Bangui du nouveau Représentant spécial adjoint du Secrétaire général auprès de la Minusca, Fabrizio Hochschild, nommé vendredi dernier par Ban Ki-moon. Egalement Coordonnateur résident du système des Nations Unies, Coordonnateur humanitaire et Représentant résident du PNUD, il succède à Aurélien Agbénonci. 

En ce qui concerne les Droits de l’Homme, Monteiro a indiqué que 16 incidents de violations et abus des droits de l’homme, ayant entrainé au moins 46 victimes, ont été documentés dans tout le pays. D’autre part, le porte-parole a annoncé la poursuite des activités à Haute intensité de main d’œuvre (THIMO) au bénéfice des jeunes à risque à Bangui. Il s’agit de la réhabilitation de la Bibliothèque de l’Université de Bangui avec l’aménagement de l’espace vert et de la construction d’un site de production de biogaz à Boy Rabe, dans le 4e arrondissement, en partenariat avec une ONG locale. Les deux projets emploient 110 jeunes. Les activités THIMO ont déjà contribué à la mise en place de 48 groupements de jeunes qui créent des activités génératrices de revenus, soit un total de 1.127 personnes dont 458 femmes. En plus de l’auto-emploi, le programme mis en place par la Minusca et le PNUD permet de réduire la vulnérabilité des bénéficiaires et de renforcer la cohésion sociale dans les communautés. 

S’agissant de la Force de la Minusca, son porte-parole, le Lieutenant-colonel Clément Cimana, a fait état d’une situation sécuritaire volatile en raison des affrontements entre groupes armés. A cet égard, la Minusca a renforcé sa présence dans les localités affectées en multipliant les patrouilles, notamment dans la Nana Mambéré (Niem Yelewa), la Nana Gribizi, la Basse Kotto ainsi que dans l’Ouham et l’Ouham Pendé. Le Colonel Cimana a également annoncé la réhabilitation d’infrastructures routières par le génie de la Force entre Bangassou, Rafaï et Obo et la réparation de 12 ponts sur l’axe Bria-Yalinga. Les activités du génie se poursuivent dans d’autres villes du pays, avec entre autres le forage de puits d’eau à Berberati et dans d’autres localités. En appui à la restauration de l’autorité de l’Etat, la Force a escorté environ 800 véhicules commerciaux sur les principaux axes routiers. 

Pour la police, le Lieutenant Salifou Konseiga, a annoncé l’arrestation et l’inculpation depuis le 20 juillet des faussaires dont ont été victimes les joueurs de l’équipe nationale de football et des agents de l’Autorité Nationale des Elections. Dans le cadre de l’appui aux autorités judiciaires et sur instructions du Procureur Général, Salifou Konseiga a indiqué que la Police Minusca a procédé au transfèrement de détenus à haut risque de la prison de Ngaragba à celle du Camp De Roux. Ils avaient tenté une évasion dans la nuit du 20 au 21 juillet 2016.

 

Source : Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

CENTRAFRIQUE: COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA PRÉSIDENCE 

mokpème

La République centrafricaine est de retour dans le concert des nations trois ans après la plus grande crise de son histoire. La volonté des centrafricains de tourner le dos au passé s’est manifestée massivement dans les urnes.

Un Président a été légitimement élu, les Représentants du peuple siègent aujourd’hui à l’Assemblée Nationale. Les acquis de notre jeune démocratie doivent être protégés.
Dans une déclaration publique, des leaders de groupes armés bien connus s’érigent de manière arbitraire en Représentants des régions pour contester l’Autorité de L’État.
Seuls les élus qui ont reçu mandat peuvent légitimement parler au nom du peuple centrafricain et ceci dans le respect de nos lois fondamentales.
Le gouvernement de la République s’applique à amorcer la politique de développement du pays, ceci au profit de tous les centrafricains ou qu’ils se trouvent sur toute l’étendue du territoire.


C’est dans un esprit d’ouverture que le Président de la République, Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera parle de dialogue permanent, c’est pour associer au processus du DDR tous les acteurs susceptibles de contribuer à la paix et à la réconciliation nationale.
Notre légitimité nous autorise à mener à bien le processus de Désarmement Démobilisation et Réinsertion. Nous ne faillirons pas à cette mission. Toutes ces manœuvres ne visent qu’à nous éloigner dans l’œuvre de redressement du pays que nous avons entamée.


Nous ne tolérerons en aucune manière au sein de la République les agissements de tous ceux qui s’inscrivent dans une logique de violence et de division. Ils poursuivent un objectif contraire aux intérêts de la nation. Nous rappelons que les revendications politiques ne peuvent avoir lieu sous la menace des armes.
Notre peuple a beaucoup souffert de ces manœuvres de déstabilisation durant ces dernières années. Nous devons nous rassembler derrière le Président de la République pour le retour d’une paix durable et définitive à laquelle aspirent tous nos compatriotes.


Fait à Bangui le 23 juillet 2016
Le Conseiller en Communication, Porte-Parole

Albert Yaloké MOPKEME

 

RD Congo : Koffi Olomidé emprisonné 3 mois ferme pour « coups et blessures volontaires »

kofii

Inculpé pour « coups et blessures volontaires », le leader du groupe Quartier Latin a été transféré mardi à la prison centrale de Makala quelques heures après son interpellation à Kinshasa, selon des sources judiciaires.

« Koffi Olomidé est inculpé pour coups et blessures volontaires, trouble à l’ordre public, et d’autres infractions », a déclaré mardi 26 juillet à l’AFP un haut magistrat. « Détenu sous un mandat d’arrêt provisoire, le chanteur sera présenté devant un tribunal dans cinq jours », a-t-il précisé.

Transfert à la prison de Makala

Quelques heures après son interpellation mardi matin à Kinshasa, le « Rambo » de la musique congolaise a été transféré à la prison centrale de Makala, près de la capitale congolaise.

Selon une source pénitentiaire citée par l’AFP, « le camion qui l’a transporté est arrivé [cet après midi] (…), provoquant une grande effervescence parmi les prisonniers ». « Koffi Olomide est gardé à la cellule 14 du pavillon 8, réservé aux notabilités », a précisé cette source.

Riposte symbolique du clan Olomidé

Sur la page Facebook du chanteur, on pouvait lire un message de soutien invitant à diffuser une photo intitulée « Je suis Koffi Olomidé », « suite à l’injustice que subit notre artiste Koffi Olomidé, qui vient d’être transmis en prison sans condamnation prononcée, ni verdict du jugement et le refus par le procureur d’écouter la danseuse supposée être la victime ».

Il risque une peine de 6 mois ferme

Koffi Olomidé avait déjà été condamné en août 2012 à Kinshasa à trois mois de prison avec sursis pour « coups et blessures volontaires » contre son producteur. S’il est reconnu coupable de cette même infraction, le leader du groupe Quartier Latin encoure cette fois entre 8 jours et 6 mois de prison ferme.

Filmé au moment où il faisait mine de frapper une des danseuses du groupe à l’aéroport international de Nairobi où il devait donner un concert, Koffi Olomidé a été expulsé samedi de la capitale kenyane vers la RDC après une nuit passée en garde à vue. La vidéo amateur, largement relayée sur les réseaux sociaux, a suscité la colère de ses fans. Dans la foulée, les autorités zambiennes ont annulé un concert du chanteur congolais la semaine prochaine à Lusaka.

Source : AFP/JA

 

CENTRAFRIQUE: UNE RÉPONSE A UN POST DE PARFAIT ANICET MBAY SUR LE MUR DE CHRIS CAN (Bonne lecture).

.

bay

 

Cher Parfait Anicet Mbay

Votre perception de l’opinion que j’exprime sur les FACAS et ses membres est légitime. Aucun militaire Centrafricain n’accepterait le portrait que je fais de lui mais ceci ne me fait chaud ni chand ni froid.

Les FACAS (Forces Armées Centrafricaines) ont une histoire qui elle est très simple et théoriquement très bien maitrisée par n’importe quel originaire de l’OUBANGUI-CHARI de ma génération : Depuis l’école Ben-zi et le lycée Boganda par la suite, j’ai participé aux préparatifs puis à des défilés de Décembre sous le règne de Bokassa et ce fut les seuls moments durant lesquels les militaires Centrafricains ont montré leurs talents. En dehors de cela, ils se sont contentés que de se tuer entre eux ou de tuer d’autres Centrafricains.

Sur le plan opérationnel les militaires Centrafricains n’ont jamais porté les valeurs universelles du métier des armes en dehors des frontières de la RCA alors que tous les militaires des autres pays Africains ou presque ont eu l’occasion de venir étaler leurs savoir-faire en Centrafrique. S’il y a une question que je pose souvent dans le but de prouver la petitesse du Miliaire Centrafricain c’est celle-ci : Combien de militaires Sénégalais (ou Tchadiens, Camerounais, …) sont morts en missions commandées pour la RCA et combien de militaires Centrafricains ont perdu la vie pour défendre l’intégrité du Sénégal (ou Tchad, Cameroun…) ?

Si les Centrafricains étaient majoritairement intelligents ils ne se battraient pas pour s’encombrer d’une armée aux objectifs aussi fumeux. Tout ceci pour vous faire remarquer, vous Parfait Anicet Mbay que vos prétendus « officiers et des sous-officiers compétents qui depuis des années n’attendent qu’à être mis en situation opérationnelle adéquate pour protéger et défendre notre pays “ n’existent que sur du papier et dans certains esprits. De plus, vous Parfait Anicet Mbay, visiblement, vous n’avez pas peur du ridicule, vous qui aviez été porté au pouvoir par les guerriers ZAGHAWAS de Deby, eux qui vous mépriseront pour le reste de votre vie, osez la ramener ainsi ?

Tatiana Carayannis et Louisa Lombard ont bien fait de souligner « l’EXCEPTIONNALISME CENTRAFRICAIN » dans un article du WASHINGTON POST en Juin dernier et intitulé « Yes, Central African Republic is a real country. But it’s a very different kind of country (Oui , la République centrafricaine est un vrai pays . Mais c’est un pays du genre très différent) ». Vous Parfait Anicet Mbay vous pensez que vous êtes un militaire comme les autres mais l’histoire de l’armée au sein de laquelle vous servez fait de vous un militaire en deçà des autres militaires Africains. Et ça vous ne le savez pas.

Quand à mes faits de scientifiques, certains sont disponibles sous mon vrai nom (Frédéric Ganapamo) sur GOOGLE. Je ne suis pas genre à prétendre autre chose que ce j’ai déjà réalisé. Et, ce que j’ai réalisé grâce à mon intelligence vous Parfait Anicet Mbay vous ne pouvez pas le réaliser grâce à la vôtre. Mon hyper activité sur Facebook est simplement l’expression de la grande marge intellectuelle que j’ai sur des gens comme vous.

OUBANGUIENNEMENT,
JK

 
2 Commentaires

Publié par le 26/07/2016 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

CENTRAFRIQUE: DU MATÉRIEL DE LA MINUSCA POUR RÉHABILITER DES BÂTIMENTS DU CAMP KASSAI

matériel

Bangui, le 26 juillet 2016 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), a remis ce mardi 26 juillet aux autorités centrafricaines du matériel de construction d’une valeur de 41.556.650 Francs CFA pour la réhabilitation de bâtiments du Camp Kassaï à Bangui. Ce don s’inscrit dans le cadre de l’apport de la Mission à la Réforme du secteur de la sécurité et du soutien aux Forces armées centrafricaines (FACA).

Les travaux visent notamment la réhabilitation d’un bloc administratif du Bataillon des services et de soutien, trois salles de cours d’une capacité de 50 places assises chacune, ainsi que deux dortoirs de 126 places chacun. Les travaux vont débuter dès mercredi et doivent durer plus de deux mois.

A cette occasion, la Représentante spéciale ajointe du Secrétaire général des Nation Unies, Diane Corner, a rappelé qu’en posant cet acte, «la Minusca s’engage une fois encore, à soutenir l’état centrafricain et les FACA, à retrouver leurs capacités opérationnelles». Elle a réitéré l’engagement de la Mission à soutenir les autorités centrafricaines dans leurs efforts de restructuration et de transformation de leurs forces nationales de sécurité en des forces professionnelles et protectrices des populations civiles. Fort de cet engagement, la Minusca se tient aux cotes des FACA afin qu’elles « retrouvent dignité et fonctionnalité. »

Pour sa part, l’Inspecteur général des armées, le Général de division Jean-Pierre Dolle-Waya s’est réjoui du « soutien multiforme à la Centrafrique, afin de lui permettre de sortir de l’abîme ». Le Général Dolle-Waya a aussi rappelé que l’intervention de la communauté internationale et de la Minusca en Centrafrique a permis au pays de sortir de la crise qu’elle a connue.

Ce lot de matériels comporte des outils de maçonnerie, de plomberie, de menuiserie et de quincaillerie. Il a été acquis sur les fonds propres de la Mission et grâce au budget dédié à la Réforme du secteur de sécurité en RCA.

 

 Source : Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos 

 
2 Commentaires

Publié par le 26/07/2016 dans Uncategorized

 

Centrafrique: Une nouvelle attaque «surprise» d’ex rebelles Séléka fait trois morts à Ngakobo

seleka

 

Lundi 25 Juillet 2016-Au moins trois personnes ont été tuées samedi dans une attaque d’ ex rebelles de la Séléka  dans l’ est de la Centrafrique.

Une attaque « surprise » des ex rebelles de la Séléka et de peuls armés s’est soldée samedi par la mort de trois personnes dans la localité de Ngakobo, située à 30 km de Bambari, apprend- on de sources concordantes .

D’après un officier de la gendarmerie locale sous couvert d’anonymat, les rebelles ont investi le village et ont ouvert le feu sur les habitants qui ont dû prendre la fuite dans la brousse ou vers d’autres villages .

Un bilan provisoire fait état de trois morts , un enseignant et deux employés du complexe sucrier » Sucaf et plusieurs blessés .

On ignore les raisons de cette attaque à Ngakobo, localité où se trouve la Sucaf, la plus grosse usine du pays .

La Centrafrique a plongé ans le chaos en 2013 avec le renversement de l’ex-président François Bozizé, un antibalaka, par la Séléka, coalition rebelle à dominante musulmane

 

Source: KC/ Bbc Afrique – 25/07/2016

 

RDC : Arrestation ce matin de Koffi Olomidé à son domicile sur ordre du procureur

kofii

 Source: Kinshasa ce matin le 26.7/2016/Arrestation de Koffi Olomidé ce matin


Mardi 26 Juillet 2016- Koffi Olomidé artiste musicien congolais a été arrêté ce matin à son domicile par la police de son pays, sur ordre du procureur.

Après le scandale de Nairobi, où l’on voit dans une vidéo, la star congolaise de la rumba, donner un violent coup de pied à l’une de ses danseuses devant les caméras de télévision, la police congolaise a procédé ce matin, à l’arrestation de Koffi Olomidé, sur ordre du procureur de la République.

La violence du geste de Koffi avait entrainé les condamnations dans le monde entier. La star avait vu ses concerts annulés au Kenya et en Zambie. De retour dans son pays, Koffi avait présenté ses excuses à tous ses fans et à toutes les femmes.

Visiblement, la longue et lente descente aux enfers de Koffi n’est qu’au début.

Source : AFP/CN/Kc
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :