RSS

Côte d’Ivoire: Meeting du FPI à Agboville, Sangaré ferme «Nous n’allons pas faire allégeance à un quelconque pouvoir»  

11 Avr
 htgf

 Crédit Photo: Abou Drahamane Sangaré

– Lundi 11 Avril 2016 – Initialement prévu sur l’esplanade de la salle des fêtes de la mairie d’Agboville puis délocalisé à la maison des retraités à cause d’une présence menaçante des éléments de la police nationale, le meeting d’Abou Drahamane Sangaré a finalement eu lieu à la résidence de l’ancien député Daniel Abo.

Le Président par intérim du Front populaire ivoirien, (FPI) issu du congrès de Mama accompagné d’une forte délégation a déploré cette persécution des militants ainsi que l’attitude des autorités.

«Aujourd’hui, on veut nous faire retourner au parti unique. Aujourd’hui encore, on veut tuer le multipartisme, aujourd’hui on veut changer d’opposition. Ça veut dire que nous n’avons pas évolué, que tout ce que Laurent Gbagbo a fait pour la Côte d’Ivoire est en train de foutre le camp. Mais heureusement que vous êtes là. Si vous tenez nous allons tenir,» a déclaré Sangaré.

Il s’est dit surpris des actes posés par les autorités qui veulent priver de parole ceux qui sont des « minoritaires ».

En présence des militants qui ont bravé toutes les différentes étapes, Abou Drahamane Sangaré  a indiqué qu’il est porteur d’un message de Laurent Gbagbo.

«Il a dit que le FPI reste debout, que le FPI reste en vie, que le FPI reste en mouvement, que le FPI c’est la leçon du terrain, c’est pas un parcours bureaucratique, un parcours sur le terrain. Donc vous devez vous mobiliser parce que sur le terrain, la lutte ça ne ment jamais, » a-t-il soutenu.

Sangaré a rassuré les militants que Laurent Gbagbo ne lui a pas dit de prendre le FPI pour aller dire merci au pouvoir, pour aller le donner au pouvoir.

«Il n’a pas dit Sangaré il faut brader le FPI. Il ne m’a pas dit çà. Il m’a dit d’être debout, d’être mobilisé, d’être déterminé. C’est par là que je peux sortir de prison. Donc n’ayez pas de scrupule ne vous dites pas si on parle trop peut-être qu’il ne va pas sortir. Non ! Là où il est là, c’est en nous mobilisant qu’il va sortir. Si on vous dit autre chose, se sont des histoires. Parce qu’on l’a envoyé là-bas pour qu’on l’oublie. Si on ne l’oublie pas on dira qu’on a besoin de lui en Côte d’Ivoire. Donc continuer à faire confiance, continuez à lutter,» a insisté le Président par intérim du FPI.

Cette rencontre entre Sangaré et les militants du FPI d’Agboville, s’est déroulée à la veille du 11 avril date d’arrestation de Laurent Gbagbo.

«Nous sommes le 10 avril, la veille du 11 avril, date de sinistre mémoire où injustement on a arrêté, de Korhogo on l’a déporté à la CPI. Les motivations sont claires : l’éloigner de son peuple, éloigner l’insoumis (…) Tout cela pour faire passer le complot, pour assassiner la démocratie, pour tuer toute dignité humaine dans l’ivoirien. Les enjeux étaient claires : recoloniser la Côte d’Ivoire, repeupler la Côte d’Ivoire et aujourd’hui vous avez l’identité de l’ivoirien nouveau à coups de naturalisation,» a expliqué l’ancien ministre ivoirien.

Selon lui, cette situation a des conséquences aujourd’hui au niveau de la justice, des partis politiques, et au niveau de vie sociopolitique.

« Le pays est déchiqueté, le pays va à vau-l’eau, » a-t-il précisé.

Le président par intérim a instruit les militants sur le déroulement du procès de leur mentor à la Haye. Il a affirmé que les témoins à charge sont devenus des témoins à décharge et ils sont devenus même hostiles pour l’accusation.
C’est pourquoi, il estime que Laurent Gbagbo retombera toujours sur ses pieds et a une capacité de rebondir.

«Soyez confiants. Il se battra. Mais aussi notre rôle c’est de nous battre. Il nous a dit de rester debout, de rester déterminé, de rester mobilisés. C’est la leçon de terrain qui compte. On peut gagner tous les titres qu’on veut, tous les positionnements, allons sur le terrain. Nous c’est parce que le terrain nous connait qu’on ne veut pas qu’on parle sur le terrain, » a-t-il expliqué.

En dépité du cadre dans lequel il s’est exprimé devant ses militants, Sangaré prévient que ses camarades et lui parleront toujours, parce qu’on ne peut pas les empêcher de parler en Côte d’Ivoire.

«Personne ne peut nous empêcher de parler de la Côte d’Ivoire. Personne ne peut nous empêcher de parler de Laurent Gbagbo, du FPI. Personne ne peut le faire. Donc nous parlerons. Nous n’allons pas faire allégeance à un quelconque pouvoir, » a-t-il conclu.

Wassimagnon; Abidjan

 
Commentaires fermés sur Côte d’Ivoire: Meeting du FPI à Agboville, Sangaré ferme «Nous n’allons pas faire allégeance à un quelconque pouvoir»  

Publié par le 11/04/2016 dans Uncategorized

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :