RSS

CENTRAFRIQUE:Politique / Qui de Mapenzi et de Ziguélé sera président de l’Assemblée Nationale ?

01 Mai

Selon des informations dignes de foi en notre possession, au moment où nous mettons sous presse cet article, il y aurait huit (8) candidats à la présidence de l’assemblée nationale, la deuxième (2) institution de la République. Il s’agirait de :

1- Martin Ziguélé, président du Mlpc et député de Bocaranga 3, ancien Premier ministre, candidat malheureux à la présidentielle

2- Anicet Georges Dologuélé, président de l’Urca et député de Bocaranga 1, ancien Premier ministre et ancien fonctionnaire international de la BEAC/ BDEAC/CEMAC, candidat malheureux à la dernière présidentielle

 3- Abdou – Karim Meckassoua, ancien ministre boziziste devenu député indépendant de la 2ème circonscription du 3ème arrondissement de la ville de Bangui, à 39 voix seulement, résultats d’un seul bureau de vote sur 17 bureaux de vote annulés pour fraudes massives, candidat malheureux à la présidentielle

4- Mme Emilie – Béatrice Epaye, députée de Markounda

5- Professeur Timoléon Mbaïkoua, député de Paoua 2, ancien cadre du Mlpc et ancien ministre, candidat malheureux à la dernière présidentielle

6- Bertin Bea, député de Boali et secrétaire général du Knk

7- Jean – Symphorien Mapenzi, député de Bimbo 2, opérateur économique, directeur général de la Société de Transformation des Bois de Centrafrique (STBC), président du Mouvement des Entreprises de Centrafrique (Medec), ancien Vice – président et Président par intérim du Conseil Economique et Social

8- Pasteur Augustin Agou, député du 1er arrondissement de Bangui, opérateur économique.

Aux dernières nouvelles, seules les candidatures de Martin Ziguélé et de Jean – Symporien Mapenzi auraient réussi à convaincre et susciter plus d’effervescence et de mobilisation au sein des partis politiques et des nouveaux élus de la nation, toutes appartenances et tendances confondues. A ce sujet, les sources proches de la direction de campagne du candidat du Mlpc, même si lors de la rencontre avec le président Touadéra, président des partis politiques de la mouvance présidentielle, il y a de cela quelques jours, aucun appui inconditionnel et formel de la part de ce dernier n’a été obtenu autour de cette candidature, affirmeraient avec force et détermination la très probable victoire de Martin Ziguélé. Ce dernier aurait déjà acquis à sa cause la plupart des députés des partis politiques de la majorité parlementaire, soit un total de 75 députés sur 128.

Ce soutien prendrait forme aujourd’hui par la signature de la Charte de la plateforme des partis de la majorité parlementaire en abrégé « PPMP ». En prélude à la constitution effective de cette plateforme, un repas a été offert entre les probables signataires de la convention et leurs députés par le prétendant au perchoir de l’assemblée nationale. Voilà une nouvelle qui n’est pas de nature à rassurer le camp des indépendants, car les partis politiques sont majoritaires dans la prochaine assemblée et semblent décidés à prendre leur revanche sur l’histoire, à renaître de leur débâcle aux dernières élections législatives et présidentielle, à occuper l’espace politique nationale et à jouer pleinement leur rôle de gestionnaires des affaires de la cité. Cependant, cet atout est loin de faire trembler de peur et d’inquiétudes le candidat des indépendants, Jean – Symphorien Mapenzi. Ce dernier qui ne dort pas et qui aurait déjà obtenu le soutien inconditionnel du président Touadéra, président des partis et des entités de la mouvance présidentielle, aurait lui aussi déjà réussi à faire rallier à sa cause plus de 75 députés sur 128, toutes appartenances et tendances confondues. Ce qui le positionnerait à égalité de voix avec son challenger, Martin Ziguélé.

A l’allure où vont les choses et à ce niveau du débat, certains députés issus des partis politiques et certains députés indépendants ne joueraient pas tout simplement franc jeu avec les deux (2) camps. Ils seraient plus ou moins tous, dans les deux (2) camps, à la fois, et du côté de Martin Ziguélé et dans le camp de Mapenzi. Il apparait donc clair que les deux (2) candidats doivent, à quatre (4) jours de la rentrée parlementaire, mettre de l’ordre dans leurs relations avec les députés indépendants et surtout, avec les partis politiques qui ont des députés dans la prochaine assemblée. Ce n’est qu’à ce prix qu’ils éviteraient d’être victimes d’une escroquerie politique, à l’exemple de ces députés qui, quoique ayant été régulièrement investis par leur parti, auraient à leur demande réussi à extorquer des fonds aux leaders d’autres partis politiques. Fort de ce qui précède, le président Touadéra, en sa qualité de président des partis politiques et des entités de la mouvance présidentielle, se doit d’être clair, lui aussi, avec ses anciens compagnons de lutte, afin d’éviter une crise inutile.

Comme les partis politiques de la majorité parlementaire n’avaient pas hésité un seul instant à lui apporter leur indéfectible soutien, lors du 2ème tour face à Dologuélé, il est tenu aujourd’hui de leur faire retourner l’ascenseur, dans le but de stabiliser les institutions républicaines. Toute hésitation de sa part, comme nous le constatons à ce jour, toute absence d’un dialogue sincère et permanent et toutes basses manœuvres politiciennes seraient de nature à lui créer toutes les pires tracasseries politiques et à rendre ingouvernable sa gestion.

Dans quel intérêt, aurait – il porté son appui sur la candidature de Jean – Symphorien Mapenzi ? Dans son intérêt ou dans l’intérêt de la République ? Pourquoi, à quatre (4) jours de la rentrée parlementaire, le candidat Martin Ziguélé n’aurait –il pas réussi à extorquer sa bénédiction ? Est – il fier qu’il y ait, dans son propre camp, celui de la mouvance présidentielle, deux (2) candidats au perchoir de l’assemblée nationale ? Et si par miracle tous les deux (2) venaient à se battre, qu’adviendrait – il ?

Voilà des questions qui se bousculent sans réponse dans la tête des combattants de la liberté et des sentinelles de l’espoir. Des questions auxquelles l’homme du 30 décembre 2015 est tenu de répondre avant qu’il ne soit trop tard.

Jean – Paul Naïba

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE:Politique / Qui de Mapenzi et de Ziguélé sera président de l’Assemblée Nationale ?

Publié par le 01/05/2016 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :