RSS

Archives du 27/03/2016

Sénégal : Pressenti candidat à la mairie de Dakar, Youssou Ndour fait dans le clair-obscur

 hom
 Crédit photo: Youssou Ndour

Dimanche 27 Mars 2016- La star cacherait t’elle son jeu politique pour briguer la mairie de la capitale sénégalaise ? En tout cas si tout le monde sait que Youssou Ndour  qui s’est fortement investi aux côtés du Chef l’Etat est fortement tenté par la mairie de Dakar, pour le moment il se range dans le plus total clair-obscur.

Youssou Ndour a tenu à réagir à l’intention qu’on lui prête d’être « tenté » par la Mairie  de Dakar. Dans un entretien avec « Le Soleil », l’homme aux 3 casquettes : artiste, acteur économique, et homme politique, dit être utile pour son pays.

« Je suis utile pour mon pays. Je travaille pour le développement de mon pays et je joue mon rôle », dit-il.

Et d’ajouter : « Mais, je ne souhaite pas m’aventurer sur des candidatures. Je rappelle plutôt les actions de ‘Fekke Ma Ci Bolé’ pour accompagner le Président Macky Sall dans le développement du pays ».

Pour Youssou Ndour, la vision et la constance du Président Macky Sall l’on convaincu. Ce dernier, rappelle t-il, est son maitre en politique. Et, il a décidé de soutenir sa candidature en 2019 et de s’engager pour sa réélection.

«Mon candidat en 2019, c’est Macky Sall et je vais travailler pour qu’il ait son second mandat dés le premier tour».

Pour bon nombre d’observateurs de la scène politique nationale, il sera plus que difficile à Youssou Ndour, même s’il a le plus célèbre des sénégalais, de scorer sérieusement à une élection présidentielle au Sénégal. Par contre, il ne lui est pas impossible de diriger Dakar.

Sidy Djimby Ndao, Dakar

 

Congo: La réélection de Sassou «non crédible» par le PS français, quatre candidats appellent à la contestation «pacifique»

 sass

Dimanche 27 Mars 2016- Le parti socialiste au pouvoir en France, conteste la réélection de Denis Sassou Nguesso, 72 ans dont 32 cumulés à la tête du Congo.

Dans un communiqué signé de Maurice Braud, le secrétaire national à l’International, immigration et co-développement, le PS dénonce, le manque de « transparence » lors de l’élection présidentielle congolaise du 20 mars 2016.

La formation dont est issu François Hollande, juge « non crédible » une élection présidentielle qui s’est tenue dans un climat sécuritaire tendu.

Un scrutin qui s’est déroulé, alors que les communications étaient coupées, démontrant aux yeux du monde, la volonté du pouvoir de verrouiller l’élection présidentielle.

Enfin, le PS demande aux organisations internationales, beaucoup plus à l’Union africaine et à l’Union européenne de se saisir du dossier congolais, afin écrit il, de prévenir « une crise majeure pour la région ».

En réaction, Michel Ngakala, le secrétaire permanent chargé de l’organisation et de la vie du Parti congolais du travail (Pct), au pouvoir dénonce un  » acharnement » contre un homme et des institutions d’un pays indépendant,  » je pense que ce parti confond l’époque qui est la nôtre. Nous sommes un pays indépendant souverain avec des institutions issues des élections libres et transparentes  » a-t-il déclaré ce samedi face à la presse.

Avant d’ajouter, « s’il n’était pas sûr, il aurait pu mettre dans l’avion ses cadres qui seraient venus travailler chez nous et qui auraient pu sillonner le territoire congolais pour constater que l’élection s’est déroulée en toute transparence ».

Appel à la contestation

Pour leur part, quatre candidats à la présidentielle, ont publié une déclaration samedi, dans laquelle ils contestent la victoire de Denis Sassou Nguesso. Ces candidats, appellent le « peuple congolais » à contester « le hold up » par des « actions » légales et pacifiques.

« Nous engageons le peuple congolais à exercer pleinement sa souveraineté sur sa victoire démocratique à travers des élections reconnues par la loi : villes mortes et autres grèves, meetings et marches pacifiques », lit on dans la déclaration signée de Guy-Brice Parfait Kolélas, du général Jean-Marie Michel Mokoko, de Claudine Munari et André Okombi Salissa.

Les candidats qui estiment que leur victoire a été volée, demandent à l’ensemble du peuple congolais d’observer la première opération ‘ville morte’ sur l’ensemble du territoire national, le mardi 29 mars 2016″, -lundi étant férié au Congo-.

Armand Ougock, Yaoundé

 

Congo-Brazzaville: Arrestation du directeur de campagne du général Mokoko

mokoko
Crédit photo: Anatole Limbourg-Ngoka


Dimanche 27 Mars 2016- La police congolaise a arrêté ce dimanche matin, le coordonnateur de campagne du général Jean Marie Michel Mokoko.
Anatole Limbourg-Ngoka a été interpelé par la police, ce dimanche 27 mars, au matin, à son domicile.

Anatole Limbogo -Ngoka, est le coordinateur national des comités de soutien du General Jean Marie Michel Mokoko.

« Il a été arrêté par les éléments de DGST, ce dimanche matin. Une Bj blanche avec vitre teintée fumée est allée le chercher chez lui à cité 17. quartier Moukondo. Il s’est rendu sans aucune résistance », précise une source locale.

Les forces dirigées par Jean François Ndenget, font régner un climat de terreur fait d’attestations et d’intimidations à Brazzaville et Pointe noire, depuis l’élection présidentielle du 20 mars 2016.

Source : AFP

 

Cameroun: Au moins quinze morts dans un accident de circulation 

cameroun
 Dimanche 27 Mars 2016- Au moins quinze personnes, ont perdu la vie dans la nuit de samedi à dimanche, dans un accident de circulation au lieu dit Mbanga.

Un accident de circulation entre un bus de transport des passagers et une semi remorque, transportant des produits agro alimentaires, a causé la mort d’au moins quinze personnes et fait une vingtaine de blessés.

L’accident a eu lieu a Djongo, juste avant Njombe.  C’était aux environs de 1h.  Le chauffeur d’un semi remorque transportant des produits agro-alimentaires a perdu le contrôle de son engin et a percuté un Coster de l’agence Menoua voyage. Le camion venait de Douala (Littoral) le car de Dschang (Ouest)

Les corps ont été conduits à la morgue de l’hôpital du Mont Koupé.

Selon les riverains interrogés par des journalistes sur place, plus d’une vingtaine de personnes (blessées), ont été conduites aux urgences de l’hôpital Mont Koupé.

Armand OUGOCK, Yaoundé

 
 
%d blogueurs aiment cette page :