RSS

Archives du 02/03/2016

CENTRAFRIQUE: Une campagne contre la défécation à l’air libre lancée en Centrafrique

CENTRAFRIQUE: Une campagne contre la défécation à l’air libre lancée en Centrafrique

th-640x336

La Direction générale de l’Hydraulique, avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), a lancé en Centrafrique une campagne dénommée ‘’Stop à la défécation à l’air libre ».

Démarrée lundi, cette opération a pour but de construire à moindre coût des latrines autour des maisons dans les villages afin de faciliter l’accès à l’assainissement total pour les ménages centrafricains dans le but de leur éviter certaines maladies.

Selon une enquête de l’UNICEF, seul 22% des ménages ont des latrines en Centrafrique. Cependant, lorsqu’on quitte les centres-villes pour les provinces, le fossé est encore plus grand avec seulement 13% de ménages qui ont des latrines.

En gros, un tiers de la population centrafricaine à l’accès à un assainissement normal, d’après cette enquête.

Beaucoup de personnes préfèrent déféquer à l’air libre contribuant ainsi à l’expansion de plusieurs maladies.

Pour le Représentant de l’Unicef en Centrafrique, Mohamed Fall, l’effort pour l’accès à l’eau potable est une nécessité pour les populations centrafricaines, confrontées à des problèmes d’hygiène et d’assainissement.

Cette situation entraîne le paludisme, la diarrhée, la fièvre typhoïde et d’autres maladies à l’origine de beaucoup de décès des enfants et d’autres catégories de populations vulnérables de la société, a- t- il dit au moment du lancement de la campagne de lutte contre la défécation à l’air libre.

 

Signature : APA

 

CENTRAFRIQUE : Confirmé président en Centrafrique, Touadéra : « la paix et la cohésion sociale, ma priorité »

CENTRAFRIQUE : Confirmé président en Centrafrique, Touadéra : « la paix et la cohésion sociale, ma priorité »
Faustin Archange Touadéra, le nouveau président élu en Centrafrique indique, dans une interview exclusive à VOA Afrique, qu’il fait de la cohésion et de la paix sa priorité pour remettre le pays sur les rails.
Faustin Archange Touadéra, le président élu de la Centrafrique
Crédit Photo: AFP/Faustin Archange Touadéra, le président élu de la Centrafrique

La Cour constitutionnelle centrafricaine a confirmé mardi sa victoire au second tour de la présidentielle.

« A l’heure actuelle, compte tenue de la situation que notre pays a vécue ou vit encore –c’est une grave crise qui a entamé véritablement la base de la cohésion sociale- nous devons mettrons l’accent sur la paix et la cohésion sociale », affirme M. Touadéra.

Selon lui, la paix qui se dessine aujourd’hui dans le pays devrait entre autres se concrétiser par le désarment des groupes armés.

Faustin Archange Touadéra joint par Pascaline Magale

”Nous allons entamer le dialogue maintenant qu’un chef de l’Etat a été élu et qu’un parlement sera prochainement constitué. Nous aurons des autorités légitimes qui pourrons valablement discuter avec tous ces groupes armés pour que nous puissions entamer la démobilisation et la réinsertion des groupes armés”, soutient-il.

« La cohésion était complètement sapée. Donc aujourd’hui, il va falloir entamer le dialogue intercommunautaire pour que le vivre ensemble soit une réalité. Nous allons créer un environnement propice pour cela, pour que nos communautés vivent en bonne intelligence », déclare-il.

Le nouveau président centrafricain se déclare reconnaissant à l’égard de la communauté internationale qui a accompagné la Centrafrique dans le processus de paix. Mais il demande que ce soutien se poursuive jusqu’au désarment des groupes armés, au retour des réfugiés et à la réinsertion des déplacés.

Pour ce faire, le vainqueur de la présidentielle centrafricaine compte engager, dans un bref délai, des discussions avec le HCR.

Il soutient que les Centrafricains, surtout les jeunes, doivent être remis au travail. Il projette entre autres des projets d’agriculture et de grands travaux de construction pour relever ce défi.

 

 Source : VOA Afrique

Publié par CARnews ou RCAinfos le 2-3-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
 
1 commentaire

Publié par le 02/03/2016 dans Uncategorized

 

CENTRAFRIQUE : Situation alimentaire « désastreuse » selon le PAM et la FAO

CENTRAFRIQUE : Situation alimentaire « désastreuse » selon le PAM et la FAO

La FAO a apporté une aide essentielle d’intrants a de nombreuses familles en Centrafrique.FAO/CAR 2014

Selon la dernière mission d’évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire (CFSAM, de son acronyme anglais) menée conjointement par la FAO et le PAM, en 2015, la production agricole totale est restée 54% en dessous de la moyenne d’avant la crise, malgré une augmentation de 10% par rapport à 2014, principalement en raison d’une hausse de la production de manioc.

Trois années de conflit et les déplacements de population en cours en République centrafricaine continuent de perturber l’agriculture et limitent considérablement l’accès des populations à la nourriture au moment où les habitants de ce pays sont confrontés à la fois aux conséquences de plusieurs mauvaises récoltes, à des perturbations sur les marchés et à une flambée des prix des aliments de base.

En 2015, les récoltes de céréales ont continué de baisser, la production ayant été inférieure de 70% à la moyenne d’avant la crise. L’an passé la production agricole totale a atteint 838.671 tonnes, environ 1 million de tonnes de moins que la moyenne d’avant la crise.

« Les derniers chiffres sont préoccupants non seulement parce que les gens sautent des repas et réduisent les portions, mais aussi parce qu’ils se reportent sur des aliments moins nutritifs qui offrent beaucoup moins de protéines et de vitamines dont ils ont besoin», indique le Représentant de la FAO en RCA Jean-Alexandre Scaglia. « Dans ce pays où environ 75% des gens dépendent de l’agriculture, étant donné que la saison de plantation commence dans moins de deux mois, la relance de l’agriculture est plus que jamais cruciale pour revitaliser l’économie et renforcer la stabilité ».

« La situation est désastreuse. La moitié de la population est confrontée à la faim», souligne de son côté le Directeur du PAM en République centrafricaine, Bienvenu Djossa

Le gouvernement de la République centrafricaine déploie un effort stratégique pour relancer le secteur de l’agriculture et faciliter la réintégration des personnes vulnérables en aidant les jeunes et les exploitations familiales à améliorer leur capacité à produire.

En 2016, la FAO et le PAM, avec l’aide de leurs partenaires, appuieront ces efforts dans le cadre de programmes à long terme qui visent à sauvegarder et à renforcer les moyens de subsistance et à accroître la résilience.

Pour cela, les deux agences onusiennes ont besoin d’argent. La FAO a ainsi lancé un appel de fonds d’un montant de 86 millions de dollars et le PAM de 89 millions de dollars.

(Propos de Daniele Donati, directeur adjoint aux opérations d’urgence à la FAO, recueillis par Tsigué Shiferaw)

 

Source : FAO/ Nations Unies

 

Publié par CARnews ou RCAinfos le 2-3-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA

 

 
1 commentaire

Publié par le 02/03/2016 dans Uncategorized

 
 
%d blogueurs aiment cette page :