RSS

Archives Mensuelles: janvier 2016

CENTRAFRIQUE: RENONCIATION AUX INFLUENCES POLITIQUES

Publié par CARnews ou RCAinfos le 30-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: RENONCIATION AUX INFLUENCES POLITIQUESRENONCIATION AUX INFLUENCES POLITIQUES-page-001RENONCIATION AUX INFLUENCES POLITIQUES-page-002
 

CENTRAFRIQUE: LA GESTION DE LA FAMILLE AUTANT QUE CELLE DE LA NATION NE RÉUSSIT QUE SI LE SEIGNEUR DIEU Y EST ÉTROITEMENT ASSOCIE

Publié par CARnews ou RCAinfos le 30 Janvier 2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: LA GESTION DE LA FAMILLE AUTANT QUE CELLE DE LA NATION NE RÉUSSIT QUE SI LE SEIGNEUR DIEU Y EST ÉTROITEMENT ASSOCIE

mabada

(4. Centrafrique - Profil du dirigeant idéal - Samedi 30 Janvier 2016)-page-001(4. Centrafrique - Profil du dirigeant idéal - Samedi 30 Janvier 2016)-page-002

 

CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA REITERE SON ENGAGEMENT A PROTEGER LES CIVILS DES ATTAQUES DES GROUPES ARMES

Publié par CARnews ou RCAinfos le 27-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA REITERE SON ENGAGEMENT A PROTEGER LES CIVILS DES ATTAQUES DES GROUPES ARMES

Parfait Onanga-Anyanga

Bangui, 27 janvier 2016 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a réitéré mercredi, à Bangui, son engagement à protéger les populations civiles des attaques des différents groupes armés, au moment où des informations font état d’incidents provoqués par des présumés éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) dans l’est du pays (Haute Kotto et Mbomou). Au cours du point de presse hebdomadaire de la mission, le porte-parole de la mission, Vladimir Monteiro, ainsi que celui de la Force, colonel Adolphe Manirakiza, ont annoncé une série de mesures prises par la MINUSCA notamment l’envoi d’une mission d’évaluation et le renforcement de moyens dans la zone concernée.

Selon les deux porte-paroles, les informations recueillies permettront de préciser clairement si les incidents sont le fait de présumés éléments de la LRA et/ou d’autres groupes armés. « Quoiqu’il en soit, la MINUSCA, dans sa mission de protection des civils, s’est réunie cette semaine avec les partenaires impliqués dans la lutte contre la LRA (la force régionale de l’Union africaine et le groupe spécial américain) pour discuter de la coordination et de l’échange d’informations. La MINUSCA a aussi renforcé les moyens notamment avec des hommes et des patrouilles aériennes », précisent-ils.

Le porte-parole de la MINUSCA a aussi indiqué qu’au cours de la semaine écoulée, la MINUSCA a pu surveiller, vérifier et documenter, sur tout le territoire national, 24 cas de violations et d’abus des droits de l’homme avec au moins 54 victimes y compris trois femmes, trois mineurs et deux personnes âgées. Citant des sources concordantes, il a indiqué que les auteurs présumés sont des éléments des groupes armés appartenant aux anti-Balaka, aux ex-Seleka (FPRC), des peulhs affiliés au groupe 3R et quelques agents de l’Etat (policiers et gendarmes).

Par ailleurs, selon Monteiro, la mission a eu des rencontres de suivi et d’échange avec le ministère de la justice sur les questions relatives à la justice transitionnelle et à la mise en place effective d’une commission nationale des droits de l’homme conformément aux standards internationaux des droits humains. La mission a également poursuivi son appui au ministère de la justice dans la planification des missions de travail dans les préfectures, permettant ainsi de vérifier l’effectivité du redéploiement du personnel judiciaire et de réaliser le contrôle et l’inspection des juridictions. Les représentants du ministère et de la MINUSCA se sont rendus à Bouar, la semaine dernière, afin d’évaluer l’état des travaux à la prison de Bouar et ont établi que l’établissement est désormais fonctionnel.

A propos du pré-DDR, Monteiro a indiqué qu’un séminaire communautaire organisé récemment à Bambari, pour discuter de la question de la présence des armes et munitions dans les camps de déplacés, recommande l’instauration d’une chaîne de communication entre les gestionnaires des sites et la MINUSCA et un contrôle plus strict des personnes étrangères de l’accès aux camps.

Le porte-parole de la mission a ajouté qu’en vue de la réouverture du cimetière musulman de Boeing et la finalisation du pacte de non-agression entre les communautés, une première session de sensibilisation concernant le projet avec les chefs de quartier de Bimbo III et du 3ème arrondissement a eu lieu le 22 janvier. Les participants ont promis de travailler pour la réouverture du cimetière et ont exprimé leur satisfaction concernant les informations fournies sur le pacte. Le projet “jeunes à risques” a également organisé plusieurs campagnes de sensibilisation dans ces deux localités de la ville de Bangui, destinées à renforcer l’esprit de cohabitation pacifique. A cet effet, une stratégie intégrée MINUSCA-PNUD-Ambassade de France a été mise sur pied, avec notamment des activités à haute intensité de main d’œuvre.

Pour sa part, le porte-parole de la Force, Adolphe Manirakiza, est aussi revenu sur la poursuite des patrouilles et opérations menées par la MINUSCA dans tous les secteurs, notamment à l’ouest de la Centrafrique où un accent particulier a été mis sur Paoua et ses alentours, avec le renforcement en personnel et en équipement pour combattre les actes de banditisme et de harcèlement de la population observés ces derniers jours. Dans le secteur centre, les patrouilles de la semaine écoulée ont été concentrées sur Batangafo, Bouca, Sibut, Grimari, Bambari et Ndele, en raison des tensions entre les différents groupes armés qui risquaient de porter atteinte à la sécurité de la population.

De son côté, le porte-parole de la police Salifou Konseiga, a annoncé que la composante police poursuit ses missions d’escorte et de protection des hautes personnalités, les patrouilles, les gardes statiques, les opérations de lutte contre la délinquance et la co-location dans les commissariats de police et brigades de gendarmerie. Dans le cadre de la sécurisation du processus électoral, le dispositif sécuritaire est maintenu autour du Centre de traitement des données de l’ANE. Par ailleurs, la Police de la MINUSCA effectue fréquemment des visites à la Brigade des mineurs, afin de s’enquérir de la situation concernant cette frange vulnérable de la population, et faire le suivi de la procédure, en collaboration avec les officiers en charge desdits dossiers.

 

Source: Service de communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos
 

CENTRAFRIQUE: Message d’Anicet Georges DOLEGUELE Candidat au second tour d’élection présidentielle en Centrafrique.

Publié par CARnews ou RCAinfos le 26-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: Message d’Anicet Georges DOLEGUELE Candidat au second tour d’élection présidentielle en Centrafrique.

Dologuele

Les résultats du deuxième tour des élections législatives et présidentielles ont été annoncés le 25 janvier 2016. Ils me placent en tête des élections présidentielles, ce qui me qualifie pour le second tour, avec une petite longueur d’avance sur mon
adversaire Faustin Archange TOUADERA, à qui j’adresse mes vives félicitations.
Je remercie l’ensemble du peuple centrafricain qui a fait montre de beaucoup de maturité et de responsabilité, tant durant toute la campagne du premier tour que le jour du vote. Il a pu ainsi démontrer aux yeux du Monde entier son désir de tourner la
page de la violence et de prendre son destin en mains.
Je remercie plus particulièrement tous les centrafricains qui m’ont confiance et m’ont accordé leur suffrage.
Je remercie, félicite et encourage tous mes concurrents pour leurs performances respectives.
Je remercie, tous les groupes armés qui, de par leur comportement pacifique, ont permis que les scrutins se tiennent dans un climat relativement serein.
Je remercie enfin le Gouvernement de Transition et la Communauté Internationale, en particulier la MINUSCA, qui ont déployé des moyens importants et ont œuvré la main
dans la main pour permettre l’organisation de ce scrutin.

Maintenant que le Droit a été dit, je prends ma plume pour signaler une série de dérives graves orchestrées par l’équipe de mon futur adversaire du second tour et de la coalition qui, avec une surprenante précipitation, s’était fébrilement constituée autour du candidat.
En effet, depuis la proclamation provisoire des résultats du premier tour des élections présidentielles par l’Autorité Nationale des Elections, nous assistons à un délire médiatique, fait d’injures et de dénigrements contre ma personne, dont le but
manifeste est de pourrir le climat du second tour et d’infantiliser nos compatriotes. Il faut dire que j’avais été tantôt informé qu’une partie de la presse locale aurait été rétribuée pour véhiculer des insanités contre moi, tout au long de la période de l’entre-deux tours et ceci, jusqu’au terme du scrutin du deuxième tour.
Face à ce comportement déviant, j’ai donné des instructions à ma Direction Nationale de Campagne de s’abstenir de toute réaction guidée par la passion, pour trois raisons principales :

La première : nous nous devions de respecter le Code électoral et d’attendre la proclamation des résultats du premier tour par la Cour Constitutionnelle de Transition, pour savoir quelles étaient les personnalités retenues pour le second tour ;
La seconde raison est liée au nécessaire respect du Code de Bonne Conduite que tous les candidats et tous les partis politiques avaient signé avant la campagne du premier tour, en présence de Mme la Présidente de Transition et de la Communauté Internationale. Par cet acte, nous nous sommes engagés, individuellement et collectivement, à éviter des attaques personnelles et des propos infamants vis-à-vis des adversaires. Cet engagement avait été renouvelé entre mon adversaire et moi à deux reprises: d’abord quand je l’ai appelé au téléphone pour le féliciter après la lecture des résultats provisoires du premier tour par l’ANE ; et ensuite durant un diner organisé à la Résidence de l’Ambassadeur des Etats Unis d’Amérique par le G8 ;
La troisième raison est que – et c’est ma conviction – nous devons enfin avoir un peu de respect pour notre peuple qui a trop souffert, précisément à cause des conséquences souvent sanglantes du climat de détestation que les hommes politiques
ont toujours entretenu entre eux.

Un adage dit que « l’Union fait la force » ! Je ne comprends donc pourquoi cette coalition autour de mon adversaire, d’apparence solide, se montre aussi inquiète, fébrile, comme si elle est à la recherche d’un bouc émissaire pour justifier les échecs de la classe politique de notre pays. La déclaration complètement immature et irresponsable de l’un de ses membres sur Radio Ndéké Luka, relative à Monsieur Aurélien Agbenonci, adjoint au Chef de la MINUSCA, en est un exemple frappant. Cet homme politique a publiquement exprimé son trouble (c’est le moins qu’on puisse dire !) quand Monsieur Agbenonci, arrivé à mon domicile pour vérifier la présence des casques bleus mis à ma disposition, avait tenu à me saluer alors que j’étais en pleine discussion avec lui. Après avoir bavardé quelques minutes avec nous, le Haut
Responsable de la MINUSCA s’était excusé parce qu’il devait aller effectuer la même vérification chez le candidat arrivé en deuxième position. La déclaration enflammée de cet homme politique sur Radio Ndéké Luka quelques jours plus tard était d’autant plus
surprenante qu’il n’avait « surpris » personne chez moi. Nous avions accueilli ensemble un partenaire avec qui nous avions cordialement échangé. J’ai travaillé plus de 30 ans à l’International, dont près de 9 à Brazzaville, où mes fonctions de Président de la BDEAC me donnaient un statut de Chef de Mission diplomatique. A ce titre, j’ai développé des relations très cordiales, voire amicales, avec tout le corps diplomatique
et Aurélien Agbenonci en faisait partie, puisque étant à l’époque Représentant Résident du PNUD. Arrêtons donc les fantasmes et ne méprisons pas le vote de nos concitoyens.

La coalition essaie de manipuler les électeurs sur le fait qu’il y a 19 ans (excusez du peu) quand j’étais Ministre des Finances, j’aurais refusé de payer les salaires, préférant rembourser les arriérés des Institutions de Bretton Woods contre commission. Une telle méconnaissance des circuits financiers internationaux de la part de prétendants à la Magistrature Suprême est très inquiétante ! Dans tous les cas, les représentations du FMI et de la Banque Mondiale en RCA apprécieront que leurs Institutions soient traitées de corruption active. La vérité est que, au lendemain des mutineries, il avait fallu faire des réformes courageuses dans l’optique d’assainir les finances publiques et d’attirer les Institutions de Bretton Woods qui avaient déserté
notre pays depuis une décennie. Ce travail avait été très difficile et ingrat. Mais je l’ai réalisé, parce c’était ma mission et parce que je pensais que c’était une excellente manière de préparer l’avenir de mon pays. Devenu Chef du Gouvernement, j’avais
mené avec acharnement et opiniâtreté une plaidoirie en faveur des pays post conflits qui étaient dans l’incapacité d’honorer leur échéance vis-à-vis des Institutions de Bretton Woods. Cette plaidoirie avait fini porté ses fruits, puisqu’un mécanisme a pu être mis en place en 2004 pour éviter que les finances des pays en situation de post conflits ne soient alourdies par les échéances dues à ces Institutions. J’affirme donc avec force que si certains se vantent aujourd’hui d’avoir pu payer régulièrement les
salaires avec l’appui de la Communauté Internationale, c’est précisément parce que quelqu’un a mis à la disposition de son pays sa technicité, son énergie et son tissu relationnel pour nettoyer les finances de notre pays et préparer l’avenir. Il faut
beaucoup de courage pour faire ce travail. Je l’ai fait, sous les quolibets et les injures, y compris du parti politique dont je défendais les intérêts. Aujourd’hui, mon concurrent et sa coalition devraient me remercier d’avoir permis que le Comité de Trésorerie (encore une de mes initiatives) ait pu stabiliser le paiement des salaires des fonctionnaires. Je leur demande par conséquent de mettre fin à cette escroquerie intellectuelle et d’arrêter de prendre les centrafricains pour des « Boubourous », à qui on peut faire avaler n’importe quoi. Le paiement régulier des salaires des quelques 26.000 fonctionnaires est important.
Grâce à mon action courageuse, c’est désormais possible et ça le sera de plus en plus si la situation sécuritaire devenait suffisamment stabilisée. Mais la population de la République Centrafricaine est de 5.200.000 habitants et quand on brigue la
Magistrature Suprême, on le fait pour s’occuper de tous les centrafricains. Agiter le seul paiement des salaires comme fait d’armes est encore prendre les centrafricains
pour des « Boubourous ».

Je lis et entends çà et là que je serai le candidat des hommes d’affaires et de la Communauté Internationale, par opposition à une candidature qui serait celle des pauvres ou du peuple. Encore une grosse escroquerie démagogique. Je ne brigue pas
la Magistrature Suprême pour dire aux compatriotes que je leur ressemblerais dans la pauvreté. Je veux les sortir de là. Je souhaite qu’il y ait une classe moyenne dans mon pays. Je rêve d’une Centrafrique avec des milliers de millionnaires, voire des
milliardaires. Alors le niveau de vie aura changé, grâce à des centaines de milliers d’emplois offerts par les nombreuses entreprises créées par des centrafricains.
S’agissant de la Communauté Internationale, il est évident que plus un homme politique dispose d’un portefeuille relationnel important, plus il lui est facile de trouver des circuits de financements adaptés aux problèmes de son pays.

Enfin, il est important de rappeler que nous briguons la Magistrature Suprême pour diriger l’un des pays les plus pauvres de la Planète. Si les hommes politiques continuent d’instrumentaliser notre jeunesse et de l’enfermer dans une forme de pauvreté de l’esprit, ils font l’inverse de ce que nos compatriotes attendent de nous.
Les Centrafricains méritent le respect.
Je n’ai pas pris la plume dans un esprit de polémique. J’ai juste voulu nous rappeler à nos devoirs et à nos engagements vis-à-vis de la Nation. Je reste ouvert à tous, parce que notre pays a besoin de tous ses talents.
Je vous donne rendez-vous dans quelques jours, pour la campagne du second tour.

Par Anicet Georges Doléguélé pour CARnews ou RCAinfos 

 

CENTRAFRIQUE: Le Centrafricain doit changer de comportement et de mentalité.

Publié par CARnews ou RCAinfos le 26-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: Le Centrafricain doit changer de comportement et  de mentalité.

Tout juste au lendemain de la proclamation officielle des résultats du premier tour d’élection présidentielle par la CCT.  Les campagnes basées sur le mensonge, le dénigrement, la calomnie à la Centrafricaine entre les partisans des deux finalistes du second tour de l’élection présidentielle ont commencé sur le net. A mon avis cette campagne Présidentielle du second tour doit se baser sur plusieurs canaux:

1-Un bon projet de société

2-Un débat d’idées

3-Un thème sur la cohésion sociale et la paix durable en Centrafrique.

4-Un débat radio télévisé entre les deux candidats

5-Un projet sur la bonne gouvernance 

Grande est ma surprise, les Centrafricains n’ont pas changé et ne changeront pas. Grandissez les prostitués politiques et fanatiques aveugles de la politique du ventre.
Messieurs Faustin Archange Touadera et Anicet Doléguélé sont tous deux des Centrafricains comme nous. L’un n’est pas un étranger qui est venu briguer la magistrature suprême de L’Etat. Au lieu de se lancer dans des campagnes de diffamation, dénigrement total et calomnie.

Aidez les plus tôt par des bonnes propositions, des bons conseils et des bonnes idées pour le développement économique, social et politique de notre pays. Soyons sérieux dans nos actes et nos pensées afin que notre pays aille de l’avant comme les pays limitrophes de la République Centrafricaine. C’est vraiment enfantin cette manière de nuire à l’autre pour un intérêt personnel, régional et ethnique. Cette pratique est anti démocratique et démagogique pour une démocratie en embryonnaire comme la notre et aussi pour la paix, la cohésion qui sont en gestation sur l’ensemble du territoire Centrafricain.

Certes, c’est de cette manière qu’on pourra progresser ensemble main dans la main même si parfois on n’est pas de la même famille politique. 

 

Par Bsp Bruno-Serge Piozza

 

CENTRAFRIQUE: La victoire du Peuple Centrafricain

Publié par CARnews ou RCAinfos le 25-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: La victoire du Peuple Centrafricain 

 

 

Je dédie le résultat du premier tour de cette élection Présidentielle qui est la victoire du Peuple Centrafricain à la mémoire de tous les Centrafricains (Musulmans et Chrétiens ) tués, massacrés et maltraités durant les 3 années de cette crise.

La cohésion sociale et le vivre de nouveau ensemble doit être le mot d’ordre de la suite de ce second tour d’élection avec les deux candidats du peuple. Le peuple a jugé donc préparons nous seulement à aller voter au second tour d’Élection présidentielle afin qu’on puisse s’asseoir définitivement cette Paix. Le peuple Centrafricain ne veut rien d’autre que la Paix.

Allons seulement à ce second tour d’élection Présidentielle dans la sérénité, la sagesse, la dignité, le respect et la paix. Que le meilleur gagne. Il aura toujours ma bénédiction.

Par Bsp Bruno-Serge Piozza

 

CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA APPELLE AU RESPECT DU CHOIX DU PEUPLE CENTRAFRICAIN A QUELQUES HEURES DE L’ANNONCE DES RESULTATS DES ELECTIONS

Publié par CARnews ou RCAinfos le 25-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: LA MINUSCA APPELLE AU RESPECT DU CHOIX DU PEUPLE CENTRAFRICAIN A QUELQUES HEURES DE L’ANNONCE DES RESULTATS DES ELECTIONS

bangui

 

24 janvier 2016 – Alors que la Cour constitutionnelle de transition de la République centrafricaine s’apprête à publier les résultats définitifs du premier tour des élections présidentielle et législatives, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) appelle les candidats, les partis politiques et leurs adhérents à la sérénité et au calme. 

La MINUSCA en appelle aux candidats et aux partis politiques à exhorter leurs adhérents et sympathisants pour qu’ils acceptent les résultats prononcés par la Cour constitutionnelle de transition et maintiennent le calme et le civisme dont les électeurs centrafricains ont fait preuve jusque-là. 

La MINUSCA réitère  son appel aux candidats à respecter leurs engagements contenus dans le Code de bonne conduite notamment à “accepter les résultats des urnes”, à “recourir au dialogue ou tous autres moyens pacifiques et/ou légaux dans le règlement de nos différends” et à “renoncer à la violence sous toutes ses formes pour régler les contentieux électoraux”. 

La MINUSCA félicite les Centrafricains pour leur comportement patriotique et réaffirme que les urnes restent la seule voie acceptable pour l’élection des futurs dirigeants de la République centrafricaine. 

La MINUSCA et ses partenaires stratégiques, à savoir les forces de sécurité intérieures centrafricaines et Sangaris, veilleront à ce que le processus électoral en cours ne soit pas perturbé. 

La MINUSCA et l’ensemble des Nations Unies restent engagés aux côtés des autorités de la transition, et de l’ANE en particulier, pour apporter leur soutien technique et sécuriser la suite de ce processus électoral qui devra conduire au retour à l’ordre constitutionnel en République centrafricaine.

 Service Communication de la MINUSCA pour CARnews ou RCAinfos

 

 

Centrafrique / Nation : Comment l’UNDP combattra et vaincra la crise alimentaire

Publié par CARnews ou RCAinfos le 24-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
Centrafrique / Nation : Comment l’UNDP combattra et vaincra la crise alimentaire
jhjkmlj

Selon des informations et autres données prévisionnelles émanant de ses services en Centrafrique, le bureau international du programme alimentaire mondiale des nations unies à New-York annonçait le mercredi 20 janvier dernier, et dans un communiqué officiel signé par son directeur, que 2,5 millions de Centrafricains commençaient à souffrir, et souffriraient d’avantage encore dans les années à venir, d’une GRAVE FAMINE. Une crise alimentaire sans précédent, et comme l’avait déjà prédit l’UNDP, serait donc en face de nous, et aurait même déjà commencé d’après le PAM. Et cette nouvelle crise serait toujours d’après le PAM, consécutivement aux trois (03) années de crises qu’a connues notre pays. Le plus grave dans tout cela, c’est que d’après le PAM, 1 personne sur 6 à l’heure actuelle en Centrafrique, souffrirait d’INSÉCURITE ALIMENTAIRE « SEVÈRE » ou « EXTRÊME ».

Fort donc de cette annonce du PAM, il est important PREMIEREMENT de rappeler aux uns et aux autres que la philosophie de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (UNDP) est et reste axée sur la  »Révolution Verte ». En effet, et nous le rappellerons toujours, la République Centrafricaine dispose de plus de quinze millions (15.000.000) d’hectares cultivables, et d’un réseau hydrographique important drainant ou irrigant ainsi l’ensemble du territoire centrafricain. Et malheureusement, sur les quinze millions d’hectares disponibles et cultivables, difficilement un million d’hectares sont mis en valeur chaque année ; or, le sol centrafricain se prête pratiquement à toutes les cultures, et le secteur agricole à lui TOUT seul peut faire vivre l’ensemble de la population centrafricaine et le supplément des produits agricoles être exporté non seulement vers les pays de la sous-région mais aussi vers certains pays d’Europe, afin de générer d’importantes ressources financières à l’Etat. Donc, un fait vrai : nous ne connaitrions pas ces multiples crises alimentaires á répétition, tant sévères qu’extrêmes les unes que les autres, si le secteur agricole dans notre pays était véritablement mis en valeur avec pour objectif clé :

L’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE. Aussi, face donc à cette crise alimentaire imminente annoncée par le PAM, et dans le cadre du lancement de sa Révolution Verte, l’UNDP et son Président Fondateur Michel AMINE entendent proposer et faire adopter deux (02) mesures palliatives, strictes et appropriées. Il s’agira entre autres: PREMIERE MESURE: Mise en place très bientôt d’une « Cellule de crise VERTE ». Cette « Cellule de crise Verte » qui sera activement représentée par le groupe parlementaire de l’ UNDP qui siègera très vraisemblablement dans la prochaine Assemblée Nationale, aura pour objectif de soumettre, dans le meilleur délai, au prochain Gouvernement qui sera mis en place à l’issue de ces élections, des propositions claires et des solutions diverses visant premièrement à réduire considérablement, et dans un court terme, l’impact négatif de cette crise alimentaire et grande famine sur les personnes du 3ème âge, et sur les autres couches les plus vulnérables de notre société, à savoir, femmes et enfants. Puis, la « Cellule de crise VERTE » proposera deuxième à l’examen dudit Gouvernement, des solutions permettant cette fois-ci, dans un court et moyen terme, et toujours par des méthodes et techniques appropriées, de remédier définitivement aux crises alimentaires, devenues permanentes dans notre pays, par l’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE. DEUXIEME MESURE:

L’UNDP procédera évidemment après les élections, grâce à des financements multilatéraux et d’un commun accord avec le prochain Gouvernement, aux installations dans chacune des seize(16) préfectures de la RCA, d’une PHARMACIE AGRICOLE dont les objectifs seront entre autres:

1.De former les Jeunes Centrafricains aux techniques agricoles diverses et de l’ÉLEVAGE; 2.D’apporter conseils, expertises, assistances et orientations aux jeunes agriculteurs et éleveurs Centrafricains pour des productions de masse, propres à la consommation locale ;

3.e soutenir matériellement et techniquement les agriculteurs et éleveurs en difficultés ; 4.De distribuer aux agriculteurs et familles paysannes, socles réels de tout développement, des engrais naturels, des supports écrits et divers matériels sur les techniques de production de masse, dans le domaine de l’Agriculture et de l’élevage, tant en zone rurale qu’urbaine, des techniques d’irrigation etc..

5. D’assister et soutenir tous les jeunes agriculteurs et éleveurs dans la réalisation de leurs projets dans le domaine de l’Agriculture et de l’élevage, par l’octroi des crédits agricoles.

Pour finir, l’UNDP associera, à ces grands travaux, l’opération « UN JEUNE – UNE FERME » afin de motiver la jeunesse Centrafricaine, fer de lance de la nation Centrafricaine, à se mobiliser pour cette cause nationale, et à l’inviter á se lancer courageusement et massivement et pour les plus oisifs, dans l’agriculture, car par elle seule, notre pays sortira de ses nombreuses crises alimentaires, et œuvrera à combattre jusques dans ses derniers retranchements et à vaincre la pauvreté sur cette terre des hommes qu’est la République centrafricaine.

En dépit donc de nos divergences sur le plan politique, à l’UNDP, nous nous soucions UNIQUEMENT du bien-être collectif, et donc de celui du Peuple Centrafricain sans aucune distinction quelconque, car de l’Est á l’Ouest, et du Nord au Sud, nous sommes non seulement tous frères et sœurs, mais surtout ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise. VIVE LE PEUPLE CENTRAFRIQUE ! QUE DIEU BENISSE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE, NOTRE BEAU ET UNIQUE PAYS ! Nota Bene: Les programmes et autres détails précis sur ces projets seront communiqués aux lendemains de l’investiture du prochain Président Centrafricain.

Le Service Com / UNDP-RCA  Par Jean – Paul Naïba pour CARNews ou RCAinfos 

 

CENTRAFRIQUE: VOLE DE TOUTES TES FORCES AU SECOURS DES PLUS DÉMUNIS DE TON PEUPLE

Publié par CARnews ou RCAinfos le 23-1-2016/ Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: VOLE DE TOUTES TES FORCES AU SECOURS DES PLUS DÉMUNIS DE TON PEUPLE

3. Centrafrique - Vole au secours de tes Pauvres - Samedi 23 Janvier 2016-page-0013. Centrafrique - Vole au secours de tes Pauvres - Samedi 23 Janvier 2016-page-0023. Centrafrique - Vole au secours de tes Pauvres - Samedi 23 Janvier 2016-page-0033. Centrafrique - Vole au secours de tes Pauvres - Samedi 23 Janvier 2016-page-004

 

CENTRAFRIQUE: Les résultats définitifs des élections attendus le lundi prochain

Publié par CARnews  OU RCAinfos le 22-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
CENTRAFRIQUE: Les résultats définitifs des élections attendus le lundi prochain

tribu

Les résultats des élections groupées du 30 décembre 2015, seront rendus publics le lundi 25 janvier 2016, a-t-on appris de sources proches de la cour constitutionnelle.

Les neuf membres de la cour constitutionnelle sont toujours penchés sur les résultats provisoires des élections. Une source politique généralement bien informée a indiqué que les résultats de la présidentielle ont déjà été traités « la cour est en train de finir avec les législatives puis que nous avons appris qu’elle a fini avec la présidentielle depuis quelques jours » a confié un candidat à la présidentielle.

Un agent de la cour constitutionnelle interrogé sur le dossier n’a pas souhaité donner des précisions « c’est lundi que vous aurez les résultats, moi je ne peux rien dire. La date est fixée et attendons de voir ce que la cour a décidé » a-t-il expliqué.

Sans discrétion, il n’y aura pas de changement notable dans les résultats provisoires annoncés par l’Autorité Nationale des Elections même si la requête de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT) a été traitée avec beaucoup d’attention.

Les résultats définitifs devraient, selon le chronogramme électoral, être publiés par la cour le 21 janvier. Ce retard de quatre jours, va avoir des répercussions sur la date du second tour prévu pour le 31 janvier 2016. A cet égard, un léger retard du second tour est attendu.

 

 

Publié par CARnews  OU RCAinfos le 22-1-2016/Bruno-Serge PIOZZA & Aimery ELA
 
 
%d blogueurs aiment cette page :