RSS

CENTRAFRIQUE: Politique / Karim Meckassoua ou l’homme des réseaux et de débauchage des députés de l’UNDP

29 Avr
meckassoua

A quelques jours de la tenue du 2ème tour des législatives, quand je me rendais à la rédaction du journal « Le Démocrate » afin d’échanger avec un confrère, j’ai croisé une vieille connaissance. Un musicien qui avait fait la gloire de l’orchestre « JMC – QUARTIER LIBRE », dans les années 2000. Passé le temps des formules de politesse et de civilité, ce cadet m’annonce sa joie de cette retrouvaille et me propose de rejoindre la direction de campagne de M. Karim Meckassoua. Sans tarder, il se lance dans un interminable réquisitoire dans le but de mettre en exergue les mérites de l’enfant du Km 5. Un homme des réseaux qui serait dans les intimités des présidents Sassou Nguesso du Congo, Ali Bongo du Gabon, Idris Deby Itno du Tchad, Obiang Nguema de la Guinée Equatoriale, et François Hollande de la France, pour ne citer que ceux – là. Un candidat malheureux à la dernière présidentielle qui a décidé, sans aucune hésitation, d’apporter son indéfectible soutien au candidat Touadéra face à Dologuélé et qui est pressenti, en retour, pour assumer les nobles fonctions de premier ministre. Le seul candidat indépendant à la présidentielle qui a financé les candidatures du plus grand nombre d’autres candidats indépendants aux législatives et qui a réussi, à grands coups de millions, à faire rallier à sa cause tous les députés de l’UNDP.

A ces mots, le battement de mes pouls s’accélère et je rétorque immédiatement en lui demandant de me donner plus de détails sur les éléments de preuves qui attesteraient du soutien financier du candidat Karim Meckassoua aux députés de l’UNDP. En réponse, il m’a dit être disposé à faire les copies des actes de décharge devant notaire. Malheureusement, depuis lors, il n’a plus décroché mes appels, malgré mon insistance. Cependant, quelques semaines plus tard jusqu’au moment où nous mettons sous presse cet article, des informations dignes de foi corroborent les propos tenus par cette connaissance et tendraient à affirmer avec force que certains députés de l’UNDP dont les lettres d’investiture ont été dûment signées par le secrétaire général de ce parti et les cautions entièrement supportées par l’UNDP, auraient été consultés et contactés personnellement par M. Karim Meckassoua. Evidemment, pour les rallier à sa cause moyennant espèces sonnantes et trébuchantes.

Un acte de débauchage et de cooptation. De basses manœuvres politiciennes de nature à fragiliser et à déstabiliser l’UNDP. Mais, comme nous l’avons déjà souligné, cette méthode risque non seulement de lui coûter trop cher puisqu’il n’aura jamais officiellement l’appui politique tant souhaité de l’UNDP, mais surtout est de nature à révéler au grand jour sa propension systématique à des pratiques de basses manœuvres pour atteindre ses objectifs. En effet, il est aujourd’hui de notoriété publique que l’enfant du Km 5, candidat à la dernière présidentielle, malgré ses milliards et l’appui inconditionnel de ses réseaux, n’a jamais réussi à mobiliser le peuple centrafricain autour d’un projet fédérateur et à le convaincre de porter son choix sur sa modeste personne.

Malgré une campagne à l’américaine, et de puissants moyens matériels et financiers, à l’arrivée, il n’a pu obtenir que moins de 5% des suffrages valablement exprimés. Une démonstration du rejet de sa candidature par ce peuple. Mais, au lieu d’en tirer les leçons qui s’imposent, c’est – à – dire, se retirer purement et simplement de l’arène politique, il persiste et signe. Pour assouvir ses desseins, il use toujours des méthodes non transparentes et douteuses. C’est ainsi qu’il aurait recouru à tous les moyens en la matière pour obtenir son élection à 39 voix seulement, résultats d’un seul bureau de vote sur 17 bureaux annulés pour fraudes. Et, Karim Meckassoua continue son bon bout chemin pour conquérir, cette fois – ci, le perchoir de l’assemblée nationale, la deuxième institution de la République.

C’est ainsi que selon des informations dignes de foi en notre possession, il aurait chargé le député de Kouango, M. Davy Yama, de la mission de faire gagner, une fois de plus, à sa cause le député de l’UNDP de Kaga – Bandoro I, M. Chris Gallo, à grands coups d’argent. Un acte de débauchage et de cooptation qui ne lui servira à rien. Un acte d’escroquerie dont répondra très certainement et individuellement le député mis en cause.

Jean – Paul Naïba

 

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: Politique / Karim Meckassoua ou l’homme des réseaux et de débauchage des députés de l’UNDP

Publié par le 29/04/2016 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :