RSS

Archives du 07/03/2016

Présidentielle au Bénin – Tendance du 1er tour

benin

Présidentielle au Bénin – Tendance du 1er tour 
1- Lionel Zinsou 30%
2- Patrice Talon 25%
3- Sebastien Ajavon 22%
4- Abdoulaye Bio Tchane 8,5%
5- Pascal Irénée Koukpaki 5,7%

(source Africametrics)

 

CENTRAFRIQUE: MINUSCA le programme des activités prévues en prélude de la Journée internationale de la femme 

ONU3-e1342040703315-380x214
7 mars
Rencontre d’échanges entre Mme Samba-Panza et les élèves et étudiantes
Présentation du thème international et national
Palais
 
Présidence
Une agence du SNU
Ministère du genre
7 mars
Causerie débat de proximité avec les hommes et femmes de Bimbo et Bégoua
Mairie de Bimbo
8h00
Mairie de Bimbo/Préfecture OM
7 mars
Causerie débat sur thème résolution 1325 et la problématique homme/femmes au sein des FSI dans un contexte post conflit
Salle 20.000 places
8h00
UNPOL/ Femmes
7 mars
Ballon militaire
Stade Boganda
15h00
UNPOL/ Femmes
7 mars
Conférence débat radio télévisée sur le thème national
TVCA
19h00
Dircab Ministère du Genre
7 mars
Déclaration de Mme la Ministre à l’ occasion du 8 mars 2016
Radio-TVCA
20h00
Ministère Genre

 

 

 

CENTRAFRIQUE: Douze morts dans des violences à Bambari en Centrafrique

 bangui-tensions
                                                  Crédit Photo: AFP du 24-07-2014/ affrontement Peulhs-antibalaka/PCB

Douze personnes ont été tuées ces derniers jours par des hommes armés en République centrafricaine, a-t-on appris dimanche auprès de responsables locaux.

Il s’agit des premières violences depuis la confirmation, mardi dernier, de la victoire de Faustin-Archange Touadéra à l’élection présidentielle mais ces attaques, à proximité de la ville de Bambari, ne semblent pas directement liées à la situation politique.

Elles seraient plutôt, selon les premiers éléments disponibles, en rapport avec des vols de bétail et des oppositions ethniques traditionnelles.

La Cour constitutionnelle a confirmé mardi la victoire de Touadéra au deuxième tour de l’élection présidentielle du 14 février dernier.

Cet ancien professeur de mathématiques prendra officiellement ses fonctions le 25 mars.

L’élection présidentielle était une date clef dans un pays qui cherche à tourner la page d’un conflit ethnique et religieux ayant fait des milliers de morts depuis trois ans.

La République centrafricaine a sombré dans le chaos en mars 2013 lorsque les rebelles musulmans de la Séléka ont pris le pouvoir. Leurs exactions ont entraîné des représailles des milices chrétiennes « anti-Balaka » et l’armée française a dû intervenir dans le cadre de l’opération Sangaris pour mettre fin aux massacres. (Crispin Dembassa-Kette; Henri-Pierre André pour le service français)

Source : AFP

 

Publié par CARnews ou RCAinfos le 7-3-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
 
1 commentaire

Publié par le 07/03/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE : L’EDUCATION N’EST PAS UN GROS MOT

IMG_2032
                                                                        Crédit PhotoLAPAGO-ALAZGBO Evariste/Nantes

              Nelson MANDELA Disait : « l’éducation est l’arme la plus puissante que l’on ait à disposition pour changer le monde » En Centrafrique l’éthique est assez particulière. L’extrême gravité de la situation, associée à l’animosité constaté çà et là  porterai  atteinte à ce principe fondamentalement humain, qui est l’éducation ? 

             Face à des circonstances dans lesquelles  la survie de toute une communauté est en jeu, les normes régissant le quotidien n’étant plus valides, n’a-t-on pas en droit de basculer dans un autre registre même si les situations sont difficiles ?  Les grands axes de mes analyses seront accentués sur ses interrogations.

Entre avril et juillet 1994 le RWANDA avait connu sous les yeux du monde entier, le joug des communautés internationales les 100 jours terribles, que d’aucuns appellent « GENOCIDE ». Sous les machettes et avec la haine de l’autre, près de 1,5 million  personnes ont été exterminées juste parce qu’ils appartenaient soi-disant aux castes TUTSI. 

NB : il faut dire en passant que, entre ce qui se dit et ceux s’étaient produits il y a un grand fossé. Pour réécrire cette histoire afin de tourner  définitivement la page, les véritables instigateurs de cette crise se rejettent la balle. KAGAME en premier; alors que tout le monde sait qu’il a sauté l’avion portons les deux présidents. Bref !en Centrafrique, les auteurs intellectuels, les acteurs, comme les  complices de cette ignominie et ignoble crise sont connus.

Fort heureusement pieds et mains liés les centrafricains  au  nom d’une quiétude, doivent s’efforcer  d’envoyer aux calendes grec cette histoire; sachant qu’un peuple sans histoire est une âme sans conscience. Loin de faire l’étalage des grands penseurs d’une époque dont l’idée est en déphasage avec le monde d’aujourd’hui. Je faisais semblant dans le cas de Centrafrique où certaines spécificités me bluff. Je m’explique  quand le pouvoir était au bout du fusil, tout était logique mais, cette fois si les urnes ont parlé. Le peuple a voté, et dans sa globalité attendent justice et réparation. Peut-être trop tôt, mais; au jour d’aujourd’hui une partie du peuple est  encore en otage,  tant à Bangui que dans les arrières pays (BRIA, BAMBARI…), au vu et au su de tout le monde. 

Des rebelles qui prélèvent les impôts,  exploitent le diamant, occupent des locaux administratifs s’auto proclament préfets voire des généraux et se font caresser dans le sens des poils. Il y a de quoi à sauter du haut de Sofitel, un hôtel en face ce l’ambassade de France à Bangui si elle n’est  pas détruite par les bandits.

                 Certes l’armée prétorienne de BOZIZE a été mise en déroute, mais pas les FACA. Cela paraîtra  curieux, BOZIZE comme ces précédents entretenaient exclusivement la garde présidentielle. Sous le feux de l’action  les FACA ont participé à la progression des ennemis,  certains se sont ralliés, d’autres ont rebroussé chemin mettant la garde de BOZIZE devant les faits accomplis ,qui adviendra pourra, le général a été chassé par les milices SELEKA, qui ont tout ravagé sur leur chemin au point de confondre les  télécommandes des postes téléviseurs avec les téléphones portables, les bourdes sont lourdes je ne m’expliquerai jamais assez c’était un spectacle. 

Les FACA sont en civils, hormis les incompétents et fuyards qui sont en France, ceux qui ont une bonne connaissance du terrain sont sur place, un atout pour le nouveau régime d’assurer la police sur toute l’étendue du territoire, en attendant les éventuels recrus.    

               Force est de constater qu’ils envoient des  compétences  militaires dans les ambassades pour se mettre à l’abri, se prémunir des coups d’état, le temps de se remplir les poches. Entre temps DEBY peut rentrer et sortir comme il entend sur le sol centrafricain. 

YEKATOM SARAGBA alias ROMBO et quelques éléments volontaires  avaient sécurisé le sud de Bangui (LOBAYE) la monnaie a été rendue, il a été élu  député au premier tour avec un score nord-coréen. Sans oublier le compatriote de Bouar, FACA en retraite, qui avec sa femme ont réussi à faire le ménage dans le camp Leclerc de Bouar, et ont fait partir au galop les assaillants. Face à l’immobilisme des forces « internationales »qui pour moi, ne sont pas des militaires de carrière, mais des chercheurs déguisés en treillis. Il faut compter sur nos propres forceps. Où aviez-vous un militaire sur le champ de guerre se préoccuper à regarder les filles ? Des viols à répétition  j’avoue  les centrafricaines sont tellement belles, ça fait des fois mal à la tête et cela doit être pénible pour les soldats en faction. Les dissuader (centrafricaines) de s’approcher des casernes militaires, en les valorisant, en les éduquant, en les occupant dans la vie active et associative les  épargneraient d’autres désagréments.

                   Revenons à nos moutons, ce que je crains c’est que TOUDERA me fait le coup de l’amnistie  voire de la voie diplomatique. Rendre justice au peuple, est aussi une manière solennelle de l’éduquer. L’effet d, exemplarité de la sanction me hante ; même au Vatican qui  pour certains est un état dans un état l’humain est respecté. J’avais fait un tour, il fait beau vivre. Allez à Bambari, allez a  Bria le creuset des meilleurs diamants du monde entier pour s’apercevoir de la vraie nature de l’homme: Hobbes un grand philosophe l’avait bien souligné « l’homme est un loup pour l’homme ». Comment peut-on agir ainsi vis à vis de son propre semblable ?

                  Voie diplomatique tolérable parfois  c’est le fameux DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion)  bien tenté mais; on ne peut pas mettre deux (2) chiens en faïence dans un même cage. Si TOUADERA écoute son peuple il disposera  d’une armée redoutable, pas que dans les casernes, sur tout le territoire, je le redis sur tout le territoire. Aux voyous de déposer les armes et c’est non négociable. En aparté, Rassemblement ne veut pas dire : désertion des partis politique suite au fiasco de vos candidats respectifs, il faut continuer à animer la vie politique, en critiquant et en apportant des idées innovantes pour sortir la Centrafrique de la merde. Un satisfecit pour ZIGUELE qui a pris sous son épaule un jeune « ZOUMA JUNIOR » l’éduquer; le former, je suis sous le charme.

 Fait à NANTES le 7 MARS 2016
 LAPAGO-ALAZGBO EVARISTE
 JURISTE/PUBLICISTE
 TEL:0033627656667
 Courriel:lapagoeva@yahoo.fr

 

 

Publié par CARnews ou RCAinfos le 7-3-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
 
 
%d blogueurs aiment cette page :