RSS

Archives du 09/03/2016

CENTRAFRIQUE : La Petite ferme de Pauline 1

 

Une mission ponctuée de petites    « embrouilles africaines »… 

Mais bon… on connaît!…

le 07 juin, ma petite soeur Brigitte, co-administratrice et  résidente du 

Centre Pauline, reçoit son cadeau venu de France: une glacière électrique.

 

                                                                    DVD-mariage-Agathe-1901---copie.JPG     DVD-mariage-Agathe-1903---copie.JPG  

le jour même, nous découvrons au pied de la colline 

 en compagnie de Benoît (notre gardien maçon) Brigitte et Jeanine

(co-administratrices) Kévin (notre jardinier) et un autre Benoît (vendeur du terrain)

un magnifique espace dûment débroussaillé qui nous est proposé

pour l’implantation du projet

*Champs de Cultures Vivrières & Petit Elevage Domestique*

Contrairement aux informations qui nous avait été données,

il se situe à l’écart de la route.

Nous nous y rendons tout de même en suivant une piste coutumière…

Un peu cher, mais il est vaste, alors!… 

                                                               DVD-mariage-Agathe-1934---copie.JPG   DVD-mariage-Agathe-1928---copie.JPG   

Nous faisons appel à notre ami Théodore du service cadastral,

ici en compagnie  du chef Narcisse, enchanté de la future extention

du Centre Pauline dans son quartier,

et de Benoît le propriétaire visiblement ravi de cette vente à venir…

Elle ne se fera pas… Trop de « petites contraintes » en tous genres…

 DVD-mariage-Agathe 1907

   DVD-mariage-Agathe-1915---copie.JPG

Nous prenons un temps de réflexion…

ce terrain est enclavé, il va nous falloir négocier le tracé d’une route

à travers des « propriétés privées »… ou mieux,

faire l’acquisition des terrains à l’entour

et convaincre les nombreux détenteurs de branchements illicites et dangereux

qui traversent les champs de ci de là, de se mettre en conformité…

par égard à notre sécurité

(soit, arroser quelques personnes de plus… après d’interminables palabres!…)

 et ammener une longue ligne électrique à nos frais… 

Non, décidément  ce très joli terrain ruinerait assurément notre budget!… 

Le coup de grâce nous est finalement donné par Théo qui nous dira en riant:

« Il va vous falloir un hélicoptère pour vous rendre chez vous »… 

J’informe notre vendeur Benoît de notre renoncement en ces termes: 

« On nous avait annoncé un terrain en bordure de route, sans vis-à-vis,

à portée de la ligne électrique et libre d’accès…

non vraiment, c’est trop compliqué, nous sommes désolés ».

***

situé exactement en face du Centre Pauline

le terrain que jean De Dieu souhaitait nous ceder, bien que moins vaste, 

nous paraissait dorénavant mieux approprié à la réalisation du projet,

d’autant qu’une parcelle de « brousse » attenante et proposée à la vente,

nous permettrait d’envisager une extention du champs de cultures vivrières.

en attendant ces futures négociations qui ne manqueront pas d’appreté,

nous en sommes convaincus,

l’affaire est conclue tambour battant!

                                                               DVD-mariage-Agathe-1941.JPG DVD-mariage-Agathe-1948---copie.JPG 

Le chef du quartier Jean-Maximilien est requis dans la Maison de la Femme

pour officialiser la transaction 

    IMG     

Le plan est sommairement tracé, et hop, au boulot!…

DVD-mariage-Agathe-0326.JPG

  La petite maison de Jean De Dieu ne sera plus…

 DVD-mariage-Agathe-1959.JPG   

Elle est abattue en 2 temps 3 mouvements…

(avec l’argent de la vente, il a déjà fait l’acquisition d’un terrain bien plus grand…

Bien qu’étant logés, femme et enfants par la famille, nous lui avons accordé

le privilège d’occuper pour quelques temps une pièce des appentis

de la Maison de la Femme et le gardons comme maçon à notre service.)

  DVD-mariage-Agathe-1954---copie-copie-4.JPG  

vont être abattus tous les palmiers, dont seront tiré le Kangouya (vin de palme)

 DVD-mariage-Agathe-1960.JPG  

l’énorme arbre à pain, et un peu plus tard, l’oranger qui occupe le site de la future bergerie...

 DVD-mariage-Agathe 1971  

Notre co-administratrice Jeanine « supervise » les travaux…

tandis que Kevin s’attaque aux premières fondations…

 DVD-mariage-Agathe-1965.JPG  

les enfants décortiquent les fruits à pain, non encore mûrs… Tout semble serein…

***

Nouvelle embrouille!…

Un grand manguier a pris racine sur notre ligne de fondation à la limite

du terrain pour lequel je négocie l’acquisition… Il vaut mieux éviter les vagues…

Bien qu’étant sur notre concession,

on nous informe que le manguier appartiendrait au voisin,

puisque c’est lui qui l’aurait planté!…

                                                               DVD-mariage-Agathe-1981.JPG  DVD-mariage-Agathe 1984  

Je suis un « molingé ti kodoro » (enfant du pays) mais je n’en demeure pas moins

un étranger… aussi me dois je plus qu’un autre d’être dans les clous…

notre voisin demeure injoignable…

Nous convions donc le chef Jean Maximilien à faire le constat de la situation

et à autoriser l’abattage du manguier

                                                               DVD-mariage-Agathe-1995.JPG  DVD-mariage-Agathe-1991-copie-1.JPG  

Le chef s’entoure des précautions élémentaires…

S’assurer du témoignage des voisins.

Cette maman que je connais bien (elle est adhérente chez Pauline)

en profite pour négocier l’obtention d’une partie du bois de l’abattage pour la cuisine… (nous acceptons et déjà une livraison se fait…)

 DVD-mariage-Agathe-1997.JPG 

l’abattage se fait sous le regard du chef

 DVD-mariage-Agathe-2015.JPG  

 J’ai le sentiment d’être embarqué dans une vaste comédie méridionnale

et réprime difficilement un sourire…

DVD-mariage-Agathe-2018.JPG  

Je m’informe auprès de Jeanine… et me fends de 5000 frs cfa pour la prestation du chef

pour une demie heure, c’est une bonne somme…

mais du moins, sommes nous restés dans la légalité

et le travail peut se poursuivre…

***

DVD-mariage-Agathe-2028.JPG

sous la « très sévère surveillance » de la Vice Présidente (à l’ombre du dernier oranger) 

                                                                DVD-mariage-Agathe-2026.JPG  DVD-mariage-Agathe-2036-copie-1.JPG  

fondations (4 bènes de 8m3 de pierres chacune ont été livrées) et forage du puits…

  DVD-mariage-Agathe-2039-copie-1.JPG  

***

 DVD-mariage-Agathe-2031.JPG     DVD-mariage-Agathe-2034.JPG  

Nous tissons des amitiés avec nos voisins… enfants et mamans

 DVD-mariage-Agathe-2024.JPG DVD-mariage-Agathe-2117.JPG DVD-mariage-Agathe-2044.JPG  

                                                              DVD-mariage-Agathe-2128.JPG appentis-2-2131.JPG 

 espiègles…

DVD-mariage-Agathe-2120.JPG jolies…   

         appentis-2-2051.JPG 

et commédiennes en diable!…

Bonjour les gars… Que diriez vous d’un petit coup de main?…

 appentis-2-2085.JPG 

Elle se retrousse les manches… pardon, mais où ai je la tête… elle rajuste son pagne!

                       appentis-2-2087.JPG 

Si  Jean De Dieu parait indifférent 

 appentis-2-2089.JPG 

il en va tout autrement pour le jeune Isidore qui en lâche sa pelle

                    appentis-2 2088 

 Bon, c’est très bien mademoiselle, l’essai est concluant!…

                                                                                     appentis-2-2090.JPG   appentis-2 2084 

mais si vous pouviez vous asseoir gentiment, ce serait mieux pour la

concentration et l’efficacité de nos travailleurs…

   appentis-2-2094.JPG  

et le travail se poursuit dans la bonne humeur et le salut souriant des passants

***

Blaise et Marcel, nos deux puisatiers ont trouvé l’eau

 buffet-2-2150-copie-2.JPG et

comme le veut le rituel, il faut offrir un peu d’alcool au puits.

Bien entendu nos deux lascars nous demandent une bouteille de vin rouge…

en trouver à Gbangouma-Mala s’avère difficile. Nous leur offrons donc

deux bières locales… les esprits s’en satisfairont!…

                               buffet-2-2154.JPG   

Après avoir offert un verre au génie du puits, Blaise et Marcel siffleront

le reste des bouteilles et s’accorderont un repos bien mérité.

***

En quête de courant et en dépit du bon sens, un voisin a fait passer

une ligne artisanale entre les cases et à travers notre propriété. 

Comble de sans gêne, un des piquets de bois de fortune est planté au milieu

de notre future bergerie… Bien que lui ayant signifié d’une part l’incongruité

et la dangerosité de son installation pour tous, et offert de se connecter

en toute régularité avec les services de l’ENERCA à un poteau

du Centre Pauline,  en longeant la voie publique… 

Mais il lui faudra payer un poteau et des cables règlementaires… 

Le monsieur se montre irascible, refusant de retirer son très dangereux bricolage,

prenant un malin plaisir à nous imposer cette servitude, car il le sait bien,

nous ne pouvons y toucher sans nous mettre en danger.

Nous nous en remettons une fois de plus à la médiation

du chef Jean Maximilien Mabada… 

Elle a été rejetée avec virulence!…  me dira -t-il.

et moi de plaisanter:

Ainsi donc, n’importe qui pourrait déposer sa baignoire dans votre cour,

ne vous en déplaise, et s’octroyer le droit d’y prendre un bain à sa guise?…

Il accuse me semble -t-il le coup, mais s’efforce curieusement d’afficher

un visage hermétique à mon trait d’humour… Bizarre… Bizarre…

***

Le soir venu, nous recevons un appel affolé de Brigitte:

« Grand frère, nous venons de recevoir une convocation pour toi…

il faut que tu te rendes au tribunal demain matin à 10 heures » 

je vous épargne mes questionnements…    La curiosité me taraude

Qu’est ce que c’est encore que cette nouvelle embrouille?…

Le lendemain accompagné de Marie-Noëlle, Brigitte, Jean de Dieu, et Benoît,

nous voilà devant le tribunal, à attendre parmi une foule de gens.

Ma soeur me remet « ma convocation »   … elle est au nom de

monsieur George (sans s) … et sans explication d’aucune sorte.

mais voyons, dis je, elle n’est même pas à mon nom…

Elle nous a été remise par le chef en personne hier soir au Centre Pauline,

c’est pour toi grand frère.

Qu’à cela ne tienne, nous verrons bien de quoi il retourne…

A l’appel de George je m’avance… veuillez repasser à 13 heures,

le Procureur est occupé ailleurs, me dit on.

A 13 heures nous nous présentons à nouveau…

et sommes introduits dans un bureau, 

où un monsieur nous dit être conciliateur et suppléer le Procureur…  

A mes côtés, notre irascible voisin!…

En sango, bien que je sache qu’il parle parfaitement le français,

l’homme se lance dans une déposition violente m’accusant de tous les maux.  

Traduction faite:

Je serais un inconnu étranger  dont il faudrait se méfier, un aventurier,

voire un bandit qui s’introduit partout, bref un personnage peu recommandable

qui mériterait une surveillance très spéciale.

De plus, ajoute -t- il…  et nous touchons enfin au but de toute cette embrouille: 

Ce monsieur a construit un grand bâtiment dont Dieu seul sait ce qu’il s’y passe… l’évacuation des eaux de pluie provenant de sa concession

ayant inondé ma salle de bain, j’ai dû faire des travaux de réparation .

D’autre part, il s’avère qu’il a empiété sur ma propriété…

je réclame un dédomagement financier.

Il se garde bien à ma grande surprise, de mentionner l’implantation illégale

de sa ligne électrique et m’attaque sur un sujet

auquel je ne m’attends pas du tout.

***

La machoire m’en tombe!… et je la resserre aussitôt pour me dire: 

Mon coco, je te vois venir, tu n’auras pas un fifrelin de moi!

Je prends la parole: 

Voyons, monsieur, au fait, comment dois je vous appeler?…

ayant moi même deux filles juristes, j’ai à coeur d’être respectueux de la loi

et voudrais vous accorder votre titre; quand je m’adresse à vous, dois je dire,

maître, votre honneur ou autre chose…

ne voyant sur votre bureau ni vos noms ou titres…

Un revers de la main comme pour signifier, aucune importance…   

je vous écoute, Parlez!

Hé bien monsieur, ce monsieur qui m’accuse de tous les maux vient de dérouler

un tissus de mensonges dont je ne saisis pas encore la finalité …

Je suis natif de ce pays, retraité de l’éducation nationale française…

Ma famille africaine vit majoritairement à Ngaragba,

le nom de ma mère est écrit en toute lettre sur la façade

du Centre  *Da Ti Awali*  que nous avons construit à sa mémoire 

pour venir en aide aux femmes.

Nous y avons reçu les visites de ministres et personnalités centrafricaines,

de l’ambassadeur de France, d’un ministre français de la Coopération…

Le gouvernement français nous a par deux fois accordé

un soutien financier important…

Le Conseil Général de la Dordogne nous renouvelle régulièrement un soutien d’importance depuis la création de Pauline Femme Centrafricaine en 2006

auprès de la Préfecture de la Dordogne, sans omettre la participation de quelques communes et le soutien d’une centaines d’*Amis de Pauline*,

pour la plupart de très respectables chefs d’entreprises ou simplement

amis personnels de très longue date…

Et puis récemment la dotation d’un grand Groupe Alimentaire français…

Pensez vous que tous ces gens devraient être sots au point

de ne pas voir en moi « le bandit » que vous évoquez?…

Puis sortant de mon sac à dos une copie de « l’Autorisation Administrative »

d’exercer en RCA qui nous fut délivrée par le  Ministère de l’Intérieur en 2007 

Ainsi donc vous préconisez que le Ministère de l’Intérieur n’ayant pas fait correctement son enquête me concernant, il faudrait en réaliser une autre,

le ministre d’alors étant sans doute incompétant?…

***

Notre « médiateur » a dû passer ou recevoir en pleine audience, une bonne vingtaine de coups de fils, quitter son bureau une bonne dizaine de fois… pour revenir en me disant:         « Poursuivez, je vous écoute…. » 

Cette fois j’ai quelque peu le sentiment d’avoir été entendu. 

S’adressant au plaignant:

« Monsieur cette affaire n’est pas de mon ressort, elle concerne le tribunal civil, qui devra diligenter une enquête auprès du cadastre, si vous souhaitez maintenir votre plainte adressez vous ailleurs, moi, je m’en lave les mains…

Monsieur Mouillac vous pouvez vous en aller… » 

j’en reste ba-ba!…  et de balbutier… 

Mais, mais, monsieur, cet homme vient de me calomnier, de jetter l’opprobre sur mes activités, de me traiter de bandit, de mobiliser mon temps, nous faisant perdre une précieuse journée de travail…

Il mériterait plus que ce simple geste de Ponce Pilate… 

J’aurais pu ajouter… et de se moquer de la  justice!

puisqu’apparemment il repart chez lui, sans la moindre gêne d’avoir raconté n’importe quoi, satisfait d’avoir pourri la vie d’autrui.

Je serais en droit de porter cette fois, une plainte qualifiée… 

Mais est ce vraiment le sens que nous voulons donner à notre action?… 

Allez laisse tomber mon petit Georges,

ce n’est qu’une petite embrouille africaine…

 

***

Quand passe la caravane

Et quand l’embrouille se poursuit…

ou quand on tombe sur un très très mauvais coucheur.

    DVD-mariage-Agathe-2141.JPG   

Au son d’une musique tonitruante, passe le camion publicitaire de la société

téléphonique Télécel , pour annoncer le concert au Parc du Cinquantenaire

de la chanteuse camerounaise « Lady Poncé » (promue par Télécel et le Groupe Kamach)

et quand passe la caravane, elle draine comme partout son groupe de badauds…

Rencontré le soir, Thierry Kamach nous offrira 2 tiquets d’invitation

à l’avant première  qui se tiendra à l’Equateur

Pour passer, le camion publicitaire a dû faire soulever à l’aide

d’un morceau de bois, le fil électrique pendant…

J’ai conscience qu’il nous faut règler au plus tôt ce problème,

mais je suis conscient que si je cède au chantage financier que je subodore,

ce sera la porte ouverte à tous les abus. 

Le bonhomme semble craint…

Serait il un peu sorcier, jeteur de mauvais sorts?…

Tout le monde semble bien embarrassé:

Président c’est un « kota bé! » (jaloux)  Mais pourquoi serait il jaloux?  Il est jaloux, c’est comme çà, ça ne s’explique pas… Il y a des gens comme çà, et lui,

il est comme çà!… 

Fidèle à l’éthique de Pauline FCA, nous nous devons impérativement

de rester dans la légalité… Surtout, ne pas céder à la provocation.

***

De guerre lasse, et pour en finir de ces tracas, je m’adresse à la mairie.

Notre vieil ami Alain Famby me donne enfin la solution: Tu sais bien Georges, qu’il vaut mieux s’adresser à Dieu qu’à ses saints…

Vas donc directement en parler à Lisebeth Kofio la DG de l’ENERCA.

Nous sommes reçus par madame Elisabeth Kofio…

Nous lui présentons succinctement Pauline FCA, notre projet en cours

et le sujet qui nous préoccupe.

Elle se saisit de son téléphone, donne un ordre ferme et clair…

en français puis en sango…

Puis nous devisons sur la sensibilisation autour des projets associatifs

et des difficultés de leur mise en place…

Elle même ayant vécu une expérience analogue auprès des femmes dans le nord du pays.

1 heure et demie plus tard, je reçois de Benoît un coup de fil

émanant du chantier de Pauline:

 

      1363090218355  Elisabeth KOFIO DG d’ ENERCA

 

Président, l’équipe de l’ENERCA est venue, le travail a été fait.

***

En visite à la DAMECA chez les Kamach où nous venons convertir

nos euros en francs cfa, je narre cette succession de mésaventures

à une une caissière.

Elle est éffondrée… et me déclare ceci:

Comment peut on encore tenter de nuire à des personnes qui viennent

en toute simplicité apporter leur aide au développement de notre pays…

Monsieur, notre révolution doit être intellectuelle,

elle ne se fera pas par les armes, elle ne se fera pas par nos gouvernants…

Elle devra se faire par chacun de nous… dans sa tête!!!

***

ces faits ne sont pas rapportés dans un ordre chronologique, « l’embrouille » 

ce nom que l’on donne aux petits tracas, généralement provoqués par des individus souhaitant nuire à d’autres ou tout simplement dans le but d’extorquer un peu d’argent, est monaie courante.

Il y en a toujours une petite à chaque mission, mais celles ci ont perduré,

s’étalant pour ainsi dire tout au long de ce séjour…

Mais nous en sommes venus à bout et c’est bien l’essentiel!

Comme quoi, les « kota bé », les enquiquineurs, les empêcheurs de tourner en rond, appellez ça comme vous voudrez moi J’ose dire « les emmerdeurs »

on en trouve sous tous les horizons! 

Quand bien même viendriez vous vers eux,

les bras chargés de bonnes intentions…

J’ai choisi volontairement d’en parler pour que ceux qui comme nous s’engagent,

sachent qu’un jour ou l’autre nous subissons tous des petits revers… 

mais combien il est gratifiant de poursuivre et de mener à terme la mission

que l’on s’est assignée… 

Nous concernant, maman Pauline est toujours à nos côtés…

***

Comme au Far-West, nous plantons notre panneau!

 

Afin que les passants sachent que Pauline Femme Centrafricaine construit ici:

                                    *La Petite Ferme de Pauline*      

avec le soutien

du                      *Fonds de dotation*  du Groupe Soparind-Bongrain

du                                  Conseil Général de la Dordogne

des                                         *Amis de Pauline*

  DVD-mariage-Agathe-2169.JPG  

(debout de g à d) Gauthier, Marcel, Elvis, Steeven, Marie-Noëlle, Kévin, Benoît

(assis de g à d) Blaise, Azor, Isidor, Jean De Dieu.

 DVD-mariage-Agathe 2188 

Le puits à usage domestique est déjà fonctionnel. Il sera accessible à toute la population du quartier

(Brice le « soudeur » se fait encore tirer l’oreille pour nous livrer la plaque de fermeture) 

DVD-mariage-Agathe-2178.JPG 

A Bangui – Plage.

Toutes ces émotions ça donne soif… Nous y inviterons nos amis du cadastre,

Justin et le DC Bienvenue (ici sur la photo) à partager la brochette et le verre de l’amitié.

                             DVD-mariage-Agathe-2053.JPG  

Nous y rencontrons une antène du Groupe Kamach en attente de livraison d’un procédé de forage, directement venu de Chine, qui permettra d’ici 3 mois me suis je laissé dire, pour un prix relativement abordable, d’extraire en grande profondeur de l’eau potable. 

Nul doute que Pauline FCA mettra tout en oeuvre pour fournir au plus tôt cette eau salubre à la population.

  DVD-mariage-Agathe-2066.JPG   

Ils dansaient dansaient dansaient… ils dansaient la bouche en avant…

à Bangui Plage, on danse aussi sur Kadamé  

ici les serveuses miment « Dédgénéré »  un titre de l’album LIBERTAD

qui y est régulièrement diffusé…

***

Brigitte, Virginie et Jeanine sont aux fourneaux depuis ce matin…

Alléchée par la bonne odeur de grillade qui embaume le quartier, Germaine s’est invitée…

DVD-mariage-Agathe-2192.JPG

Le Staff de la Mairie s’invite à déjeuner chez Pauline…

Nous évoquons l’idée d’un jumelage je suggère à Mr le maire

d’adresser à certaines municipalités périgourdines susceptibles d’y adhérer,

une sollicitation officielle…

Le président de Pauline FCA, se ferait alors le plaisir de servir d’interlocuteur.

  DVD-mariage-Agathe-2205.JPG  

Monsieur le maire Nazaire Guénéfé entouré de son staff, est venu déjeuner chez Pauline

 DVD-mariage-Agathe-2207.JPG  

Nous avons évoqué les diverses opportunités qu’apporterait 

une collaboration plus étroite entre la mairie de Bangui et le Centre Pauline 

Le maire m’a aussi laissé entendre qu’un partenariat entre

Bangui et une ville de notre joli Périgord l’enchanterait au plus haut point.

Je lui ai promis de prospecter en ce sens.

                            DVD-mariage-Agathe-2218.JPG

 Présenté à nos administratrices (qui pour l’occasion étaient préposées aux cuines)

 Virginie Bakpa, Jeanine Guérédokoro et Brigitte Ziakouamé, 

 monsieur le maire les a félicité pour cet excellent repas et fait un don à titre personnel 

 (délicieuses pizzas commandées par nos soins à l’Equateur,

 suivi de poulets grillés sur charbon de bois)

***

Le dimanche à Bamako, c’est le jour de mariage...

depuis 2 ou 3 jours nous chantons avec nos ouvriers:

Ce samedi chez Pauline, ce sera jour de la paye…

 DVD-mariage-Agathe-2231.JPG 

jour de paye…

Devant nos courageux travailleurs réunis, je me risque à la blague de mauvais goût…

« Ginza a unzi »  … il n’y a plus d’argent…

Leurs sourires sereins traduisent la confiance qu’ils nous font,

et sans plus tarder, j’invite Benoît à présenter son cahier d’embauche,

où sont consignées les sommes dues à chacun.

Nous accordons (surprise du chef) une augmentation individuelle équivalant

à un jour supplémentaire de travail à chacun… 

(comme toujours notre équipe a droit à une pause repas quotidienne que nous finançons

et non répercutée sur le salaire)

 

    DVD-mariage-Agathe-2263.JPG   

         Idéalement situé en face du Centre Pauline *La Petite Ferme de Pauline* 

 DVD-mariage-Agathe 2276 

                                     aura vocation à bien nourrir l’homme…

       DVD-mariage-Agathe 2270

 

***

Petit break dominical à Catin, loin de gbangouma et du chantier de Pauline…

à moins d’une semaine de notre retour en France,

nous acceptons l’invitation d’Annie Mballa

 DVD-mariage-Agathe-2240.JPG  

Qui nous présente sa « grande famille africaine »

                             DVD-mariage-Agathe-2253.JPG      

***

Lundi,

nous avons finalisé les procédures financières administratives cadastrales…

Mardi, retour au chantier.

La saison des pluies a été tardive, d’aucuns s’en plaignent,

mais pour nous ce fut une chance…

Nous avons pu réaliser toutes les fondations et attendons dorénavant la venue

des fortes pluies qui tasseront les surfaces du sol destinées à recevoir les chapes

de béton de la bergerie, (chèvres et cabris) du poulailler

(poulets de chair, poulets bicyclette, poulets de ponte) et de la maison de gardiennage. 

 DVD-mariage-Agathe-2293.JPG  

Le jardin maraîcher devra produire dès cet été

En attente d’acquisition d’un espace complémentaire, nous développerons un jardin maraîcher expérimental (tomate, salade, épinard, pomme de terre, carotte, igname, gombo, taro etc… le rendu devant orienter nos choix

         DVD-mariage-Agathe-2297.JPG   

Nous avons décidé de ne garder que Benoît et Kévin notre personnel permanent … 

Mais voilà que Jean DE Dieu, Isidore, Elvis, et Azor reviennent l’un après l’autre,

posent les beaux vêtements achetés au Km 5, (depuis la paye) s’emparent d’une pelle,

d’une pioche, d’un rateau… et se mettent au travail comme si de rien n’était 

 DVD-mariage-Agathe-2285.JPG  

Signe d’espoir…

L’aurions nous souhaité? … 

Toujours est il qu’à l’instar du final du magnifique film des année 50

​ »Ophéo Négro »

deux enfants passent devant le Centre Pauline avec une guitare

de fabrication personnelle, (la caisse est en carton) et nous donnent une aubade.

                                 DVD-mariage-Agathe-2280.JPG      

Nous sommes assurés grâce aux soutiens du

*Fond de dotation Bien Nourrir l’Homme* du Groupe Soparind – Bongrain,

du Conseil Général de la Dordogne, de revenir chez Pauline dès cet automne 

afin de finaliser ce nouveau projet.   

Entre temps… 

Nous irons à la rencontre de nos *Amis de Pauline*

qui nous l’espérons viendront encore nous accompagner

 

Merci à vous tous… 

Singila Mingi na ala kué…

Par Georges Mouillac

Président Fondateur de Paulinefca

 

Source : http://paulinefca.over-blog.com/2014/03/n0-40-la-petite-ferme-de-pauline-1.html

 

 

 

 

Référendum : Les Sénégalais de Lybie et de Centrafrique ne pourront pas voter, ceux du Congo votent Dimanche prochain

Référendum : Les Sénégalais de Lybie et de Centrafrique ne pourront pas voter, ceux du Congo votent Dimanche prochain

Pour nos compatriotes du Congo, dira Thiendella Fall, Directeur national des élections, le Président Macky Sall a signé un décret pour anticiper le vote des sénégalais qui votent dans ce pays, puisque cette République organise le 20 aussi une élection présidentielle. « Nous ne voudrions pas faire coïncider les deux votes pour ne pas créer de confusion ou de malentendu ou de problèmes aux électeurs Sénégalais dans ce pays. Le Président a autorisé donc ces électeurs à voter par anticipation dimanche prochain, le 13 Mars » dira le DGE.
Mais ce vote sera encadré, puisque le dépouillement ne se fera que le 20 a précisé Thiendella Fall. Les militaires aussi voteront les 13 et 14 Mars prochain. Concernant la campagne électorale, Mr Cissé a fait savoir qu’il est formellement interdit de faire une campagne aux abords des casernes, mais aussi de faire de la propagande dans les casernes.

Source : Dakaractua.com

 

CENTRAFRIQUE: nouveaux déplacements massifs de populations à cause des violences à Bambari

Centrafrique: nouveaux déplacements massifs de populations à cause des violences à Bambari

 Le nombre de personnes déplacées à  Bambari a considérablement augmenté à cause des violences meurtrières ces derniers jours aux environs de cette ville du Centre de la République centrafricaine, a-t-on appris lundi de source locale.

Autrefois poumon économique de ce pays pauvre et enclavé d’Afrique centrale, Bambari représente le fief du Front patriotique pour la renaissance en Centrafrique (FPRC) et de l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), deux factions de  l’ex-coalition de la Séléka, qui avait pris le pouvoir en mars 2013 à Bangui, avant d’être à son tour chassée moins d’un an plus tard.

Cette ville abrite aussi la base de l’un des trois états-majors dits régionaux (Bria et Kaga-Bandoro, dans le Nord, en sont les deux autres) de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), en dehors du centre de commandement de Bangui, la capitale.

Opérationnelle depuis septembre 2014 dans le pays en vue d’aider au retour de la paix et de la sécurité, cette mission onusienne est chargée d’assurer la protection de plusieurs milliers de personnes hébergées dans quatre sites de déplacés implantés dans cette ville et ses environs, a rapporté à Xinhua le général Joseph Zoundéko, chef d’état-major du FPRC.

Parmi ces sites, a expliqué l’ex-dirigeant rebelle, figurent l’ex-base de la force française Sangaris, le site alternatif de la gendarmerie centrafricaine et l’aérodrome, à 14 kilomètres du centre-ville de Bambari.

« Depuis jeudi, le nombre de déplacés dans ces sites a augmenté », constate le général Zoundéko, joint au téléphone lundi à Bambari.

C’est la conséquence de trois jours de violences commises jusqu’à dimanche par l’Union pour la paix en Centrafrique, groupe armé formé essentiellement de combattants peuls et dirigé par Ali Darass, dissident de l’ex-coalition rebelle de la Séléka et rival du FPRC de Joseph Zoundéko.

Ces violences menées contre les populations chrétiennes en représailles à l’assassinat d’un éleveur peul par des individus non identifiés mais soupçonnés par l’UPC d’appartenir aux milices chrétiennes anti-Balakas ont causé plus d’une dizaine de morts, d’après un bilan établi par le général Zoundéko.

« Pratiquement toute la population de la sortie sud de Bambari, à partir de PK10 jusqu’à peu près PK30, s’est enfuie et est allée chercher refuge dans ces sites. Le nombre est vraiment énorme. Or, depuis deux mois, la paix était revenue dans la ville et beaucoup de ceux qui avaient déserté leurs maisons avaient commencé à y retourner, déplore-t-il.

C’est surtout Awaké, village situé à 20 kilomètres de Bambari sur l’axe menant à Koango, qui a été la principale cible des massacres perpétrés par les hommes d’Ali Darass. « Il y a beaucoup de morts, le nombre exact n’est pas connu. Il y a aussi des dégâts matériels important, caractérisé par des destructions de maisons », a indiqué l’ex-responsable rebelle.

Sous le choc, la population chrétienne promet de se venger, faisant planer le risque d’une reprise des hostilités après deux d’accalmies dans cette ville, s’inquiète-t-il cependant.

Source : AFP

 
 
%d blogueurs aiment cette page :