RSS

CENTRAFRIQUE : POURQUOI UN AUTRE SOMMET A BRAZAVILLE ?

30 Juin

CENTRAFRIQUE : POURQUOI  UN AUTRE SOMMET A BRAZAVILLE ?

Image

En marge du sommet de l’Union Africaine à Malabo, les chefs d’état de la Ceeac ont tenu un mini sommet sur la crise centrafricaine. Encore, ils ont convoqué les centrafricains pour un autre sommet extraordinaire à Brazzaville (Une sorte de Marcoussis II). La question aujourd’hui est de savoir pourquoi ce sommet ?

En réalité lorsque nous voyons comment Mme Samba Panza, président de la transition a été traitée à Malabo et surtout la manière dont la décision de ce sommet a été annoncé, l’on est en droit de comprendre que la RCA est un pays sous tutelle et sans pouvoir pour son destin.

 D’ores et déjà les camps des seleka et anti balaka ont accueilli favorablement cette nouvelle en se disant prêts à se rendre à Brazzaville. Du coté des partis politiques, les avis sont partagés. Selon Gervais Lakosso, conseiller national, il n’est pas question qu’un autre sommet soit tenu à Brazzaville et souhaite que tout se passe à Bangui entre centrafricain. La société civile entend se mobiliser pour faire échec à ce sommet de Brazzaville qui porterait atteinte à la dignité nationale.

De sommet de Libreville en passant par Ndjamena, quelles solutions notables la Ceeac a-t-elle apporté à la crise centrafricaine ? Des forces internationales sous mandat de l’Onu n’arrivent toujours pas à stabiliser le pays. Catherine Samba Panza imposée par le diktat extérieur ne contrôle pas le pays. Cela prouve que les solutions au problème centrafricain ne se trouvent nullement dans les grands foras ou diktat extérieurs. Il est donc temps que les donneurs de leçons de la sous région révisent leur copie et arrêtent de dicter leurs volontés à un pays souverain. Il est vrai que le pays est enlisé et que la transition bat de l’aile.

Selon nos sources  la présidente et son premier ministre n’émettent pas sur une même longueur d’onde et certains chefs d’état(Deby) ont des pions qu’ils désireraient voir aux commandes de l’état à Bangui.

Là où le bas blesse c’est que  la minorité musulmane tchado-soudanaise, soit seulement quelques 4% de la population centrafricaine  réclame l’application d’un supposé accord de N’djamena sur l’attribution du poste de premier ministre à un musulman (Dhaffane, Mekassoua,Kolingba,Salao) de la Séléka. Cet accord opaque aurait été signé à N’djamena lors de la démission du sanguinaire et autocrate Djotodia, le 10 janvier 2014.

Dans le cercle fermé de Mme Catherine Samba Panza, on dit ne pas être au courant d’un tel accord. Cependant, la sous région veut imposer au peuple d’admettre aussi que tous les acteurs de la crise se présentent aux futures élections. En fait accepter Djotodia, Tiangaye,Samba Panza, Nguendet, Bozizé etc.Pourquoi ce calcul ?

 Les investigations menées par  notre rédaction  montrent que les centrafricains pensent que les têtes de l’exécutif ne sont que de simples représentants des pays étrangers. Ils ne décident de rien. Ce n’est plus un secret de polichinelle: les autorités de la transition sont des marionnettes au service des interets étrangers, donc ils se plieront forcement à cette décision de se rendre à Brazzaville. Pour les y inciter affirme  Souleymane Batres, analyste sénégalais, on a encore inventé l’occupation de Birao, la zone pétrolière.

 En tout cas les grandes manœuvres ont commencé dans les bureaux feutrés des chefs d’état de la sous région. A quel jeu, jouent la sous région et François Hollande ?QUI VIVRA ENCORE VERRA.

Par Joseph LARABO

 

 
1 commentaire

Publié par le 30/06/2014 dans Uncategorized

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Une réponse à “CENTRAFRIQUE : POURQUOI UN AUTRE SOMMET A BRAZAVILLE ?

  1. Jean

    30/06/2014 at 20 h 34 min

    Un enième sommet à Brazzaville pour sauver la Centrafrique! OUI et NON!
    Oui! parce que quand ta maison brûle, tu n’as pas besoin de prendre seulement
    l’eau du robinet pour l’éteindre. N’importe quelle eau répondant à cette nature
    est utile pour sauver ce qui reste à sauver. En Centrafrique, ce qui reste à sauver,
    c’est la PAIX et on ne doit pas ménager nos efforts pour cela. On s’en fiche de la
    question de souveraineté ou de la mise sous tutelle de notre pays. Les paysans
    qui ne peuvent vivre tranquillement chez eux et vaquer librement à leurs occupations
    dans les villages ne connaissent pas ces gros mots qui n’apportent rien à leur quotidien.
    Nous avons assez fait preuve d’immaturité anthropologique et politique; alors, laissons
    le gouvernail à ceux qui, même s’ils font semblant de nous aider, nous poussent à prendre
    conscience de nos responsabilités. Vous pensez que si les centrafricains, musulmans et
    non musulmans, selekas centrafricains de souche et anti-balaka disent NON aux manipulations
    extérieures et arrêtent les tueries pour recommencer à vivre comme il y’a seulement 2 ans,
    aurions-nous besoin de nous plaindre de Deby, Sassou, Hollande et ceux qui agissent dans
    l’ombre?
    NON! parce que le noeud du problème demeure le désarmement de gré ou de force de
    toute personne détentrice illégale des armes de guerre conformément 2127 et 2134 des
    Nations Unis et la reprise effective du service des FACA.

    J'aime

     

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :