RSS

CENTRAFRIQUE : VIOLENTS AFFRONTEMENTS A BAMBARI.

04 Mar
Publié par CARnews ou RCAinfos le 4-3-2016
CENTRAFRIQUE : VIOLENTS AFFRONTEMENTS A BAMBARI.

bambri

Bambari ville située à plus de 300 Kms de Bangui, dans le centre est de la République Centrafricaine a été encore secouée par des affrontements meurtriers cette semaine.

A l’origine de ces flambées de violences, le 28 Février un sujet musulman conducteur de taxi-moto a été assassiné et l’enlèvement d’un autre par des individus assimilés aux antibalaka.

La communauté musulmane a décidé de déclarer Bambari – capitale de la Ouaka « ville morte » Selon Oumar Tchidjani, porte parole de l’association des jeunes musulmans de la Ouaka, les faits se sont déroulés le samedi dernier. « C’était le samedi au PK 12 sur l’axe Alindao que nos frères Didarou a été assassiné et le jeune Ismaila Amadou Maloun a été enlevé et porté disparu ». Il explique que par rapport à cette situation, la communauté musulmane de Bambari a déclaré ce 28 février « ville morte » demandant ainsi à ceux qu’il considère comme des « criminels » de leur « rendre le conducteur de moto-taxi s’il est encore en vie ou son corps s’il est mort ».

De leur côté, les anti balaka de Bambari rejettent cette accusation pointant du doigt une faction à la solde de Maxime Mokom – un des leaders anti balaka qui, selon eux « se serait installée récemment dans la région pour boycotter le processus de cohésion sociale en cours ».

Selon ce responsable des antibalaka de Bambari, les deux compatriotes musulmans « sont arrêtés par les éléments de Maxime Mokom ». Il demande « à ce que ceux qui se rendent coupables d’une telle chose soient arrêtés puisqu’ils ne veulent pas de la paix ».

La faction seleka UPC (Unité pour la Paix en Centrafrique) de Ali Darass par le biais de son porte parole Souleymane Daouda, a « dénoncé et condamné ces agissements des Anti balaka qui violent le protocole de non-agression signé par l’UPC et la coordination des anti balaka ».

En représailles, cette semaine des femmes auraient été enlevées par des miliciens peulhs.

Ce rapt a donc suffit pour provoquer une flambée de violence dans la ville, où des hommes armés se sont affrontés dans les rues à coups de lance-roquettes et d’armes automatiques et ont incendié des maisons, provoquant la fuite de centaines d’habitants, pendant que les casques bleus tentaient de ramener le calme.

Difficile, pour le moment, d’établir un bilan définitif. Selon une source au sein de la gendarmerie locale contactée par notre rédaction, les affrontements auraient fait plusieurs morts et de nombreux blessés.

Toujours selon cette même source , le contingent de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) essaie de s’interposer pour séparer les deux camps.

Selon une source religieuse, de nombreux habitants de Bambari ont fui en brousse, de peur que les groupes armés s’en prennent à nouveau à eux.

Une nouvelle situation de crise après les élections que nous dénonçons au moment où le pays tente de se remettre sur pied.

Si le Centrafricains ont été pour des voies démocratiques en s’exprimant dans les urnes, il est donc temps que les milices armées comprennent que le temps des armes est définitivement révolu.

La paix est très fragile, c’est pourquoi, il était impérieux que les autorités de la transition anticipent et passent la main.

L’immobilisme actuel de la République risque de conduire au chaos si on y prend pas garde.

Voilà des dossiers épineux qui attendent Faustin Archange Touadera, le nouveau président élu.

Après des élections est-il encore possible que la Centrafrique renoue avec les démons de la HAINE ?

QUI VIVRA ENCORE VERRA
Bangui, le 04 Mars 2016
Charlie Joseph LARABO

 

Publié par CARnews ou RCAinfos le 4-3-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE : VIOLENTS AFFRONTEMENTS A BAMBARI.

Publié par le 04/03/2016 dans Uncategorized

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :