RSS

Archives du 21/02/2016

CENTRAFRIQUE: MESSAGE DE FÉLICITATIONS A MBAYA ALAIN?

Publié par CARnews ou RCAinfos le 21-2-2016/Bruno-Serge PIOZZA & AE
CENTRAFRIQUE:  MESSAGE  DE FÉLICITATIONS A  MBAYA  ALAIN?

11B0200

Ce rassemblement national, sous l’impulsion du coordonnateur  Monsieur Alain MBAYA qui  a  mène  une campagne sans répit durant des mois  en France  plus précisément à Lyon  et au Maroc  afin de sensibiliser le maximum de  Compatriotes en vue d’une adhésion autour la candidature du Professeur Faustin Archange TOUADERA.

 L’engouement  enregistré lors du second tour de cette élection  à  Lyon et régions, le Maroc confirme  le sentiment d’être travail abattu pour la victoire finale de notre Candidat Président Faustin Archange TOUADERA. Mes félicitations de passage à Monsieur Jerry  -FELEMA et  toute son équipe.

Alain  Mbaya a été le premier  frondeur du parti KNK qui a rejeté l’alliance URC et KNK signé  par le secrétaire général Monsieur BEA Bertin. Appelant  à travers un communiqué de presse tous les militants et sympathisants du KNK a vote pour le  2eme vice Président Faustin Archange TOUADERA.

Refusant de suivre les consignes de BEA Bertin, il préféré suivre le Candidat le  rassembleur et l’unificateur Faustin Archange TOUADERA cela a fait déclic pour tous les ouvriers du parti. Le résultat électoral  obtenu  démontre que le KNK  est un parti qui est mieux structuré. Alain MBAYA a fait un repli et a  gardé ses aspirations  profondes pour le développement de notre pays la Centrafrique. Au travers des idées, réflexions,  orientations afin de définir et adopter de façon consensuelle les voies, les moyens et les actions à mener pour accélérer le développement de notre  pays. Le travail d’organisation, de mobilisation et d’appui aux nouvelles  autorités démocratiquement élues  continuera pour le vivre ensemble entre toutes les communautés.

Mes félicitations  au Président de la  République Centrafricaine  Faustin Archange TOUADERA .Vive la paix et le développement

 

Par SIMON -K

 

 

CENTRAFRIQUE: LE REPRÉSENTANT SPÉCIAL PREND NOTE DES RÉSULTATS PROVISOIRES DE LA PRÉSIDENTIELLE ET RAPPELLE LES ENGAGEMENTS PRIS DANS LE CADRE DU CODE DE BONNE CONDUITE

Publié par CARnews ou RCAinfos le 21-2-2016/Bruno-Serge PIOZZA & AE
CENTRAFRIQUE: LE REPRÉSENTANT SPÉCIAL PREND NOTE DES RÉSULTATS PROVISOIRES DE LA PRÉSIDENTIELLE ET RAPPELLE LES ENGAGEMENTS PRIS DANS LE CADRE DU CODE DE BONNE CONDUITE

Parfait Onanga-Anyanga

Bangui, le 20 février 2016 – Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la République centrafricaine, Parfait Onanga-Anyanga, prend note des résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle du 14 février dernier, annoncés ce samedi par l’Autorité nationale des élections (ANE).

Selon les chiffres provisoires de l’ANE, Faustin Archange Touadéra arrive en tête du scrutin présidentiel devant Anicet Georges Dologuélé, respectivement avec 62,71% et 37,29%.

Le Représentant spécial se félicite de la publication par l’ANE des résultats provisoires de la présidentielle, bureau de vote par bureau de vote, ainsi que des améliorations introduites dans les opérations électorales en vue du bon déroulement des scrutins groupés du 14 février. 

Bien que les résultats soient encore provisoires, le Représentant spécial félicite le candidat présidentiel Faustin Archange Touadéra, arrivé premier lors de ce scrutin. De même, le Représentant spécial félicite le candidat présidentiel Anicet Georges Dologuélé pour son discours de concession, qui illustre sa stature d’homme d’État, ce qui va contribuer de manière significative à maintenir un climat de paix et de la stabilité en République centrafricaine. 

Le Représentant spécial salue le sens élevé de patriotisme et de maturité politique, dont les candidats à la présidentielle ont fait montre pendant toutes les étapes du processus électoral.

Le Représentant spécial exhorte les camps des candidats à la présidentielle à sensibiliser leurs membres et sympathisants à rester modestes dans la victoire et à éviter toute forme de violence, dans l’esprit des engagements pris dans le cadre du Code de Bonne Conduite des partis Politiques et candidats signé les 9 et 12 décembre 2015.

Le Représentant spécial appelle tous les Centrafricains à préserver l’esprit de paix qui a prévalu tout au long du processus électoral et à attendre, dans la sérénité, la publication des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle de transition.

Le Représentant spécial réitère l’engagement des Nations Unies aux côtés des autorités et de la population centrafricaines, en vue de mener à terme le processus électoral, qui doit marquer le retour à l’ordre constitutionnel et une sortie de crise apaisée en République centrafricaine.

 

Contact :

Vladimir Monteiro, Porte-parole

Tel : (+236) 75853779

Courriel : monteiro6@un.org

 

CENTRAFRIQUE: * SENTINELLE – ALERTE À LA NATION CENTRAFRICAINE (8) * LE CHRÉTIEN ET LA VIE CITOYENNE CONFORME AUX ÉCRITURES

Publié par CARnews ou RCAinfos le 21-2-2016/Bruno-Serge PIOZZA & AE
CENTRAFRIQUE: * SENTINELLE – ALERTE À LA NATION CENTRAFRICAINE (8)
* LE CHRÉTIEN ET LA VIE CITOYENNE CONFORME AUX ÉCRITURES

mabada

* ROMAINS 13 : 1

« 1 Que tout homme se soumette aux autorités supérieures, car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été mises en place par Dieu. »

* ACTES 5 : 27 – 29

« 27 Après les avoir ramenés, ils les introduisirent dans la salle du Grand–Conseil. Le grand–prêtre leur dit : 28  Nous vous avions formellement interdit d’enseigner au nom de cet homme. Et voilà que vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez nous rendre responsables de la mort de cet homme. 29  Mais Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. »

La forme du gouvernement établi, dans quelque société que ce soit, n’intervient pas en ce qui concerne la responsabilité du chrétien quant à son devoir d’obéissance aux autorités établies. Que l’état soit laïc ou religieux, païen ou musulman, despotique ou constitutionnel, monarchique ou démocratique, l’exigence biblique d’obéissance à son autorité reste intacte puisque, jamais, la Parole de Dieu ne change, ni ne changera.

Par conséquent, selon les Écritures, le chrétien doit rendre obéissance et honneur au pouvoir qui gouverne et cela, dans n’importe quel pays au monde. Ce même devoir s’impose également à l’égard de toutes les autorités hiérarchiques au sein d’un même domaine d’activité humaine. De la sorte, il sera, aux yeux du monde, un citoyen exemplaire dont l’attitude et les actes ne peuvent qu’encourager à exécuter, en âme et conscience, toute mesure gouvernementale prise dans l’intérêt vital du bien commun.

Il existe, toutefois, une seule limite biblique à ce principe : lorsque l’obéissance à un gouvernement terrestre ou à une autorité hiérarchique devrait entraîner la désobéissance envers Dieu. Dans ce cas, la Parole nous rappelle, formellement, « qu’il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. » (Actes 5 : 29)

En pareil cas, le chrétien n’obéira pas à l’ordre reçu d’enfreindre la Loi Morale de Dieu qui est sainte, juste et bonne pour les hommes, mais il supportera, avec soumission, la sanction que le gouvernement ou l’autorité hiérarchique lui infligera.

Nous en avons un exemple des plus saisissants dans le chapitre 3 du Livre de Daniel : les trois jeunes Hébreux, qui ont refusé de se prosterner devant l’idole du roi de Babylone, sont jetés dans la fournaise pour y être grillés vifs, selon leurs bourreaux. Eh bien, ils n’y ont connu qu’autre chose : et la délivrance miraculeuse de l’Éternel Dieu en ce qu’ils n’ont point été brûlés, et la compagnie de Celui-là Même qui les a délivrés avec tant de puissance ! Or, ce Dieu de délivrance absolue devant les menaces des hommes ne change pas : ce qu’Il a fait hier, Il peut le faire aujourd’hui, ou demain, selon Son bon vouloir. Dans ce cas, ceux qui ont la pensée de nuire à Ses enfants n’auront que leurs yeux pour pleurer, car l’Éternel des cieux a, gracieusement, pris avec puissance la défense de ceux qui L’aiment et savent Lui obéir en tout temps, en tout lieu et en toute circonstance, quoi qu’il advienne, et quoi qu’il en coûte. Le chrétien fidèle a donc tout intérêt à Lui remettre son sort, à bon droit, plutôt que de regimber, pour des raisons personnelles non-fondées sur les Écritures, contre l’autorité établie.

D’un autre côté, en acceptant de souffrir plutôt que de désobéir à Dieu, le chrétien suit exactement le Parfait Modèle de Christ qui Se remettait, en cas de besoin, « à Celui qui juge en toute justice » (1 Pierre 2 : 23) et à qui ces autorités auront à rendre compte de leurs actes, à la fois iniques et injustes, sauf si elles s’en repentent, sincèrement, au Nom du Seigneur Jésus-Christ et, plus jamais, ne les commettent à nouveau, avant de paraître, en temps voulu, devant le juste Juge.

Toutefois, en obéissant à Dieu plutôt qu’aux hommes, le chrétien fidèle et obéissant sera, très certainement, traité de citoyen déloyal, voire séditieux, par ceux qui ne peuvent, ni ne veulent comprendre et admettre ses raisons intérieures, mais il jouira, en contrepartie, de ce qui est plus précieux au monde : l’approbation de son Dieu ! Or, « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Romains 8 : 31)

Absolument personne, quelle que soit sa position dans la société.

Que le Seigneur vous bénisse et vous donne, en tout temps, le courage de Lui obéir, le cas échéant, plutôt qu’aux hommes.

 

  1. Par MABADA-MABAYE – Pasteur pour CARnews ou RCAinfos

*   *   *

 

 

CENTRAFRIQUE:Message publié à l’occasion de la Journée mondiale de la justice sociale

Publié par CARnews ou RCAinfos le 21-2-2016/Bruno-Serge PIOZZA & AE
CENTRAFRIQUE:Message publié à l’occasion de la Journée mondiale
de la justice sociale

ONU3-e1342040703315-380x214

Le Secrétaire général

 

Message publié à l’occasion de la Journée mondiale
de la justice sociale

 

20 février 2016

 

 

           La Journée mondiale de la justice sociale met en évidence la nécessité impérative de construire pour chacun un avenir de dignité.

           Guidée par le Programme de développement durable à l’horizon 2030, le Programme d’action d’Addis-Abeba et l’Accord de Paris sur les changements climatiques, la communauté internationale s’est engagée à éliminer la pauvreté d’ici à 2030 grâce à des politiques sociales, économiques et environnementales efficaces et intégrées.

           Ces bases essentielles pour la réalisation d’un monde meilleur sont des outils précieux et définissent avec puissance la voie à suivre pour répondre aux besoins de la génération actuelle sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

           La justice sociale doit être au cœur de notre action. Alors que l’exclusion et l’inégalité grandissent, nous devons redoubler d’efforts pour faire en sorte que chacun, sans discrimination aucune, puisse accéder aux moyens d’améliorer son existence et celle des autres. Nous devons édifier des sociétés inclusives, promouvoir le travail décent, renforcer les socles de protection sociale et ramener dans la société ceux qui sont en marge.

           Quelle que soit notre action, les partenariats sont essentiels. Le développement durable n’est possible qu’avec la participation active des gouvernements, des parlements, des employeurs, des travailleurs, de la société civile, du secteur privé et des autres agents du changement.

           Œuvrons à l’unisson pour créer de nouveaux mécanismes intégrés propices à un développement social, environnemental et économique reposant sur la justice sociale et la promesse d’un avenir meilleur pour tous.

 

 Source: Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos

 
 
%d blogueurs aiment cette page :