RSS

CENTRAFRIQUE: ESPOIR OU ILLUSION POUR LA CENTRAFRIQUE

11 Fév
Publié par CARnews ou RCAinfos le 11-2-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE:  ESPOIR OU ILLUSION POUR LA CENTRAFRIQUE

IMG_2032

            Afin d’envisager une autre issue pour la Centrafrique mon pays, regorgé d’innombrables ressources, mais mal géré et aux proies à répétition à des conflits armées, qui parfois sont commandités par l’étranger, ou du fait des propres fils du pays assoiffés de pouvoir. De toutes les façons il y a la main invisible de l’étranger et Pourquoi ?

A l’instant j’ai une idée mais  fautes d’argumentaires suffisants pour étayer mes allégations je laisserai ce volet en suspend et ouvert. Rassurer-vous que dès lors qu’un débat est lancé, il peut en cacher un autre, c’est exactement le mécanisme d’un train en mouvement. Très convaincu que je ne tarderai pas à rebondir dessus loin des sous-entendues et la production des mêmes idées, je laisserai mon cœur parlé.

             Au sortir des élections, Espoir ou illusion pour la Centrafrique. Me concernant, je donne ma longue au chat et parie sur le premier en refusant catégoriquement que mon pays s’enlise. Pour épargner cette supplice supplémentaire à ma chère patrie la RCA, il m’est inimaginable de garder le silence ou de demeurer indifférent sous peine d’être complice de la barbarie humaine.

Je dois cependant reconnaître que je ne détiens pas la science infuse et ne doute pas aussi de l’incomplétude de mes pensées. Mais en réfléchissant en profondeur je pourrai mettre à la disposition de mon pays des boites à idées innovantes.

              Sans retourner dans le démon du passé, la RCA est ruinée, pressurée et humiliée. Ces situations sont révoltantes à telle enseigne que, les digues qui nous protégeaient contre des passions et des emportements avaient cédé. Les conséquences sont lourdes tant en vie humaines, qu’en pertes matérielles, j’en passe des préjudices subsidiaires et moraux. Cette traversée du désert a sali le pays et par extension a causé une entorse à notre « DIGNITE »

Ras-le-bol, les centrafricains avec le concours des pays amis et l’ONU avaient lancé un appel d’offres, d’aucuns disent « les élections ». Peu importe les termes il était urgent de trouver un bâtisseur pour lui confier le destin d’un pays en ruine. Ils y avaient une pléthore de candidatures, après sélections trente candidats étaient retenus et seuls deux d’entre eux sont admissibles. Nonobstant les contestations plates de certains concurrents, la haute cour de justice a validé les  résultats, décision approuvée en majeure partie par les centrafricains soucieux de l’avenir de leur pays.

Par ces gestes, ils ont envoyé un message fort et crypté à tous ceux qui veulent opposer les centrafricains les uns aux autres, qu’ils se sont trompés de génération, de défis et d’époque. Leurs ambitions démesurées sont vouées à l’échec. Assez! Les centrafricains ne se laisseront pas embobinés indéfiniment, bref les deux challengers méritent. Mais il faut choisir un et un seul pour lieu confier la lourde tâche de remettre la Centrafrique sur le rail.

               Qui des deux candidats en lice aura le mérite d’amorcer les changements que depuis longtemps les centrafricains appellent tous, de leurs vœux. Le mensonge est un vilain défaut mais souvent utilisé en politique, pour ne pas me faire leurrer. Je me amusé à faire l’étude de faisabilité du chantier(RCA);à évaluer les moyens en personnels, en matériels et financiers, en sachant que les cadres sont  en asile, les engins & matériaux de construction pillés une partie au RDC (phénomène Bagniamoulengué de BEMBA);et l’autre partie au SOUDAN et au TCHAD (phénomène Séléka avec DOTONDIA, NOURDINE SABONNE …) ne parlant pas des caisses du trésor public.             Devant cet état de fait, ont- ils les moyens de leurs politiques ?

                Je me suis intéressé aussi aux profiles et projets de société des deux prétendants à la présidence de la RCA? Certes il y’a des envies de part et d’autres, sauf que je me demande s’ils ont vraiment à cœur les préoccupations du peuple ou c’est pour assouvir leurs besoins personnels familiaux et claniques comme d’habitudes. Telles sont les quelques interrogations qui me taraudes à l’esprit.

              Au passage, un satisfecit pour Armel DOUBANE et SERGE BOKASSA, pour leurs dynamismes et talents. Sûrement les futurs bâtisseurs de la RCA, si et seulement si les dinosaures de la politique centrafricaine toujours à l’affût du nouvel élu pour lui concocté des recettes tirées des théories inadaptées, dépassées, copiées çà et là, pour épater le président, aux fins d’obtenir une bienveillance au mépris de la règle ou du mérite. Une fois le but atteint, systématiquement les places sont réservées aux parents amis et connaissances, et le peuple à la rame. Tandis que le boss de son côté multiplie les missions ni queue ni tête, des réunions à la ouf juste pour l’ apéro et le per diems. Leur train de vie, famille et consorts dépasse l’entendement .Le peuple affamé en mode veille les observes, c’est infernale, invoque DIEU de mettre terme à leur calvaire. Ce  peuple est depuis et toujours paisible, vie en parfaite intelligence avec tout le monde, s’apparente à un volcan en sommeil, attendent juste un petit incident pour se mettre en ébullition. Bangui est en feu et les arrières régions vont à tour de rôle être contaminées. Pour éviter un éternel recommencement, nuisible au développement du pays si cher à nous tous ; répartissez les richesses ou attribuez un filet de secours (RSA à la centrafricaine) pour permettre à tout un chacun de rebondir. Le régime qui  partagera la part du gâteau avec  le peuple centrafricain sera intouchable, en cas de soucis le peuple se dressera en bouclier et repoussera l’ennemi.

                      Un clin d’œil à  mes sœurs & frères de Centrafrique, qui ont  su braver toutes les difficultés pour voter dans l’union et avec dignité .je vous dis ma fierté d’appartenir à cette communauté redevenue soudainement humaine. Est-ce le passage du PAPE François  à Bangui qui a fait son effet. Continuez de «  résister » disait-il. Notre seul combat la reconstruction de la RCA par tous les moyens. D’ici peu vous y retournerez aux urnes, les caméras du monde entiers seront braquées sur vous allez voter massivement  celui qui se dévouera aux services de la nation et qui gouvernera de manière impersonnelle. Fort de tout ce qui précède je voterai TOUADERA.

                       Vu le délabrement du pays, il faut un homme, humble, intègre, rassembleur, à mes yeux TOUADERA remplit un certain nombre de ces conditions. D’entrée de jeu, TOUADERA avait reconnu  que l’élection ne peut se réduire à un relevé des résultats, tous les centrafricains sans exclusive apporteront leurs pierres à l’édifice du pays; les compétences extérieures seront même sollicitées, le chantier est énorme.

                       Avec humilité TOUADERA s’efforcera de trouver des palliatifs au plus grand nombre des difficultés socio-économiques et militaro-politiques, qui ont été générées par des dirigeants trop indifférents aux besoins du peuple. La Centrafrique a beaucoup d’atouts. La population est jeune, il y a de l’espace verte a perte de vue, les sous-sols sont riches en diverses minerais, pas ou presque peu exploitées et de surcroît à l’artisanale. En gérant en bon père de famille nos ressources, nous pouvons initiés un vaste programme d’infrastructures et de recherches. N’ayant pas peur de faire des emprunts intelligents; un grand homme politique Français  disait: « l’état est un mendiant permanent des aides »ceci explique cela.

                      Avec TOUADERA la RCA ne s’échappera pas du giron de la France; c’est assez hasardeux. Ce ne serait pas à cause des brebis galeuses qu’il faut réduire l’effectif de l’armée française, à la justice de faire son travail. L’armée française doit se redéployer et main dans la main avec les FACA pour sécuriser toute l’étendue du  territoire centrafricain. On connaît les vraies amis pendant les moments difficiles, la FRANCE, mon deuxième pays de cœur est toujours là .Souvent pour avoir trop ou peu faire ou d’être là et de ne rien faire ou de ne  intervenir à temps. Tout œuvre humaine n’est pas parfait. Reconnaissons que la présence de l’armée française nous a sortie d’un chaos sans nom. Mais l’impératif du développement imposera à la Centrafrique de diversifier et d’intensifier les coopérations. Les travaux sont vastes et innombrables. La France à ses problèmes internes l’attendre seule pour exploiter nos ressources ce serait pour l’éternité, il faut bouger le cul.

                     Avec TOUADERA, la corruption, le clientélisme n’auront pas droit de cité. Il a la réputation d’être pieux, sa ferveur même le rend sévère. Il est très pointilleux sur le respect des commandements. Recteur de l’université comme premier ministre. Il prenait ses services avant tout le monde et était le dernier à quitter les lieux, un bosseur hors normes.

                  DOLOGUELE

A longueur de journée ses militants s’égosilles sur ses compétences extra territoriales, c’est un plus mais cela ne confère en rien un certificat de bonne conduite. Quand DOLOGUELE était aux affaires en Centrafrique, il avait la phobie de 10%:il réclamerait  des pourcentages à tous les souscripteurs de marché publique a tel point que les libanais l’appelait «monsieur 10 % »je fais cadeau de l’anecdote de DERAND LAKOUE : « Kougbé ti mango »

             Pour le second les caisses de l’état étaient vides, il lui est impossible de verser les bourses et les salaires avec les feuilles des manguiers. Par contre, le premier remplissait sa poche.

Avant le débat radio télévisé d’entre les deux tours du présidentiel, on ma qualité de citoyen centrafricain, maître d’œuvre à part entière de la nouvelle Centrafrique; si les faits sont avérés combien me réclamerait il pour les travaux a effectué à partir du mois d’avril sur une superficie de 622000 KM²,pour une durée de cinq(5)ans ?

             Dit-on que de part ses relations, il drainera des entreprises. Pourquoi n’ a t-il pas su se servir de son carnet d’adresses pour inviter ses amis bailleurs de fond à s’investir en Centrafrique quand il était chef du gouvernement .Je suis Thomas et  je crois qu’à ce que je vois.

              Dans une boite d’une telle envergure, sont éligibles les états financiers et les membres bienfaiteurs. Il leurs reviennent de droit, un certains nombres de postes. Force est de constater que les  emplois alloués ne sont pas pourvus, manquent elles des compétences à la Centrafrique? Est-ce de la mauvaise foi? Ou c’est la politique de chacun pour soi &dieu pour tous.

Ces quelques interrogations sans réponse à la limite de l’affirmation m’ont fait basculer  définitivement du côté de TOUADERA. Je lui souhaite bonne chance et lui réclamerait de faire de notre pays un développement humain digne du troisième millénaire, et que la société centrafricaine; hormis la sécurité, le bien être, doit se reposer sur une base solide qui est la liberté. Un Etat sans blabla.     

La tâche est lourde, changeons coûte et coûte la mentalité, désarmons nos cœurs, libérons nos têtes, pour se dévouer  entièrement à notre chère patrie la RCA.

Une fois TOUADERA élu, je mettrai sur pieds une boite à idées innovantes, pour le booster et le rappeler à l’ordre; contrairement à celles sorties des consensus moues. L’urbanisation et le désenclavement de la RCA feront ultérieurement l’objet d’une étude sérieuse.

Fait à NANTES le 11 Février 2016

Mr : Évariste LAPAGO-ALAZGBO

Juriste/publiciste sympathisant de TOUADERA
Tél: 0033627656667
Mail: lapagoeva@yahoo.fr

 
Commentaires fermés sur CENTRAFRIQUE: ESPOIR OU ILLUSION POUR LA CENTRAFRIQUE

Publié par le 11/02/2016 dans Uncategorized

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :